Previous Next

Je sais que je ne sais pas – CAC 40 en 2023

Pour ne pas plagier la célébre citation de Socrate « Je sais que je ne sais rien », j’ai recours à ma propre version de cette phrase pleine de sagesse… En effet, le sage est celui qui se rend compte qu’il ignore bien des choses.

Autrement dit, être trop sûr de ce qu’on croit savoir est une erreur.

Entre la bourse et la philosophie, il y a bien plus de points communs qu’on pourrait le croire de prime abord.

Au fil des années, à travers divers investissements, j’ai constaté une chose: l’erreur d’appréciation et bien plus fréquente que la justesse de son raisonnement.

En effet, non seulement l’art de l’investissement est très complexe, car la moindre décision d’achat et de vente s’appuie sur des miliers de facteurs hors du contrôle de l’investisseur. En effet, il suffit d’une phrase ou même d’un mot, sortant de la bouche d’un représentant de la Fed pour modifier profondément les flux monétaires.

Même un tweet d’Elon Musk peut avoir un certain impact sur les marchés.

Vous multipliez cela par toutes les personnes/entités influentes à travers le monde, mélangez cela à de nombreuses interprétations macroéconomiques différentes, des décisions d’entreprises concurrentes, des aléas climatiques, des actions terroristes, des guerres, etc. Et vous obtenez quelque chose de plus proche du chaos primordial que de faits rationnels et prévisibles…

En résumé, investir avec une méthode d’analyse ou avec une pièce jetée en l’air revient, sur la durée et pour peu quel’on soit diversifié, à peu de chose près à l’identique.

Bien sûr, cela ne veut pas dire qu’il faille faire n’importe quoi. Miser sur une société endettée, mal gérée et sans croissance va probablement mener vers des pertes financières.

Ma stratégie globale d’investissement prend en compte ce paradigme: je ne sais pas ce qu’il va se passer, mais j’essaie de mettre les probabilités de mon côté.

A titre personnel, je m’appuie sur des représentations graphiques, car mon cerveau fonctionne sur des critères visuels. Ce qui ne m’empêche pas de tenter de regarder les aspects fondamentaux et économiques sous-jacents (avec toute la grande incertitude qui y est liée).

C’est d’ailleurs en raison de cette incertitude que j’apprécie les représentations graphiques: un enfant pourrait dire si un cours monte ou descend ou ne bouge pas trop en regardant un graphique boursier.

Indice CAC 40 représenté en fonction de la valeur du BX4 (indice CAC inversé en levier 2) 4/2/2023

Dans cet exemple, même sans comprendre ce que cela représente, n’importe qui dirait « ça monte, mais de temps en temps ça descend beaucoup, mais ça monte quand même ! »

Logique, le CAC 40 a globalement progressé ces derniers années, malgré quelques crises. Et il a d’autant mieux performé contre le BX4 qui est un ETF avec un levier 2 inverse du CAC40 (avec des frais en plus et un beta slippage dû à sa construction). Voir à ce sujet un vieil article, toujours valable.

Ceci dit, on voit aussi que la valorisation actuelle du CAC 40 semble être dans une zone d’excès.

C’est exactement ce que je recherche: des zones d’excès (à la baisse de préférence sur des actions solides, ou des ETF indiciels).

Actuellement, nous sommes sur des plus hauts, dans des débuts de zones d’excès.

Les raisons de cet excès sont complexes à identifier. L’inflation en est un exemple.

Par exemple, si on prend le cas de la bourse turque (dont la lire a été très fortement dévaluée par rapport à l’euro), elle a grimpée en flèche !

C’est logique: mieux vaut posséder des bouts d’entreprises réelles, plutôt qu’une devise qui ne vaut pas grand chose !

Mais, est-ce que cela signifie pour autant que le marché turc surperformait ?

Si on l’exprime, corrigé par la valeur de la lire turque, c’est moins net:

Le marché turc a donc globalement stagné depuis 15 ans, avec de nombreuses fluctuations.

Pour en revenir à notre CAC 40, cela signifie qu’en cas d’inflation forte et durable, l’indice devrait monter.

Or, c’est bien ce qu’il fait…

Cependant, en ce qui concerne notre indice national, il est plus difficile de prendre en compte la dévalorisation éventuelle de l’euro. Certes, on peut comparer au dollar, mais ce dernier a le même problème d’inflation…

Autrement dit, il est difficile de voir pourquoi le CAC (ou un autre indice) augmente si on n’a pas d’autres hypothèses sous la main… Il est donc tout aussi difficile de voir s’il est sous ou surévalué. Et oui, sinon on pourrait facilement prévoir les moments où il vaut mieux acheter ou vendre !

On en revient donc à une représentation graphique, qui permet, même à un enfant de 5 ans, de savoir si « ça monte », ou si « ça descend ».

Comme je ne sais pas prévoir le moment précis où cela va corriger, je me contente de lisser ce moment dans le temps à travers un investissement progressif.

Mon hypothèse d’investissement est: « dans les deux prochaines années (maximum), le CAC devrait corriger à des valeurs plus basses, et grâce à une stratégie de DCA, je devrais être en gain ».

(Je ne parle même pas de la réaction potentielle des marchés si on apprenait prochainement que l’armée ukrainienne reculait, ou que l’une des nombreuses potentielles crises géopolitiques éclatait…)

Comme nous l’avons vu plus haut, le BX4 n’est pas un bon vecteur d’investissement à long terme. Deux ans, c’est déjà beaucoup et cela va forcément grignoter une partie des éventuels gains. Mais deux ans est mon maximum raisonnable dans mon hypothèse. Je mise plutôt sur « à un moment en 2023 ».

Ceci dit, les autres alternatives « simples » sont les options type PXA (mais l’utilisation d’options demande de nombreux calculs et de bien comprendre l’influence du temps et de la volatilité) ou des CFDs sur Futures CAC40 (mais il y a des frais de swap overnight qui peuvent s’accumuler). Je pourrais ajouter des Turbos à faible levier à la liste.

Au final, le BX4 (ou d’autres ETFs équivalents) ne sont pas de si mauvais produits, car ils restent relativement simples à comprendre et à utiliser. Il faut bien garder en tête que lorsqu’on veut se couvrir à la baisse, on passe forcément par des produits dérivés, qui rajoutent des risques et des frais d’intermédiaires.

Personnellement, je préfère me « couvrir » à la baisse d’une manière très simple: je vend des actions et j’accumule plus de cash (ce qui, d’une certaine manière, revient à shorter une action sans levier)…

Cependant, il y a des cas où on pense qu’il y aura une correction « imminente » et globale, sans pour autant casser une tendance haussière de plus long terme. Quelle que soit la méthode choisie (BX4, PXA ou CFDs), il faut juste faire comme pour tout le reste: se fixer un objectif, calculer son risque et prendre une décision quant à la manière d’entrée en position.

Une autre raison pour laquelle je cherche à investir à la baisse, c’est que mes principaux repères sont en (fortes) hausses:

  • l’or
  • le marché crypto et surtout le bitcoin
  • le marché action
  • (même les obligations type US bonds à 10 ans sont élevées, y compris leurs taux !)

Et mon expérience me dit que quand tout grimpe vers valeurs élevées, il y a plusieurs types d’actifs qui finissent par chuter, si ce n’est l’ensemble.

Evidemment, encore une fois, la notion de « élevé » est complexe et relative. Mais je vous laisse regarder les graphiques des actifs cités ci-dessus:

L’or…

Les obligations US à 10 ans…

Il n’y a que le bitcoin qui, après la forte correction de 2022, est encore bas, mais si on prend du recul (sur dix ans), il reste néanmoins très élevé… Mais ceci dit, le bitcoin est un actif atypique dont la valorisation est particulièrement complexe à déterminer.

Vous l’aurez compris, j’entame un investissement progressif sur le BX4 dès la semaine qui s’annonce…

Ceci n’est évidemment pas un conseil en investissement, et le but de cet article n’est que de montrer que je sais que je ne sais pas… Mais que cela ne vous empêche pas d’essayer de savoir… !

Disclaimer: Tout ce qui est exprimé dans cet article ne reflète que l’avis personnel de son auteur et ne constitue en rien un conseil en investissement. Chacun est responsable de ses propres décisions dans la gestion de son patrimoine.

25 euros en bitcoins par semaine – bilan n°1 de fin janvier 2023

Cet article fait le compte-rendu de l’application de la stratégie expliquée ici.

Cette stratégie d’investissement a débuté le 13 décembre 2022.

Nous sommes donc à la 8ème semaine d’investissement.

Etat du portefeuille « DCA hebdomadaire »:

Remarque: la contre-valeur en euros est calculée à chaque mise à jour du tableau. S’agissant d’un exemple pédagogique servant à illustrer le principe de ce type de méthode, je vais m’efforcer à faire un suivi régulier et hebdomadaire pendant l’année 2023, tant qu’un signal d’achat (ou de vente) est validé. Comme je voyage beaucoup, il est possible que de temps à autre, la mise à jour se fasse avec un décalage d’une ou deux semaines, mais l’idée est surtout de montrer la pertinence de ce type de stratégie, facile d’accès et applicable également à d’autres supports (comme des ETFs, des actions ou même des pièces d’or par exemple).

