Previous Next

La finance dans l’ère du Covid – maintenant et tout de suite ? (2/3)

Source: https://www.redbubble.com/fr/i/sticker/WSB-The-Kid-Diamond-Hands-par-HipsterDelight/70764540.EJUG5

Chaque génération est le reflet de l’époque qui l’a vue grandir. Les inventions, les nouvelles technologies, les grandes crises politiques et économiques ne sont que quelque uns des phénomènes qui sculptent les caractéristiques, les aspirations et les valeurs qui seront portées par une génération.

Source: https://www.psycho-ressources.com/bibli/generations-x-y-z.html

Alain Rioux, Ph. D.

L’influence des générations a un rôle moteur dans l’évolution humaines. La plupart des grandes découvertes souvent venues par de « jeunes chercheurs ». De même, les business qui ont changé le monde ont rarement été fondés par des pré-retraités !

La situation géopolitique et donc économique influence évidemment chaque génération, mais cette situation résulte des actions de la génération précédente. Il y a donc de nombreuses interactions.

L’investissement financier est évidemment interdépendant de tous ces facteurs.

Lorsqu’un « bon père de famille » (encore jeune) investi dans les années 60, il va le faire très différemment que ses enfants (voir petits-enfants).

La culture de chaque pays a également une influence sur la manière d’investir: plus d’immobilier (France), plus d’or sous toutes ses formes (Asie), plus d’actions de l’entreprise pour laquelle on travaille toute sa vie (Japon), plus d’actions (USA), plus de cryptomonnaies (Hollande) ?

Dans ce monde très mondialisé (!), tout cela tend à se mélanger, mais il reste encore de grandes tendances qui sont liées aux conditions économiques régionales, mais aussi au modèle fourni par la société.

1. Le phénomène « Wallstreet Bet » et les investisseurs « Reddit »

La relation amour/haine qu’entretiennent les jeunes investisseurs envers le capitalisme est un phénomène majeur.

En effet, l’idée que « les grosses entreprises », et notamment les fonds d’investissements de Wallstreet, sont le Mal et que le capitalisme doit être combattu avec ses propres armes circule sur les réseaux sociaux.

Les petits investisseurs se regroupent en de véritables hordes, grâce aux réseaux et l’hyperconnectivité des jeunes amplifie encore ce phénomène.

Source:  r/WallStreetBets

Si le sujet vous intéresse, vous trouverez quelques informations supplémentaires dans cet article: https://www.numerama.com/business/685586-mais-comment-des-internautes-de-reddit-ont-ils-fait-trembler-wall-street.html

En allant plus loin dans ce raisonnement, et sans forcément avoir des idéaux politiques, il y a aussi beaucoup de « néo-investisseurs » qui veulent simplement exactement ce que n’importe quel investisseur veut: gagner de l’argent (de préférence beaucoup, et assez rapidement si possible) !

On notera aussi que ces investisseurs ont conscience de faire « n’importe quoi », en s’appelant eux-mêmes les « Apes » (singes) ou « Degenerated » (dégénérés). Voire « Degenereted Apes ». Il suffit donc de faire n’importe quoi, mais de manière persistante. La notion de « Diamond Hands » vs « Paper Hands » est d’ailleurs une autre manière de parler de « Buy&Hold ». L’idée générale (je résume!) est d’acheter en troupeau certaines valeurs et de les tenir coûte que coûte face aux hedges funds vendeurs à découvert.

Toujours est-il que cela peut fonctionner… Parfois.

Un horrible meme qui est cependant très réaliste sur l’état d’esprit « dégénéré »

2. Le phénomène « All-in »

En utilisant des applications smartphone telles que Robinhood pour n’en citer qu’une, qui présentent l’investissement en Bourse sous un aspect ludique, facile et rapide, les investisseurs débutant sous-estiment les risques. En investissant des sommes parfois conséquentes sur des options call, avec du levier, il est facile de perdre. Cependant, dans un marché haussier, soumis à diverses spéculations, il peut aussi parfois être facile de gagner. Et de gagner beaucoup.

