Les Banques et leurs conseils

Une banque est une entreprise dont l’activité consiste à vendre (ou louer) de l’argent. On peut y placer des capitaux qui seront placés sur des comptes plus ou moins risqués (compte titres, d’épargne…). Elle peut aussi prêter (ou plutôt louer) de l’argent en échange d’intérêts et de diverses commissions et frais.

On peut distinguer deux grands types de banques (que l’on pourrait encore subdiviser en catégories plus précises):

– les banques de détails, dont le but premier est de récupérer les économies de Mme Michu et de prêter cet argent, contre rétribution, à M.Michel.

– les banques d’investissement, dont le but est surtout de spéculer avec l’argent de ses clients et à proposer des produits « risqués » à plus fort rendement pour ces derniers.

Les banques sont soumises à une législation d’exercice et de contrôle. Elles assurent pour l’État la traçabilité des opérations financières (et donc à faciliter les contrôles fiscaux) et contribuent à la lutte contre les trafics.

Sans rentrer dans les détails, on voit tout de suite que le but premier d’une banque est de se faire de l’argent. Logique, car elle agit en ce sens comme n’importe quelle entreprise. Même votre pizzéria favorite existe surtout pour faire rentrer de l’argent dans ses caisses. Il ne s’agit donc pas de faire une analyse simpliste en disant que les banques ne sont qu’un ramassis de voleurs qui cherchent à glorifier le capitalisme. Bien sûr, avec les dernières crises financières, on a l’impression que c’est en partie vrai. D’ailleurs, ça doit certainement l’être en y pensant bien. Je vous conseille à ce propos de voir l’excellent vidéo de l’Argent dette de Paul Grignon (on peut ne pas être d’accord avec le parti pris évident de l’auteur contre les banques, mais toujours est-il qu’il explique plutôt bien leur principe général de fonctionnement).

L\’Argent Dette de Paul Grignon sur DailyMotion

Les conseils des banques aux particuliers:

Les banques sont placées entre deux activités contradictoires:
conseiller leurs clients, en tant que professionnels des placements
vendre leurs produits
On voit tout de suite qu’il peut y avoir conflit d’intérêt. C’est un peu comme si vous comptiez sur un vendeur de voiture sur le meilleur choix du modèle à acheter. Il ne pourra pas s’empêcher de penser aux consignes de vente qu’on lui a donné et à la marge qu’il va se faire. Ensuite seulement, il essaiera  de vous conseiller au mieux pour vos intérêts. Inutile de vous dire que vous avez donc tout intérêt à vous renseigner ailleurs et d’aller chez ce vendeur que pour négocier au mieux la voiture que vous avez déjà choisi (en passant, c’est une méthodologie que je vous conseille d’appliquer pour n’importe quel achat, même une cafetière !)

D’autre part, les conseillers en clientèle des banques ne sont très généralement  pas formés aux produits de la finance, mais à leur vente. Tout au plus, ils connaissent à peu près les prospectus de leurs propres produits. Essayez par exemple de parler de forex avec votre conseiller. Au « mieux », il vous dira que c’est un produit très risqué et qu’il ne vaut mieux pas y toucher, contrairement à la SICAV « sérénité/sécurité/rendement » justement proposé par son réseau bancaire ! Il n’a pas forcément tord,et effectivement cette SICAV peut s’avérer rentable, mais surtout pour son gestionnaire !

Est-ce que vous confieriez 10 000 € à votre concessionnaire auto en lui disant « qu’est-ce que vous me conseillez comme voiture ? » J’imagine (et j’espère!) que non. Pourquoi en serait-il autrement avec votre banque ?

Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur le site de l’Investisseur (très) Particulier !

Ce site a pour vocation de partager mes expériences sur l’investissement à long terme, ou à court terme (également appelé « trading »), mais aussi de garder un œil critique sur l’actualité économique et social telle que les médias veulent bien nous la transmettre.

Et autant le signaler tout de suite, si j’ai acquis une certaine connaissance sur l’investissement, cela n’est pas encore le cas avec l’art du blogging. Je ne suis ni informaticien ni désireux de le devenir. Il se peut donc, qu’au moins dans un premier temps, des erreurs d’affichages et autres petits problèmes techniques persistent…

Bonne lecture, et n’hésitez pas à vous inscrire et à participer.

Thomas, un investisseur (très?) particulier