Rappel des conditions d’application de la méthode:

Les conditions d’entrée:

Comme pour tout investissement, il faut se fixer des conditions d’entrée et de sortie précises, dès le départ, pour éviter de se laisser entraîner par ses émotions en cas de krach ou de forte spéculation à la hausse et pour éviter d’arrêter l’investissement en cours de route.

Le pire dans une stratégie d’investissement progressif, c’est d’arrêter en cas de baisse, alors que la logique de cette méthode indique que c’est justement là le meilleur moment.

Ma condition d’achat est simple: on achète quand une bougie hebdomadaire est entièrement sous la moyenne mobile à 200 semaines. Tant que cette condition est validée, on continue.

Les conditions de sorties:

Elles sont toutes aussi importantes dans le succès d’une méthode.

On peut par exemple choisir la MM200 X 1,5 comme premier niveau de sortie; MM 200 X 2 en 2ème; MM 200 X 2,5 en 3ème. A chaque fois, on sort 1/3 de la position totale accumulée. Si le cours retombe sous un pallier, on revend sur le pallier précédent, qui servira en quelque sorte de « stop suiveur ».

A titre personnel, j’utilise ici (comme pour tous mes types de tradings/investissements) des niveaux de bandes de Bollinger, basés sur une MM200 et avec des paramètres personnels. Le code est open source et peut-être facilement trouvé sur Tradingview.

Les conditions de sorties sont donc dynamiques selon la règle suivante:

-25 % de la position sur la première bande

-25 % sur la seconde bande

-25 % sur le niveau de surachat (ligne rouge)

Les 25 % restants seront sorties à raison de 1% par semaine tant que le cours se maitient au-dessus de la ligne rouge supérieure.

Remarquez qu’il se peut que le cours n’atteigne pas la bande supérieure par exemple, sans redescendre dans la zone d’achat… Cela signifie donc qu’on va à nouveau accumuler « pour la prochaine fois ».

Bien sûr, on peut aussi « jouer la sécurité » et tout vendre si le cours redescend à son PRU par exemple, quelle que soit la somme restante, pour reprendre l’accumulation plus bas…

Remarque: le signal d’achat va être invalidé la semaine prochaine si la progression du BTC continue, mais il y a de bonnes chances que la MM200 forme une résistance.

Newsletter Cryptoinvestisseur n°32 –29-1-2023 – bitcoin en force !

Source: Midjourney

Le mois de janvier s’achève sur une progression exceptionnelle du bitcoin, qui a visiblement entraîné tout le marché avec lui. Bien sûr, certains projets se distinguent en ce début d’année, comme l’Aptos (qui en passant, me semble surévalué compte tenue de ses tokenomics inflationnistes et surtout, parce que je ne vois pas bien ce qu’il apporte de nouveau dans le monde de la crypto…) par exemple avec ses 450% de gains…

Ceci dit, n’oubliez jamais que cela reste toujours et encore le bitcoin qui mène la danse. Quand le bitcoin va, tout va et il reste la référence des gros portefeuilles (sauf exceptions évidemment; il y a aussi des fanatiques d’Ethereum…)

https://quantifycrypto.com/heatmaps au 29/1/2023 11h CET

Quoiqu’il en soit, le marché crypto est en forme en ce début 2023. Ceci dit, c’est aussi le cas du Nasdaq… Mais si on regarde, par exemple la capitalisation crypto total / Nasdaq, on voit bien que les cryptos ont été récemment en force par rapport à ce dernier.

De la poule ou de l’oeuf, qui a été le premier ? C’est le même style de raisonnement ici, mais il est toujours utile de voir les choses de loin et autrement…

En passant, on peut aussi voir que ces derniers temps, c’est bien la multiplication des cryptos (que ce soit des purs shitcoins ou en offrant une tentative d’innovation dans un domaine) qui apporte les flux de capitaux dans les cryptomonnaies. Le bitcoin joue par contre toujours une valeur de refuge dans la tourmente.

De là à dire qu’il faille investir dans les altcoins et que le bitcoin est mort, il y a un grand pas que je ne franchirai pas. En effet, si globalement, la prédominance du bitcoin baisse, il est bien délicat de choisir les concurrents qui seraient peut-être victorieux… On voit donc bien que ces dernières semaines, c’est bien le bitcoin qui joue le rôle de leader dans la capitalisation globale.

L’état de mon portefeuille crypto & quelques remarques sur la méthodologie de valorisation

Mon portefeuille crypto, toujours en progression forte (+10,9%), bien qu’en décélération depuis le début du mois, en comptant purement sans prise en compte des fiats injectés depuis début 2022.

En valorisation totale (en euros), le portefeuille reste cependant à environ -34,39% depuis le début d’année 2022 (première newsletter). Cela montre également qu’il est bien dur de remonter la pente après de fortes pertes…

Remarquez également que lorsqu’on regarde l’aspect de la courbe d’indice, on pourrait très bien en conclure qu’il n’y a eu qu’un rebond au sein d’une tendance baissière…

au 29-1-2023
au 29-1-2023

Remarque: La valorisation est calculée en ignorant les variations EUR/USD; autrement dit, la valorisation en dollars est systématiquement calculée avec la parité de la dernière date actuelle. La courbe réelle est donc légèrement différente, vu que l’EUR/USD a varié durant cette année. Mais peu importe, ce qui compte c’est la valeur actuelle en euros.

On voit bien l’effet du DCA, qui lisse logiquement la perte. Ceci dit, un tel graphique sur mon portefeuille boursier me ferait peur, mais nous sommes sur des cryptomonnaies et donc, il faut supporter cette volatilité !

Notez également que le graphique commence vers 90% (au lieu de 100!) car j’ai débuté mon relevé de données le 22/1/2022 alors que la valorisation « fiat » date de fin 2021. Celle-ci ne correspond d’ailleurs pas uniquement à des euros investis, mais à l’état de mon portefeuille crypto à la fin 2021 (après avoir multiplié mon investissement de départ pendant le fort marché haussier entre fin 2020 et 2021). Je pourrais rajouter cette période, mais comme j’ai commencé le suivi de ce portefeuille avec mes stratégies actuelles en 2022 à la première newsletter , cela me demanderait pas mal de travail de recherche de données et surtout, je n’utilisais pas du tout les mêmes stratégies pendant le marché haussier. Je compte le faire pour faire un bilan complet, mais plutôt à la fin de la période d’investissement initialement prévue (vers 2025 donc).

29-1-2023 – 11h CET

Mes stratégies de DCA principales ne se sont pas encore déclenchées. Pour rester simple, je n’achète que si le prix est inférieur à la clôture du mois précédent dans ma stratégie principale. Autrement dit, je n’ai presque rien réinjecté depuis début janvier.

1. BTC: Je suis curieux de voir jusqu’où il peut monter jusqu’à une correction saine.. Et également curieux de voir l’ampleur de cette correction sachant qu’il a pris plus de 40% depuis un mois… Quoiqu’il en soit, au niveaux actuels, j’accumule toujours en DCA.

2. USDC: Une légère augmentation, car j’ai vendu mon petit stock de PSP sur le rebond à 0,046$ (token de l’excellent aggrégateur de Paraswap). Pour ce dernier, j’ai beaucoup plus confiance dans la bonne technologie que dans les tokenomics… J’avoue ne pas avoir poussé plus loin mon investigation sur les évolutions de cette dernière, et comme je ne compte pas y investir plus que cela, autant me consacrer à mes (déjà nombreux) autres investissements.

3. DOT: Le Polkadot performe mieux que l’ETH. Je n’irai pas tirer des conclusions hâtives cependant.

4. ETH: Inchangé.

5. DAI: Inchangé.

6. BNB: Je garde jusqu’à 0,02 BTC au minimum. Si Binance survit, ce qu’il semble faire, il peut y avoir encore une grosse surprise sur l’appréciation de son token maison… Cependant, on voit qu’il peine de plus en plus à garder sa surperformance; ce qui est logique tant que les « petites affaires » du monde de la finance traditionnelle post-FTX ne se sont pas totalement résolues.

7. EOS: J’attends un petit rebond pour tout convertir en bitcoin. Il peut ne jamais arriver, mais c’est la vie. En attendant, le petit DCA continue. J’espère que je n’ai pas fait l’erreur de le garder trop longtemps. L’EOS profite du rebond général, mais tant que ça. C’est bien une indication du désintérêt de ce token, qui aurait pu…

8. HBAR: Inchangé, mais il est très en forme. Je ne doute cependant pas qu’il puisse retomber tout aussi rapidement. Beaucoup de hype sur ce projet. Tant mieux vu que c’est un peu un pari sur cette technologie de sharding dont la valorisation est directement liée à sa vitesse… Il pourrait devenir le Solana de 2023-24…

9. FTM: Le Fantom reste sur sa lancée. Il est évident qu’il décrochera fortement dès que le marché se corrigera. En attendant, je me demande s’il peut atteindre 1 $ ou si sa course s’arrêtera à 50 cents. C’est un token spéculatif, mais qui reste relativement solide (par rapport à des memecoins).