La légende du débutant qui a fait « all-in » et qui se réveille un matin avec un portefeuille multiplié par 100 est très accrocheuse. C’est un peu comme au Loto, mais en version smartphone et Reddit ! Et effectivement, il y a des gens qui gagnent ainsi. Les statistiques sont difficiles à trouver, mais gardez bien à l’esprit qu’une grande majorité perd (un peu, beaucoup, à la folie, passionnément ?).

Toujours est-il que dans un monde où des valeurs comme Tesla grimpent apparemment à l’infini, où le NASDAQ enchaîne des plus hauts, presque mois après mois depuis 2010, et où les valeurs du capitalisme triomphent, est-il étonnant que ceux qui font des paris osés peuvent malgré tout gagner, sans vraiment comprendre ?

(Je n’insisterai pas sur le principe que quelqu’un qui gagne un peu par hasard et qui ne comprend pas ce qu’il fait finira par tout reperdre, mais c’est un autre débat !)

Nasdaq, en données mensuelles source: Tradingview
Tesla, en données mensuelles: près de 21 000 % en une dizaine d’années… Source: Tradingview

Quand on regarde les fondamentaux, que l’on pratique l’investissement boursier réfléchi, on ne parie pas aveuglément… Sauf que le Marché a donné raison à ceux qui l’ont fait, contre ceux qui sont en mode investissement value ou « bon père de famille ». Lorsqu’on voit qu’à l’heure où j’écris ces lignes, Tesla vaut plus en Bourse que tous les autres constructeurs réunis, il y a forcément de quoi se poser de sérieuses questions sur la durabilité de ce modèle. En attendant, cela n’empêche pas les parieurs pro Tesla d’être bien contents (hors « stratégie » de trading utilisée, qui peut rendre perdant malgré un bon pari)…

Valorisation de l’industrie automobile Source: Albert Bridge Capital

Ce phénomène « all-in » est donc amplifié par le Marché (dont les causes sont multiples…) et s’auto-entretien, car plus tout monte, plus les gens qui n’ont pas pris le train le regrettent, et tout monte, etc. Cela ressemble fortement à la création d’une bulle. Qui finira donc par éclater.

En attendant, un jeune américain endetté à vie par ses études, a-t-il vraiment quelque chose à perdre à part quelques économies qui ne suffiront de toute façon pas ?

Si on n’ose pas jeune, ce n’est pas pour fêter sa retraite qu’il faudra prendre des risques !

D’ailleurs, beaucoup de jeunes ont bien conscience que l’avenir est incertain. Pas de retraites, un monde pollué… Il est sûr que l’avenir est vu différemment que dans les années 60… Comparons simplement deux couvertures de Sciences et Avenir, et le « hasard » fait que la dernière en cours au moment où j’écris cet article est très représentatif de mon propos…

Source: Sciences et Avenir – avril 1960
Source: Sciences et Avenir novembre 2021

Conclusion

L’association entre l’explosion des réseaux sociaux de toute nature, avec possibilité de communication ultra-rapide (bon nombre d’investissements se décident sur des réseaux de jeunes, comme Discord par exemple), un Marché rendu fou par les planches à billets, et le côté « je n’ai rien à perdre, l’avenir c’est maintenant qu’il faut en profiter », transforme évidement le profil psychologique des investisseurs.

Et l’investissement est avant tout une histoire de psychologie…

L’investissement fait par des « singes dégénérés » est-il la cause ou la conséquence d’un système financier lui-même certainement dégénéré ?

A suivre…

Article précédent: https://www.investisseur-particulier.fr/la-finance-dans-lere-du-covid-maintenant-et-tout-de-suite-1-3

Mon allocation de portefeuille (très) particulière – version 2021

L’avantage d’avoir un blog qui commence à dater, c’est de pouvoir avoir du recul, une vision sur le long terme.