(Je ne compte pas mes tokens MPS, théoriquement à la 9ème place dans mon portefeuille, car ce sont des actions tokenisées. Ceci dit, je pense beaucoup de bien de Mt Pelerin (lien d’affiliation), qui peuvent devenir un acteur assez important en crypto lors du prochain bullrun, s’il y en aura un bien sûr. Ceci dit, si j’investi dans les cryptos, c’est bien parce que je pense qu’il y en aura un ! Je suis à mon exposition maximale sur cette action un peu particulière)

10. NEM:  Encore un token de pure spéculation. Le projet NEM/Symbol/NIS1 est enterré et les évolutions promises ne viennent pas. Les réseaux sociaux sont quasiment à l’arrêt, le github du projet survit à peine… Cependant, comme c’est un « ancien », un certain nombre d’investisseurs lui accordent une certaine confiance (en tant que blockchain éprouvée) et il est tellement plus simple de faire varier le prix de ce genre de token… J’avoue que j’en avais gardé un tout petit peu, et que j’ai continué un micro-DCA puisqu’il n’a fait que chuter et me voilà avec une quantité non négligeable de jetons, à force de temps. Evidemment, j’aurai (comme pour beaucoup d’altcoins) mieux fait de tout transformer en bitcoins depuis bien longtemps. Va-t’il faire une dernière altseason lors du prochain bullrun (si ce dernier a lieu bien sûr) ? Wait & See ! PS: 1,6 % de mon portefeuille, c’est beaucoup trop, mais au final, l’expérience se tente.

L' »altcoin » de la semaine:

En fait, lorsqu’on pense à des altcoins, il faudrait déjà se poser les bonnes questions par rapport à leur qualificatif d' »alternatif » (au bitcoin donc).

Avant d’explorer ces autres cryptomonnaies, il convient sans doute de revenir aux fondamentaux.

Je ne vais pas résumer ce qu’est le bitcoin ici, mais je conseillerai à quiconque investissant dans les cryptomonnaies, de quelque manière que ce soit et dans quelque objectif personnel voulu, en suivant une quelconque stratégie, de bien maîtriser le bitcoin en premier.

De nombreuses sources intéressantes existent, mais pour rester bref, je conseillerai de lire le très complet (mais aussi en partie très technique) « Au coeur du Bitcoin ».

En complément, ou plutôt en préalable, il existe une excellente chaîne Youtube, à savoir :

https://www.youtube.com/@DecouvreBitcoin/featured

La playlist suivante donne les explications utiles, du débutant au confirmé à tendance expert pour les vidéos les plus techniques:

On pourrait critiquer le côté « maximaliste », « geek technique » voire « anti-establishment » de l’auteur Rogzy. Je pense cependant que quelle que soit votre sensibilité à ces termes, on ne peut que reconnaître la qualité pédagogique de ces vidéos. A chacun de faire le tri dans la partie « démagogique pro-bitcoin ».

A titre personnel, je n’ai pas trouvé mieux sur internet (et en plus, c’est gratuit).

——————————–

Mon objectif global est toujours le même: détenir un maximum de bitcoins à un horizon 2024-2025. Tout le reste n’est qu’un moyen pour y parvenir. Je suis curieux de voir si je n’aurais pas juste mieux fait de garder des bitcoins sans rien faire (même si je commence à deviner la réponse à cette question…)

Le DCA est (toujours) mon ami en ces périodes incertaines.

—————————————–

Notez que ces dix principales positions représentent 82,8 % de mon portefeuille crypto total (fiats de réserve exclus, mais stablecoins inclus). 

Part de bitcoins: 39,1 % 

Part de stablecoins (PAXG et euros fiat en attente de tokénisation inclus): 17,3 % (-0,2%) En raison de la poussée du marché crypto général.

Bons investissements et soyez prudents ! N’investissez que des sommes que vous pourriez perdre !

Disclaimer: Tout ce qui est exprimé dans cette lettre ne reflète que l’avis personnel de son auteur et ne constitue en rien un conseil en investissement. Chacun est responsable de ses propres décisions dans la gestion de son patrimoine.

Newsletter Cryptoinvestisseur n°31 –22-1-2023 – Etre un optimiste mesuré

(oui, je m’amuse comme tout le monde avec Midjourney…)

Le bitcoin, et donc tout le marché crypto, enchaîne des journées en forts gains avec des petites pauses depuis deux semaines. Tant mieux me direz-vous, mais il ne faut pas oublier que l’année 2022 a été très éprouvante pour ce marché.

Il faut voir à long terme et ne pas s’emporter. Autrement dit, si on avait des swings trades en pariant sur des rebonds, il faut se rappeler ses cibles initiales (car vous en aviez bien j’espère ?) et ne pas se laisser prendre dans le mouvement.

N’oublions pas qu’on est passé de « c’est la fin du bitcoin/des cryptos » à « on peut espérer 160 000 $ cette année, « 2023 est une année record » (alors qu’on n’est même pas arrivé à la fin du mois de janvier !), « un jour, le bitcoin vaudra 10 millions de dolars, c’est certain »… Bref, ne vous laissez surtout pas dévier de votre plan initial.

Le mien est d’accumuler au mieux, jusqu’à fin 2024/début 2025 et de voir ce que cela donne en bitcoins, mais aussi en euros…

https://quantifycrypto.com/heatmaps au 22/1/2023 13h CET

L’état de mon portefeuille crypto & quelques remarques sur la méthodologie de valorisation

Mon portefeuille crypto, toujours en progression forte (+14,74%), bien qu’en décélération depuis la dernière newsletter, en comptant purement sans prise en compte des fiats injectés depuis début 2022.

En valorisation totale (en euros), le portefeuille reste cependant à environ -36,38% depuis le début d’année 2022 (première newsletter). Cela montre également qu’il est bien dur de remonter la pente après de fortes pertes…

Remarquez également que lorsqu’on regarde l’aspect de la courbe d’indice, on pourrait très bien en conclure qu’il n’y a eu qu’un rebond au sein d’une tendance baissière…

au 16-1-2023
au 22-1-2023

Remarque: La valorisation est calculée en ignorant les variations EUR/USD; autrement dit, la valorisation en dollars est systématiquement calculée avec la parité de la dernière date actuelle. La courbe réelle est donc légèrement différente, vu que l’EUR/USD a varié durant cette année. Mais peu importe, ce qui compte c’est la valeur actuelle en euros.

On voit bien l’effet du DCA, qui lisse logiquement la perte. Ceci dit, un tel graphique sur mon portefeuille boursier me ferait peur, mais nous sommes sur des cryptomonnaies et donc, il faut supporter cette volatilité !

Notez également que le graphique commence vers 90% (au lieu de 100!) car j’ai débuté mon relevé de données le 22/1/2022 alors que la valorisation « fiat » date de fin 2021. Celle-ci ne correspond d’ailleurs pas uniquement à des euros investis, mais à l’état de mon portefeuille crypto à la fin 2021 (après avoir multiplié mon investissement de départ pendant le fort marché haussier entre fin 2020 et 2021). Je pourrais rajouter cette période, mais comme j’ai commencé le suivi de ce portefeuille avec mes stratégies actuelles en 2022 à la première newsletter , cela me demanderait pas mal de travail de recherche de données et surtout, je n’utilisais pas du tout les mêmes stratégies pendant le marché haussier. Je compte le faire pour faire un bilan complet, mais plutôt à la fin de la période d’investissement initialement prévue (vers 2025 donc).

22-1-2023 – 13h CET

Mes stratégies de DCA principales ne se sont pas encore déclenchées. Pour rester simple, je n’achète que si le prix est inférieur à la clôture du mois précédent dans ma stratégie principale. Autrement dit, je n’ai presque rien réinjecté depuis début janvier.

1. BTC: Plus que jamais en tête. C’est clairement lui qui tire le marché crypto en ce moment..

2. USDC: Pas de changement.

3. DOT: Le Polkadot reste de très peu devant l’ETH.

4. ETH: Inchangé.

5. DAI: Inchangé.

6. BNB: Je garde jusqu’à 0,02 BTC au minimum. Si Binance survit, ce qu’il semble faire, il peut y avoir encore une grosse surprise sur l’appréciation de son token maison… Cependant, on voit qu’il peine de plus en plus à garder sa surperformance; ce qui est logique tant que les « petites affaires » du monde de la finance traditionnelle post-FTX ne se sont pas totalement résolues.

7. EOS: J’attends un petit rebond pour tout convertir en bitcoin. Il peut ne jamais arriver, mais c’est la vie. En attendant, le petit DCA continue. J’espère que je n’ai pas fait l’erreur de le garder trop longtemps. L’EOS profite du rebond général, mais tant que ça. C’est bien une indication du désintérêt de ce token, qui aurait pu…

8. HBAR: Inchangé, mais il est très en forme. Je ne doute cependant pas qu’il puisse retomber tout aussi rapidement. Beaucoup de hype sur ce projet. Tant mieux vu que c’est un peu un pari sur cette technologie de sharding dont la valorisation est directement liée à sa vitesse… Il pourrait devenir le Solana de 2023-24…

9. FTM: Le Fantom reste sur sa lancée, mais il me semble évident qu’en cas de retournement du bitcoin, cela va faire mal… Ceci dit, je vois toujours à long terme.

(Je ne compte pas mes tokens MPS, théoriquement à la 9ème place dans mon portefeuille, car ce sont des actions tokenisées. Ceci dit, je pense beaucoup de bien de Mt Pelerin (lien d’affiliation), qui peuvent devenir un acteur assez important en crypto lors du prochain bullrun, s’il y en aura un bien sûr. Ceci dit, si j’investi dans les cryptos, c’est bien parce que je pense qu’il y en aura un ! Je suis à mon exposition maximale sur cette action un peu particulière)

10. NEM:  Une entrée presque étonnante dans mon TOP 10 de ce mort-vivant, grâce à une contre-performance de l’UCO/Archetic. Le projet NEM/Symbol/NIS1 est enterré et les évolutions promises ne viennent pas. Les réseaux sociaux sont quasiment à l’arrêt, le github du projet survit à peine… Cependant, comme c’est un « ancien », un certain nombre d’investisseurs lui accordent une certaine confiance (en tant que blockchain éprouvée) et il est tellement plus simple de faire varier le prix de ce genre de token… J’avoue que j’en avais gardé un tout petit peu, et que j’ai continué un micro-DCA puisqu’il n’a fait que chuter et me voilà avec une quantité non négligeable de jetons, à force de temps. Evidemment, j’aurai (comme pour beaucoup d’altcoins) mieux fait de tout transformer en bitcoins depuis bien longtemps. Va-t’il faire une dernière altseason lors du prochain bullrun (si ce dernier a lieu bien sûr) ? Wait & See ! PS: 1,6 % de mon portefeuille, c’est beaucoup trop, mais au final, l’expérience se tente.

L’altcoin de la semaine:

Un de mes paris spéculatif pur, le Hedera Hashgraph (HBAR).

Il a été créé en 2017. Hedera Hashgraph est un réseau public basé sur Hashgraph, créé par Baird et Mance Harmon. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une blockchain, mais d’une alternative utilisant des registres distribués. Comme de nombreux autres projets, il cherche à résourdre le trilemme de la scalabilité (donc de la vitesse), de la sécurité et de la décentralisation. En ce qui concerne la décentralisation, il est prévu d’avoir 39 entreprises membres du conseil de gouvernance (et de validateurs). La réponse est donc déjà donnée pour cette partie du trilemme. Par contre, pour la vitesse (surtout) et la sécurité, il semble bien que le Hashgraph ait une carte à jouer dans l’univers des altcoins…

Source: https://hedera.com/council

L’un des autres problèmes du HBAR consiste en la dilution prévue due à l’inflation. En effet, actuellement, seulement la moitié des tokens sont en circulation et il y a une pente assez raide jusqu’à début 2024 à venir…

Source: https://www.coingecko.com/en/coins/hedera/tokenomics (à notez que les token pré-mintés en 2019 ne sont pas inclus dans le graphique – Max total supply = 50 000 000 000 !)

Autrement dit, les créateurs et les entreprises du conseil de gouvernance ont avant tout eu l’objectif de s’en mettre plein les poches… Cela n’enlève en rien la qualité et l’originalité du projet… Mais, il faut en avoir conscience !

En fait, ce projet – sans évoquer les aspects techniques – me fait un peu penser à XRP de Ripple Labs, sans les problèmes avec la SEC qu’ont ces derniers ! Une « blockchain » bancaire, qui fonctionne bien, mais qui est clairement privée, malgré les promesses et les possibilités de décentralisation. On aime ou on n’aime pas, mais personnellement, je suis investisseur, pas idéaliste (en tout cas pour ce projet !)

Si voulez mieux comprendre le principe du HBAR, je vous invite à lire ce vieil, mais néanmoins bon article de Cryptoast ou, pour les anglophones, de regarder cette vidéo Youtube qui explique clairement le principe (avec les sous-titres, c’est très compréhensible, même avec un niveau d’anglais très moyen).

Bref, comme toujours, à chacun de juger de l’opportunité ou non d’investir dans cet écosystème…

22-1-2023 14 h CET

——————————–

Mon objectif global est toujours le même: détenir un maximum de bitcoins à un horizon 2024-2025. Tout le reste n’est qu’un moyen pour y parvenir. Je suis curieux de voir si je n’aurais pas juste mieux fait de garder des bitcoins sans rien faire (même si je commence à deviner la réponse à cette question…)

Le DCA est (toujours) mon ami en ces périodes incertaines.

—————————————–

Notez que ces dix principales positions représentent 82,6 % de mon portefeuille crypto total (fiats de réserve exclus, mais stablecoins inclus). 

Part de bitcoins: 39,1 % (+6,2%) Le bitcoin superforme clairement le marché.

Part de stablecoins (PAXG et euros fiat en attente de tokénisation inclus): 17,5 % (-1%) En raison de la poussée du marché crypto général.

Bons investissements et soyez prudents ! N’investissez que des sommes que vous pourriez perdre !

Disclaimer: Tout ce qui est exprimé dans cette lettre ne reflète que l’avis personnel de son auteur et ne constitue en rien un conseil en investissement. Chacun est responsable de ses propres décisions dans la gestion de son patrimoine.

Newsletter Cryptoinvestisseur n°30 –16-1-2023 – Un nouvel espoir (bis)?

La semaine dernière, je disais :

Quant à savoir si les plus bas ont été atteints ou pas, je n’ai toujours pas changé d’avis « probablement pas, mais on ne peut jamais savoir… ».

Effectivement, on ne sait toujours pas, mais en tout cas, ça n’a pas empêché le marché crypto, sous l’impulsion initiale du bitcoin, d’exploser à la hausse, d’une manière que l’on n’a pas vu depuis bien longtemps.

Sur la semaine, quasiment tout est vert, voir très vert !

https://quantifycrypto.com/heatmaps au 16/1/2023 14h CET

Attention, il ne faut pas perdre de vue qu’un -40% peut arriver tout aussi bien qu’un +40%. On est dans la crypto !

Surtout que le marché action est toujours à la croisée des chemins. Beaucoup d’indicateurs plaident pour une décrochage massif. Le plafond de la dette US qui vient d’être atteint et quelques grands résultats d’entreprises, ne vont pas aider à calmer les choses.

Personnellement, ce que je vois surtout, et notamment sur les marchés européens, ce sont des très hauts niveaux de cours dans des volumes à la baisse: une combinaison parfaite avant un krach. Je ne parle pas de la tension géopolitique grandissante qui peut atteindre un point critique à tout moment…

Autrement dit, je préfère rester très prudent… Et continuer mon DCA.

En parallèle à mes investissements en DCA (y compris sur le marché action), j’ai fais deux paris relativement décorélés: l’un sur le gaz naturel et l’autre sur la baisse du dollar par rapport à une devise fortement liée à l’or, le Rand sud-africain. Ce sont deux swing trades pouvant durer plusieurs mois selon l’évolution des cours.

En prenant un peu de recul, on voit aussi que la capitalisation crypto total peine à passer les 1000 milliards, (qui correspondent plus ou moins à la MM200 jours d’ailleurs) et que nous sommes à des niveaux clés à la fois sur des graphiques hebdomadaires et journaliers. Bref, une reprise de la baisse est tout à fait possible.

Si j’avais fais un swing trade sur le bitcoin, je prendrais au moins une partie de mes bénéfices maintenant. Ceci dit, je suis sur du long terme sur cette poche d’actifs précise, donc… Wait & See !

Mon graphique d’analyse d’ensemble, avec pleins de choses peu lisibles… Mais ce qu’il faut surtout retenir, c’est qu’il n’y a pas de différence entre un retournement durable de tendance et une petite correction dans une baisse longue… Tout dépend de sa stratégie et donc de son horizon de temps !

L’état de mon portefeuille crypto & quelques remarques sur la méthodologie de valorisation

Mon portefeuille crypto, a eu un gain de valorisation record depuis le début de cette newsletter de +42,41% depuis la dernière newsletter, en comptant purement sans prise en compte des fiats injectés depuis début 2022.

En valorisation totale (en euros), le portefeuille reste cependant à environ -39,69% depuis le début d’année 2022 (première newsletter). Cela montre bien que la baisse globale est loin d’être terminée.

au 16-1-2023
au 16-1-2023

Remarque: La valorisation est calculée en ignorant les variations EUR/USD; autrement dit, la valorisation en dollars est systématiquement calculée avec la parité de la dernière date actuelle. La courbe réelle est donc légèrement différente, vu que l’EUR/USD a varié durant cette année. Mais peu importe, ce qui compte c’est la valeur actuelle en euros.