Dix ans sont une éternité dans le monde 2.0 d’internet. D’ailleurs, très peu de blogs* consacrés à l’investissement tiennent aussi longtemps. Plusieurs explications peuvent être proposées: une lassitude de certains qui se rendent compte que cela peut vite être chronophage, d’autres (surtout les vendeurs de méthodes miracles et de newsletters indispensables) disparaissent évidemment en raison du pipeau qui finit par se remarquer devant la réalité des faits, etc.

Ceci dit, il est très intéressant de pouvoir se relire dix ans après et de voir comment on a évolué.

En 2011, j’écrivais cela :

J’ai bien sûr évoluer dans mes méthodes d’investissements, mais mon raisonnement de base est toujours le même: avoir beaucoup de cash à disposition pour investir au bon moment et de rester flexible face à un marché changeant. Mais pour éviter de perdre du cash (inflation…), et d’éviter au mieux le coût d’opportunité de ne pas être investi, j’ai surtout du cash investi…

Comme je l’expliquai il y a dix ans, je considère mes investissements sur le Forex comme une réserve monétaire qui peut (et qui le fait régulièrement) basculer sur les actions.

C’est amusant de constater que mon allocation sur les actions est semblable à 2011 (rappelons que la crise de 2009 n’était pas encore tout à fait terminée et qu’il y avait de nombreuses perturbations sur les marchés action, avant une belle remontée qui n’est toujours pas terminée).

Je suis monté à presque 90% en actions dans cette décennie, mais devant la surchauffe durable, je suis redescendu à une part plus raisonnable.

Allocation stratégique 17/09/2021

Grosso modo, quand je ne suis exposé qu’à 1/3 en actions, c’est que je crains un krach en ne gardant quasiment que mes titres « à long terme » et quelques swings. Je garde du cash pour ramasser à bon prix encore plus de ces actions durables. Attention, je ne pratique pas le buy&hold pur et dur, car je pense qu’il est dépassé dans un monde qui va très (trop) vite, mais il y a tout de même quelques actions que je n’hésite pas à garder des années.

Mes 37% en monétaires, outre le cash sur mes comptes-titres, incluent également des positions de swing trading sur Forex, mais cela reste pour moi qu’une façon de me diversifier et d’avoir un peu de rendement supplémentaire.

Enfin, la nouveauté, c’est l’introduction d’une poche « cryptomonnaies ». Au début, je voulais me limiter à 10% de mon portefeuille, ce qui est déjà beaucoup pour ce genre d’actifs, mais j’ai réussi à gérer assez bien la montée depuis fin 2020 et surtout j’ai absorbé une partie de la descente de mai à juillet, pour mieux repartir à la hausse. En conséquence, j’ai pu augmenter fortement cette partie de mon portefeuille, même si elle est elle-même partiellement constituée de stablecoins ou équivalents, diversifiés tant qu’à faire. Là encore, je considère qu’il s’agit d’une autre manière d’avoir du monétaire avec rendement. Evidemment, cela implique une certaine conviction sur l’avenir des cryptomonnaies en général. A vrai dire, si je n’avais pas une certaine diversification et la possibilité d’échanger le tout rapidement contre des euros – fiats, je ne risquerai pas autant sur les cryptos.

Beaucoup de puristes crieront à l’hérésie quand on parle de cryptomonnaies en les comparant à de bonnes vieilles Sicav monétaires, mais au final, la monnaie en 2021 a plusieurs aspects. Au final, c’est un peu la même logique que les devises du Forex. Ce qui compte, c’est la valeur en temps réel dans la devise de sa zone géographique. Pour moi, c’est l’euro. Le reste, n’est qu’arbitrage et spéculations à court ou moyen terme. Mais c’est aussi une saine diversification, car j’ai une confiance limitée à long terme, en l’euro (ou le dollar…).

Vous remarquerez un petit ajout depuis 2011, à savoir de l’or physique. Il est toujours utile d’en avoir un peu, et je suis haussier sur le long terme pour l’or, qui encore une fois, reste pour moi une diversification à l’euro.

Ce qui m’importe, et ce qui devrait importer n’importe quel investisseur, c’est de voir grandir son portefeuille dans l’équivalence monétaire qu’il utilise au quotidien !

Bons investissements ! Et n’oubliez pas qu’il s’agit d’une course d’endurance qui dure une vie entière.

PS: J’ai exclu la résidence principale, qui est certes un actif pouvant être vendu contre des euros, mais comme j’y habite et que je n’ai pas l’intention d’en changer, je la vois plutôt comme une source d’économies de loyers. Je ne suis absolument pas intéressé par l’immobilier de rendement, ou alors sous forme côtée – et encore.

Cet exemple de portefeuille n’est donné qu’à titre pédagogique et n’est en rien un conseil d’investissement. Chacun est responsable de ses propres décisions à ce sujet !

*: De mes débuts dans la blogsphère financière, il ne reste pas grand chose… Citons malgré tout comme exemples l’excellent forum https://www.devenir-rentier.fr ou le très intéressant site de l’ami Jérôme https://www.dividendes.ch/

La finance dans l’ère du Covid – maintenant et tout de suite ? (1/3)

L’année 2020 a vu la rencontre de plusieurs phénomènes majeurs.

Tout d’abord, la première grande pandémie de l’ère numérique, entraînant des réactions « incroyables ». Parmi elles, la voie monétaire pour tenter de gérer le problème des dettes Covid, grâce à la planche à billets « infinie ».

Lire la suite

ZEBITEX, première crypto-banque européenne ?

Je suis avec attention le monde des cryptomonnaies depuis fin 2020. Aucun investisseur ne peut pas ignorer cette dimension, car les applications des technologies blockchains vont s’étendre à de nombreux domaines. Evidemment, chacun est libre de ses choix d’investissements, et on peut très bien se tenir à l’écart de ces technologies.

Lire la suite

« Les déterminants de la richesse » de Jérôme Rousseau

Les déterminants de la richesse: La science au service de l'indépendance  financière eBook: Rousseau, Jérôme: Amazon.fr

Quand un ami bloggeur que j’apprécie et que je suis depuis des années à travers son site www.dividendes.ch écrit un livre, je me dois au moins de le lire !

Lire la suite

Retour sur un investissement « raté »: Nutrien (ex-PotashCorp)

Source: Nutrien.com

Sur la partie de mon portefeuille consacrée à l’investissement « moyen-long terme » (sur plusieurs années), le temps joue le rôle principal pour déterminer un succès.

Lire la suite

L’or ou le bitcoin (en 2021)?

La question est de savoir quel est le réel ennemi…

Le Bitcoin a beaucoup de qualités par rapport à l’or et ses défenseurs vantent ses mérites d’autant plus que son cours explose à la hausse, enchaînant des performances hallucinantes en 2020 notamment.

Lire la suite

Transférer et acheter des cryptomonnaies – Ethereum, WOZX, MetaMask et Uniswap v2

Comme je le disais dans l’article précédent, je suis entrain de me documenter sérieusement sur l’univers passionnant des cryptomonnaies.

Rien ne valant mieux que l’expérience personnelle, je procède en testant.

Lire la suite

La folie du Bitcoin (et des altcoins) – mon premier compte chez Kraken

Cette année 2020 est tellement incroyablement… Historique !

Entre une pandémie qui bloque la moitié de la planète, et dont l’histoire n’est toujours pas finie et des cours de bourse qui s’envolent malgré la plus grosse crise économique depuis les guerres mondiales, le modèle des investissements blockchains explose.

Lire la suite

Gérer l’over-trading & quelques conseils pour les investisseurs particuliers

« Les tricheurs » de Michelangelo Merisi da Caravaggio

Ce terme désigne la tendance naturelle de vouloir passer des ordres de trading, en nombre excessif, pour :

  • ne pas avoir l’impression de perdre son temps (et de l’argent) devant une plateforme de trading
  • exploser sa performance (quotidienne, ou hebdomadaire)
  • contenter son système dopaminique et de dépendance

Le problème avec ce phénomène est qu’il touche tout le monde, débutant, confirmés, professionnels. En effet, il se base sur le comportement humain et les neurosciences.

Lire la suite