On voit bien l’effet du DCA, qui lisse logiquement la perte. Ceci dit, un tel graphique sur mon portefeuille boursier me ferait peur, mais nous sommes sur des cryptomonnaies et donc, il faut supporter cette volatilité !

Notez également que le graphique commence vers 90% (au lieu de 100!) car j’ai débuté mon relevé de données le 22/1/2022 alors que la valorisation « fiat » date de fin 2021. Celle-ci ne correspond d’ailleurs pas uniquement à des euros investis, mais à l’état de mon portefeuille crypto à la fin 2021 (après avoir multiplié mon investissement de départ pendant le fort marché haussier entre fin 2020 et 2021). Je pourrais rajouter cette période, mais comme j’ai commencé le suivi de ce portefeuille avec mes stratégies actuelles en 2022 à la première newsletter , cela me demanderait pas mal de travail de recherche de données et surtout, je n’utilisais pas du tout les mêmes stratégies pendant le marché haussier. Je compte le faire pour faire un bilan complet, mais plutôt à la fin de la période d’investissement initialement prévue (vers 2025 donc).

16-1-2023 – 13h CET

Mes stratégies de DCA principales ne se sont pas encore déclenchées. Pour rester simple, je n’achète que si le prix est inférieur à la clôture du mois précédent dans ma stratégie principale. Autrement dit, je n’ai presque rien réinjecté (à part bien sûr mon « gros » ordre sur PAXG).

1. BTC: Toujours en tête. J’ai terminé mon arbitrage LTC/BTC, renforçant ainsi ma poche de bitcoin.

2. USDC: Pas de changement.

3. DOT: Le Polkadot reste de très peu devant l’ETH, et s’est même offert le luxe de progresser légèrement mieux que ce dernier sur la semaine écoulée.

4. ETH: Inchangé.

5. DAI: Inchangé.

6. BNB: Je garde jusqu’à 0,02 BTC au minimum. Si Binance survit, ce qu’il semble faire, il peut y avoir encore une grosse surprise sur l’appréciation de son token maison… Cependant, on voit qu’il peine de plus en plus à garder sa surperformance; ce qui est logique tant que les « petites affaires » du monde de la finance traditionnelle post-FTX ne se sont pas totalement résolues.

7. EOS: J’attends un petit rebond pour tout convertir en bitcoin. Il peut ne jamais arriver, mais c’est la vie. En attendant, le petit DCA continue. J’espère que je n’ai pas fait l’erreur de le garder trop longtemps. L’EOS profite du rebond général, mais tant que ça. C’est bien une indication du désintérêt de ce token, qui aurait pu…

8. HBAR: Inchangé, mais il progresse dans mon TOP 10. Beaucoup de hype sur ce projet. Tant mieux vu que c’est un peu un pari sur cette technologie de sharding dont la valorisation est directement liée à sa vitesse… Il pourrait devenir le Solana de 2023-24…

9. FTM: Le grand retour de Fantom et de sa solution de scalabilité d’Ethereum. Il m’en restait un peu, j’ai continué un très petit DCA mou, mais forcément, avec un +38% sur la semaine, il revient dans mon TOP 10. Il a sans doute été enterré trop tôt, avec le départ de son développeur principal Andre Croje, qui ferait un retour. Malin de partir après vendu dans les plus hauts, pour revenir après que la valorisation est revenu à ras les pâquerettes.. (lien: https://cryptoast.fr/andre-cronje-retour-rumeurs-font-grimper-ftm-fantom/ )

(Je ne compte pas mes tokens MPS, théoriquement à la 9ème place dans mon portefeuille, car ce sont des actions tokenisées. Ceci dit, je pense beaucoup de bien de Mt Pelerin (lien d’affiliation), qui peuvent devenir un acteur assez important en crypto lors du prochain bullrun, s’il y en aura un bien sûr. Ceci dit, si j’investi dans les cryptos, c’est bien parce que je pense qu’il y en aura un ! Je suis à mon exposition maximale sur cette action un peu particulière)

10. ARCHETIC (UCO): Il se maintient péniblement dans mon TOP 10, battant de peu mes nombreux tokens qui comptent pour entre 1 et 2% de mon portefeuille crypto ( NEM, GNO, MOVR, GRT, BIFI, ATOM…). Il y a pas mal de choses qui vont se produire sur ce projet dans les mois qui viennent. A voir comment le marché le valorisera.

L’altcoin de la semaine:

Une autre solution de scalabilité de la chaîne Ethereum est à l’honneur cette semaine, le Fantom (FTM).

Il a été créé en 2018, par la Fantom Foundation. Sans rentrer dans les détails, il s’agit d’un conglomérat d’investisseurs-risques. Autrement dit, il s’agit d’une entreprise qui avait pour but de créer un token efficace pour faire de la DEFI.

On peut dire qu’ils y sont parvenus, mais malheureusement, la DEFI sur Fantom a attiré un peu tout et (surtout) n’importe quoi. On pourrait reprocher la même chose à Solana, à la différence majeure qu’Alameda Research n’a rien à faire dans Fantom. Ceci dit, on reste dans une chaîne clairement faite pour faire gagner de l’argent (comme bien d’autres projets cryptos me direz-vous), avec une certaine concentration des noeuds validateurs dans les mains d’entités financières.

Je ne suis pas assez calé techniquement sur ce sujet, mais la grande majorité des développeurs avec qui j’ai pu discuter sur l’aspect technique de Fantom sont plutôt d’accord sur le fait que c’est une solution peu élégante, mais qui fonctionne. Le principe technique repose sur un mécanisme de consensus nommé Lachesis, basé sur le concept de l’Asynchronous Byzantine Fault Tolerance. Ce dernier permettrait jusqu’à environ 30% de noeuds validateurs malvaillants. Quoiqu’il en soit, le système tourne.

L’autre paramètre important, c’est qu’il reste environ 600 millions de tokens (sur le maximum de 3 175 000 000 prévu fin 2025). Autrement dit, le vesting des investisseurs initiaux et des gains des noeuds validateurs n’est pas terminé, il reste environ 20% de tokens à distribuer, mais le plus gros est fait (d’où d’ailleurs une partie de la chute importante de la valorisation de ce token en 2022). Notez que les investisseurs des différentes ICO ont payés une fraction de centime chaque FTM

Source: Coingecko

Quand on s’intéresse à la valeur du Fantom par rapport au bitcoin, on voit qu’il pourrait y avoir encore une carte à jouer…

Cependant, les volumes (ici sur Binance) sont anémiques par rapport à l’heure de gloire du FTM !

Ceci dit, l’avantage avec les projets soutenus par des financiers, c’est qu’ils vont tout faire pour gagner encore davantage. Or, ce projet, reste techniquement solide.

L’inconvénient avec les projets soutenus par des financiers, c’est que leurs gains peuvent (et se font en général) sur les particuliers qui arrivent un peu tard…

Bref, à chacun de juger de l’opportunité ou non d’investir dans cet écosystème…

16-1-2023 16 h CET

——————————–

Mon objectif global est toujours le même: détenir un maximum de bitcoins à un horizon 2024-2025. Tout le reste n’est qu’un moyen pour y parvenir. Je suis curieux de voir si je n’aurais pas juste mieux fait de garder des bitcoins sans rien faire (même si je commence à deviner la réponse à cette question…)

Le DCA est (toujours) mon ami en ces périodes incertaines.

—————————————–

Notez que ces dix principales positions représentent 82,1 % de mon portefeuille crypto total (fiats de réserve exclus, mais stablecoins inclus). 

Part de bitcoins: 32,9 % (+5,1%) Surtout en raison d’un arbitrage avec LTC, mais aussi en raison de la forte poussée du bitcoin.

Part de stablecoins (PAXG et euros fiat en attente de tokénisation inclus): 18,5 % (-3,5%) En raison de la poussée du marché crypto général.

Bons investissements et soyez prudents ! N’investissez que des sommes que vous pourriez perdre !

Disclaimer: Tout ce qui est exprimé dans cette lettre ne reflète que l’avis personnel de son auteur et ne constitue en rien un conseil en investissement. Chacun est responsable de ses propres décisions dans la gestion de son patrimoine.

Newsletter Cryptoinvestisseur n°29 –8-1-2023 – Un nouvel espoir ?

Source: Trailer de Star Wars « Un nouvel espoir »

Le début d’année a été explosif sur les marchés actions. Malgré la hausse des taux d’intérêts, les signaux sont contradictoires. Cependant, on prenant un peu de recul, nous sommes bien sûr toujours dans une correction.

Bien sûr, une nouvelle année est souvent synonyme d’un nouveau départ, et donc d’un certain optimisme. Mais c’est exactement comme pour les bonnes résolutions type « dry january » ou « je me remets au sport/ j’arrête de fumer », etc.

La vérité apparait souvent au bout de quelques semaines.

SP500, au 8/1/2023

Quoi qu’en disent les plus cryptofanatiques, le bitcoin et ses cousins plus ou moins éloignés dépendent bel et bien de l’argent disponible à injecter dans des produits « à risques ». Peut-être que dans une situation de krach majeur et d’hyperinflation, le bitcoin montrera les propriétés antifragiles qui ont été, dans la logique du mystérieux Satoshi, à l’origine de sa création. Mais, pour le moment, rien n’est moins sûr.

Les risques spécifiques aux cryptomonnaies, avec la perte de confiance envers tous les échanges centralisés suite à l’affaire FTX, n’a pas fini de creuser vers les méandres. Binance semble avoir tenu face à un bank run partiel, mais l’ambiance est encore très tendue, à l’affût de la moindre mauvaise nouvelle.

Si jamais une vraie mauvaise nouvelle, qu’elle soit macroéconomique, géopolitique ou plus spécifique aux cryptos, se manifestait, je ne donne pas cher du niveau des 16000 $ du bitcoin.

Quant à savoir si les plus bas ont été atteints ou pas, je n’ai toujours pas changé d’avis « probablement pas, mais on ne peut jamais savoir… ».

Que ce soit sur les marchés actions ou bien sur les cryptos, il y a certes une petite reprise, mais au final, on fait un peu du surplace en espérant qu’on ne repasse pas au rouge vif partout !

https://quantifycrypto.com/heatmaps au 8/1/2023 – 16 h CET

L’état de mon portefeuille crypto & quelques remarques sur la méthodologie de valorisation

Mon portefeuille crypto, a gagné +1,94% depuis la dernière newsletter, en comptant purement sans prise en compte des fiats injectés depuis début 2022.

En valorisation totale (en euros), le portefeuille est à environ -48,55% depuis le début d’année 2022 (première newsletter). Le DCA partiel lisse un peu la chute du marché crypto global.

au 8-1-2023
au 8-1-2023

Remarque: La valorisation est calculée en ignorant les variations EUR/USD; autrement dit, la valorisation en dollars est systématiquement calculée avec la parité de la dernière date actuelle. La courbe réelle est donc légèrement différente, vu que l’EUR/USD a varié durant cette année. Mais peu importe, ce qui compte c’est la valeur actuelle en euros.

On voit bien l’effet du DCA, qui lisse logiquement la perte. Ceci dit, un tel graphique sur mon portefeuille boursier me ferait peur, mais nous sommes sur des cryptomonnaies et donc, il faut supporter cette volatilité !

Notez également que le graphique commence vers 90% (au lieu de 100!) car j’ai débuté mon relevé de données le 22/1/2022 alors que la valorisation « fiat » date de fin 2021. Celle-ci ne correspond d’ailleurs pas uniquement à des euros investis, mais à l’état de mon portefeuille crypto à la fin 2021 (après avoir multiplié mon investissement de départ pendant le fort marché haussier entre fin 2020 et 2021). Je pourrais rajouter cette période, mais comme j’ai commencé le suivi de ce portefeuille avec mes stratégies actuelles en 2022 à la première newsletter , cela me demanderait pas mal de travail de recherche de données et surtout, je n’utilisais pas du tout les mêmes stratégies pendant le marché haussier. Je compte le faire pour faire un bilan complet, mais plutôt à la fin de la période d’investissement initialement prévue (vers 2025 donc).

8-1-2023 – 16h CET

Mes stratégies de DCA principales ne se sont pas encore déclenchées. Pour rester simple, je n’achète que si le prix est inférieur à la clôture du mois précédent dans ma stratégie principale. Autrement dit, je n’ai presque rien réinjecté (à part bien sûr mon « gros » ordre sur PAXG).

1. BTC: Toujours en tête. J’ai vendu mes derniers PAXG qui dataient d’une prise de profit de septembre 2021. Cette part de BTC a été arbitrée provisoirement en LTC pour me couvrir.

2. USDC: Presque pas de changement, à part un minuscule DCA sur quelques MOVR (et oui !).

3. DOT: Le Polkadot passe de très peu devant l’ETH, car l’une de mes stratégies de DCA donne un signal pour le DOT, mais pas encore pour l’ETH.

4. ETH: Quasi inchangé.

5. DAI: Inchangé.

6. BNB: Je garde jusqu’à 0,02 BTC au minimum. Si Binance survit, ce qu’il semble faire, il peut y avoir encore une grosse surprise sur l’appréciation de son token maison…

7. EOS: J’attends un petit rebond pour tout convertir en bitcoin. Il peut ne jamais arriver, mais c’est la vie. En attendant, le petit DCA continue. J’espère que je n’ai pas fait l’erreur de le garder trop longtemps.

8. LTC: J’ai toujours gardé un peu de LTC, que je classe dans ma poche BTC avec lequel j’arbitre régulièrement pour profiter des mouvements entre ces deux cryptomonnaies liées par l’esprit en tout cas ! Comme on a atteint le dernier prix d’arbitrage, je tente quelques pourcents de gains.

(Je ne compte pas mes tokens MPS, théoriquement à la 9ème place dans mon portefeuille, car ce sont des actions tokenisées. Ceci dit, je pense beaucoup de bien de Mt Pelerin (lien d’affiliation), qui peuvent devenir un acteur assez important en crypto lors du prochain bullrun, s’il y en aura un bien sûr. Ceci dit, si j’investi dans les cryptos, c’est bien parce que je pense qu’il y en aura un ! Je suis à mon exposition maximale sur cette action un peu particulière)

9. HBAR: Inchangé.

10. ARCHETIC (UCO): Il se maintient péniblement dans mon TOP 10, battant de peu mes nombreux tokens qui comptent pour entre 1 et 2% de mon portefeuille crypto (FTM, NEM, GNO, MOVR, GRT, BIFI, ATOM…). Il y a pas mal de choses qui vont se produire sur ce projet dans les mois qui viennent. A voir comment le marché le valorisera.

L’altcoin de la semaine:

Un grand ancien, le Litecoin (LTC) est à l’honneur cette semaine.

Le litecoin (LTC) est une cryptomonnaie qui a été créée en 2011 comme une variante du bitcoin. Comme le bitcoin, le litecoin utilise la technologie de la chaîne de blocs (en proof of work) pour sécuriser les transactions et créer un registre public de toutes les transactions qui ont lieu sur son réseau. Toutefois, le litecoin a quelques différences clés avec le bitcoin, notamment une temps de traitement plus rapide des transactions et une offre totale de monnaie plus élevée.

Il y a quelques inconvénients potentiels au litecoin par rapport au bitcoin :

  1. La capitalisation du bitcoin est nettement supérieure à celle du litecoin, ce qui signifie qu’il y a plus de liquidités sur le marché du bitcoin. Cela peut rendre le bitcoin plus attrayant pour certains investisseurs, dont je fais parti…
  2. Le bitcoin a une base d’utilisateurs et de développeurs plus large que le litecoin, ce qui peut le rendre plus sûr…

J’ai un petit swing trade en cours. Un retour vers 0.005 BTC est possible, même si cela va dépendre de l’état global d’optimisme du marché de ces prochains jours. Pour moi, le LTC fait parti des vieilles cryptos qui ont fait leurs preuves, et qui peuvent bénéficier de mouvements spéculatifs forts. Ma cible actuelle (0,004542 a été frôlée, mais pas déclenché sur Kraken). Quoiqu’il en soit, le LTC est surtout pour moi une sorte d’indicateur d’optimisme. En effet, il sur(ou sous)performe le BTC surtout dans les débuts des retournement de marché. D’un autre côté, il est clair également que le marché a fait son choix entre lui et le BTC. Son prix ne cesse de baisser au fil des années… Mais il n’est pas encore mort. Par contre, à long terme, je n’y crois pas. Soit, le bitcoin s’impose en tant que réserve de valeur, et donc les moyens de paiements rapides utiliseront soit des layers 2 type Lightning Network amélioré ou alors une autre cryptomonnaie (Eth, Dot, qui sait … ?) Bref, je ne crois pas dans la place du LTC à long terme, mais cela ne veut pas dire qu’il ne va pas encore créer une surprise d’ici là.

8-1-2023 18 h CET
En vue mensuelle, on sent une amorce de mouvement…

——————————–

Mon objectif global est toujours le même: détenir un maximum de bitcoins à un horizon 2024-2025. Tout le reste n’est qu’un moyen pour y parvenir. Je suis curieux de voir si je n’aurais pas juste mieux fait de garder des bitcoins sans rien faire (même si je commence à deviner la réponse à cette question…)

Le DCA est (toujours) mon ami en ces périodes incertaines.

—————————————–

Notez que ces dix principales positions représentent 81 % de mon portefeuille crypto total (fiats de réserve exclus, mais stablecoins inclus). 

Part de bitcoins: 32,9 % (-0,3%)

Part de stablecoins (PAXG et euros fiat en attente de tokénisation inclus): 22 % (-2,7%) Vente de mes PAXG restants.

Bons investissements et soyez prudents ! N’investissez que des sommes que vous pourriez perdre !

Disclaimer: Tout ce qui est exprimé dans cette lettre ne reflète que l’avis personnel de son auteur et ne constitue en rien un conseil en investissement. Chacun est responsable de ses propres décisions dans la gestion de son patrimoine.

Un an d’achats réguliers (DCA) de cryptos – bilan 2022

La fin d’année est propice aux bilans, comptables ou autres d’ailleurs.

Je vous disais, il y a quasiment un an, que j’allais tester un portefeuille basé sur 3 cryptomonnaies avec des achats recurrents de 200 € par mois pendant au moins 3 ans.

Je vous renvoie à cet article, qui explique ma stratégie. Je m’excuse à l’avance pour ne pas avoir fait un suivi plus régulier, mensuel même comme initialement prévu, mais au final, ce qui compte, c’est surtout de comprendre ce type de stratégie.

Cela fait donc près d’un an que j’effectue des achats réguliers, à chaque début de mois, d’environ 200 € répartis entre du Bitcoin, de l’Ethereum et du Polkadot.

Rappelons que j’ai débuté mes achats avec 500 € répartis équitablement entre les 3 cryptomonnaies sélectionnées.

Je parlais de « krach », puisque le bitcoin avait corrigé de près de -44% depuis ses plus hauts. Ce n’était donc pas un si mauvais moment pour commencer une stratégie basée sur l’investissement progressif (ou DCA) !

Evidemment, sur un actif aussi volatil, une vraie correction va beaucoup plus loin, mais le principe même des stratégies basées sur l’investissement progressif est d’ignorer les cours pour se concentrer sur la durée. Mais ceci dit, autant débuter après une correction conséquente plutôt que sur des plus hauts !

Notez que parfois, comme je fais mes achats manuellement, j’ai légèrement décalé la date d’achat pour des raisons d’indisponibilité de ma part.

Pour le bitcoin, cela donne un PRU actuellement de 26673 €.

Je vous passe les mêmes tableaux pour le DOT et l’ETH, pour en arriver directement au tableau-bilan.

au 27/12/2022

On voit bien que, très logiquement, en marché baissier, le plus spéculatif, à savoir le Polkadot, a entraîné le portefeuille vers le bas, au détriment du « meilleur », à savoir l‘Ethereum.

Le rendement moyen est de -44,70%.

La part de bitcoin a fait -40%, à comparer avec la chute de -54% depuis le 1er janvier 2022.

A comparer aux -55% du polkadot (qui a perdu -76% ! depuis le début de l’année).

au 27/12/22

Le « champion » ETH a fait lui -35%, pour une perte annuelle de -55%.

au 27/12/22

Vous pouvez facilement constater par cet exemple que les stratégies basées sur le DCA n’offrent pas une recette miracle. Un bearmarket est par définition mauvais pour un portefeuille.

La seule stratégie pouvant fonctionner dans ces conditions, avec un certain rendement (je ne parle pas de spéculation à très haut risque sur des produits dérivés à la baisse) consiste à revendre pour racheter plus bas. Mais cela demande un market timing bien délicat à réaliser en conditions réelles. Et surtout, beaucoup plus exigent en temps.

Or, l’objectif de ce portefeuille « démo en réel » est de répondre à l’hypothèse:

« D’ici le prochain halving du bitcoin, après 3 ans d’accumulation, le portefeuille devrait être rentable. »

A titre personnel, j’utilise plusieurs stratégies d’accumulation progressive différentes, en parallèle, y compris dans le domaine plus traditionnel et « sûr » de la Bourse.

Evidemment, on ne peut pas comparer un portefeuille crypto et un portefeuille avec des ETF indiciels ou des actions telles que AT&T ou Disney par exemple !

Il est important de placer chaque portefeuille dans une stratégie de gestion d’ensemble.

Rien que 200 € mensuel pendant un an sur des cryptos me semble déjà être un investissement très risqué pour la grande majorité des particuliers.

Il me semble raisonnable qu’un investissement annuel de ce type ne dépasse pas environ 1% de votre capital global. Il ne faut jamais oublier que l’investissement en cryptomonnaies est très spéculatif.

A titre personnel, je crois en l’avenir de ces technologies, et surtout au manque d’avenir des monnaies fiats sous leur forme actuelle. D’ailleurs, même les banques centrales travaillent sur des MNBC (monnaies numériques de banques centrales). Néanmoins, il ne me viendrait pas l’idée d’investir plus d’environ 10% de mes avoirs totaux (je parle en valeur d’investissement initial), ce qui me place déjà dans un profil extrêmement pro-cryptos.

Bien sûr, un étudiant que risquerait 90% de ses avoirs (de 1000 €) ne risque finalement pas grand chose dans l’absolu, à part d’apprendre à investir. Ce n’est pas du tout le même type d’investissement !

A vous de déterminer votre profil et d’assumer vos propres investissements !

Rappelons que je ne donne aucun conseil ici si ce n’est de faire vos propres choix et de vous éduquez par vous-même !

Remarques sur la méthode choisie et les supports d’investissement:

Première remarque, si le bitcoin et l’ethereum sont toujours aux deux premières places des plus fortes capitalisations cryptos, le Polkadot est passé de la 10ème place à la 13ème à ce jour.

Au 27/12/2022

Au début d’année, je disais que j’ai évité Cardano, la Binance Smart Chain, Ripple, Solana, Terra Luna pour leurs dépendances trop fortes à des entreprises privées (et donc l’absence d’une décentralisation).

Ce raisonnement a été très judicieux sur certains points.

Le Terra Luna s’est pour ainsi dire désintégré, et même s’il garde une valeur résiduelle, le zéro n’est pas loin et c’est bien la seule chose à éviter avec une stratégie de DCA sur plusieurs années !

Le Solana, a subit quand à lui de plein fouet son lien trop étroit avec Alameda Research (et FTX), même si la situation est très différente de Luna, encaisser un -90% pendant une stratégie d’investissement mensuel est tout de même difficile à vivre.

Solana, au 27/12/2022

Cardano a le même problème que Polkadot, des promesses intéressantes, mais dans la réalité, c’est l’Ethereum qui gagne. A la différence que la communauté Polkadot me semble beaucoup plus tournée vers la décentralisation.

Au niveau de la valorisation, il a suivi la même trajectoire que le Polkadot, mais en pire !

Cardano, au 27/12/2022

Au chapitre des résistances impressionnantes, on peut toujours citer l’XRP de Ripple. Dès le départ, il est labelé comme la cryptomonnaies des réseaux bancaires, et son avenir dépendra du procès qui oppose son émetteur à la SEC. Je ne mise pas sur quelque chose qui dépend d’un tribunal américain…

XRP au 27-12-2022

Enfin, ce qui aurait été le meilleur choix sur le papier, le BNB garde un intérêt, mais me semble beaucoup trop lié à Binance pour y investir durablement. La notion même de token lié à un échange, quel qu’il soit, me semble éphémère et surtout beaucoup trop risqué sur une échéances pluriannuelle.

BNB au 27-12/2022

Bref, le choix du Polkadot se justifie toujours par une meilleure décentralisation. Dans ce type de stratégie, l’essentiel est de ne pas voir un cours s’écrouler vers zéro, tout en offrant une volatilité suffisante pour profiter d’un rebond. Il me semble que le DOT a toujours ce potentiel, à condition bien sûr d’avoir un marché crypto global qui se porte pas trop mal…

Pour les nouveaux entrants dans le TOP 10 des markets caps crypto 2022, à savoir le Dogecoin et le Polygon Matic; entre une crypto ultraspéculative qui repose sur une blague et une surcouche à Ethereum qui palie à certains problèmes de ce dernier, mon choix aurait pu se porter sur le Matic, si je devais recommencer ce portefeuille cette année. Mais très franchement, je pense que j’aurai dans ce cas là choisi de faire un portefeuille 50% Ethereum 50% Bitcoin plutôt que d’inclure un challenger !

Petite remarque sur l’Ethereum:

Avec un retour à la normal des frais de réseau Ethereum, j’ai transféré tous mes wETH en ETH authentiques. Pourquoi ajouter un risque inutile ? Evidemment, si on s’intéresse au farming DEFI, on peut faire d’autres choix. Mais là encore, je ne vois pas l’intérêt d’ajouter une couche de risques supplémentaires pour quelques pourcents de rendements…

En conclusion, pour ce portefeuille, le choix de ses composants et de sa date de départ me semblent toujours cohérent avec la stratégie initiale. Nous verrons bien en 2024/2025 où nous en serons.

En attendant, rendez-vous fin 2023 pour un autre bilan de ce portefeuille...

Commencer à investir dans le bitcoin (ou en Bourse) en 2023 ? (partie 2/2)

Avant toute chose, remarquez que cette stratégie est tout à fait valable pour le marché actions par exemple. Evidemment, il faut que le montant investi soit en adéquation avec:

  • le montant total de votre portefeuille
  • les frais de votre intermédiaire, par rapport à votre investissement (exemple: acheter des actions AT&T à 20 $ avec 2 € de frais n’est peut-être pas une bonne idée…)
  • une certaine diversification

L’exemple que j’ai choisi ici consiste à investir 25 € par semaine sur un support 100% bitcoin. Cela représente 100 € / mois, ce qui me parait être un ratio acceptable pour un investisseur « standard » (qui peut économiser 500 à 1000 €/mois à cet effet), qui parie sur le bitcoin, mais qui veut garder une part « raisonnable » de cet actif spéculatif dans son portefeuille.

Evidemment, si vous pouvez vous permettre d’investir 10 000 € par mois pendant plusieurs années, je vous laisse faire vos propres calculs de risques !

Comme je le disais déjà dans la première partie de cet article, je vais faire un suivi réel de cet investissement.

Un adage dit que « le meilleur moment pour investir dans le bitcoin, c’était il y a dix et le second meilleur moment, c’est maintenant ». Evidemment, on pourrait dire de même avec les actions en Bourse !

Quoiqu’il en soit, commencer une stratégie d’investissement progressif après un fort décrochage des cours, est sans doute un meilleur moment qu’après des nouveaux sommets…

Mais revenons à nos critères: 25 € / semaine sur le bitcoin !

Les conditions d’entrée:

Comme pour tout investissement, il faut se fixer des conditions d’entrée et de sortie précises, dès le départ, pour éviter de se laisser entraîner par ses émotions en cas de krach ou de forte spéculation à la hausse et pour éviter d’arrêter l’investissement en cours de route.

Le pire dans une stratégie d’investissement progressif, c’est d’arrêter en cas de baisse, alors que la logique de cette méthode indique que c’est justement là le meilleur moment.

Ma condition est simple: on achète quand une bougie hebdomadaire est entièrement sous la moyenne mobile à 200 semaines. Tant que cette condition est validée, on continue.

Les conditions de sorties:

Elles sont toutes aussi importantes dans le succès d’une méthode.

On peut par exemple choisir la MM200 X 1,5 comme premier niveau de sortie; MM 200 X 2 en 2ème; MM 200 X 2,5 en 3ème. A chaque fois, on sort 1/3 de la position totale accumulée. Si le cours retombe sous un pallier, on revend sur le pallier précédent, qui servira en quelque sorte de « stop suiveur ».

On peut aussi se faire un « désinvestissement progressif »: à chaque semaine où la bougie est au-dessus de la MM 200 et supérieure au point de sortie précédent, on vend (1/nb. de semaines d’achat) de la position totale. Cela demande plus de suivi.

Remarque: j’utiliserai à titre personnel (comme pour tous mes types de tradings/investissements) des niveaux de bandes de Bollinger, basés sur une MM200 et avec des paramètres personnels. Le code est open source et peut-être facilement trouvé sur Tradingview.

Source: Tradingview

Bref, à vous de trouver une stratégie de sortie, qui vous convienne.

Sur un actif aussi volatile que le bitcoin, cela aurait empêché de profiter des forts pics de volatilité en 2021, puisqu’on serait sorti à 20 000 $ au maximum.

Remarquez que cette méthode n’aurait pas donné non plus de signal d’achat, puisqu’aucune bougie a clôturée entièrement sous la MM 200 hebdomadaire depuis qu’il est possible de calculer celle-ci.

Cela souligne deux points importants:

  • nous sommes dans une configuration inédite du bitcoin.
  • aucune méthode basée sur le passé n’est valable très longtemps (donc, pour le bitcoin, les indicateurs type « arc-en-ciel » n’indiquent rien d’autres que le passé…)
Il est très facile de faire un indicateur qui fonctionne bien 2 ou 3 fois dans le passé… Mais ce n’est pas une boule de cristal ! – source: https://www.blockchaincenter.net/static/rainbow-chart.html

Autrement dit, cette méthode s’appuie sur un autre hypothèse: le bitcoin est très volatile, il est également très resilient, il peut voir sa popularité s’accroître dans les années qui viennent. Autrement dit, en accumulant sous une valeur « moyenne de longue durée », il y a des probabilités raisonnablement hautes pour qu’il puisse, à un moment donné, atteindre un prix raisonnablement plus élevé que maintenant.

Il faut toujours avoir en tête que l’on investi car on a émis une hypothèse, on a calculé son risque de perte et on a choisi une méthode pour investir en fonction de ces deux précédents facteurs.

Pas en espérant un retour à une moyenne (aussi joli soit l’indicateur miracle que l’on utilise…).

Autrement dit, tant qu’un actif ne va pas à 0, on finira, avec le temps, par être gagnant.

Remarque sur l’application de la méthode au marché boursier:

Prenons l’exemple d’une action qui a eu un très mauvais parcours boursier: Orange (ex France Telecom).

Malgré une traversée du désert à partir de 2002, on aurait fini par être positif à plusieurs reprises (sans compter ici les dividendes) en suivant cette méthode jusqu’à aujourd’hui. Evidemment, il y avait bien mieux à faire que d’investir dans cette entreprise pendant cette période !

Par contre, si Orange avait fait faillite (on en a vu d’autres à qui c’est arrivé…), on aurait tout perdu.

En ce qui concerne le bitcoin, il faut que vous soyez convaincu de sa pérénité et bien sûr que vous fixiez un montant maximal « pouvant être perdu ». Bref, comme pour tout investissement sérieux.

Si on veut appliquer cette méthode avec des actions, il est sensé d’utiliser un ETF sur indices, plutôt qu’une action individuelle. On peut citer, pour un PEA,(liste non exhaustive):

  • THEAM EASYETF BNP PARIBAS EASY S&P 500 UCITS ETF EUR C (ESE)
  • LYXOR EURO STOXX 50 (DR) UCITS ETF – ACC (MSE)

L’avantage des indices, c’est qu’ils ne peuvent pas faire faillite (il y a certes les risques liés à l’émetteur, à la contre-partie, mais là, on rentre dans la peur de l’Apocalypse).

Application de la méthode:

Nous avons, depuis quelques semaines (depuis la semaine du 19 au 25 septembre 2022 pour être précis), des signaux d’entrée valides. En ce qui me concerne, j’ai commencé à appliquer cette méthode à partir du 13/12/2022 (flèche verte sur le graphique ci-dessous).

Comme la périodicité d’achat est hebdomadaire tant qu’un signal est valide, plusieurs solutions s’offrent.

On peut se contraindre à acheter à heure fixe une fois par semaine, mais cela implique de se rendre disponible (y compris en vacances ou malade), de ne pas oublier (mais il existe des rappels!) et surtout ne pas faillir psychologiquement !

Si dans les semaines qui viennent le bitcoin chutait sous 10 000 $, seriez-vous sûr de continuer vos achats progressifs (alors que c’est justement là où ça serait le plus rentable, mais que le monde entier va vous donner des raisons pour lesquelles « c’est la fin du bitcoin » ) ?

Il vaut donc mieux automatiser les achats.

Plusieurs prestataires offrent cette automatisation, mais il faut vous assurer de bien posséder vos bitcoins (sinon, c’est votre intermédiaire qui les possèdent, en échange d’une reconnaissance de dettes envers vous). On a vu récemment, avec FTX et de nombreux autres exemples, que cela fait une grande différence !

Donc prenez un cold wallet type Ledger pour y transférer vos bitcoins dès leur achat !

En raison de ces frais de transfert, cela élimine une grosse part des intermédiaires.

A titre personnel, j’utilise pour cette stratégie Mt Pelerin. (Attention: il s’agit d’un lien d’affiliation, que je vous encourage donc à utiliser, mais je précise immédiatement que je ne le publie uniquement parce que je trouve leur solution très élégante techniquement et qu’actuellement, je ne vois pas mieux dans le domaine).

Pour résumer les raisons de mon choix sont très simples:

  • transfert bancaire gratuit entre ma banque et mon adresse bitcoin sécurisée par ma Ledger (ou tout autre cold wallet selon les préférences de chacun) !
  • Pas (ou peu de frais selon le volume d’achats, de l’ordre de 1,3% ce qui est raisonnable)
  • L’achat se fait automatiquement au prix au moment de la réception du virement bancaire (pour ce que j’ai pu voir, c’est vrai, même s’il me manque des détails techniques pour voir s’ils ne prennent pas une petite marge tout de même; quoiqu’il en soit, les cours d’achats correspondent bien aux prix dans le quart d’heure de la notification de réception de mes virements).
  • l’argent ne fait que transiter peu de temps par Mt Pelerin, et mes bitcoins arrivent bien vite sur mon wallet.
  • pas de frais de réseau (!!!) sur bitcoin (quand on compare au tarif « prohibitif » pour des petites opérations de Binance, ou de Crypto.com par exemple…)

Je reçois les notifications en direct sur mon smartphone et je peux vérifier directement, avec un explorateur adapté (exemple: https://www.blockchain.com/explorer) on chain sur l’adresse bitcoin liée.

Ma banque m’offre la possibilité de faire des virements hebdomadaires, donc c’est juste parfait. J’ai programmé mes virements les vendredis, qui arrivent à destination les lundis matins, permettant à la transaction se faire. Vu la périodicité d’achat et le caractère récurrent, même s’il y avait des délais supplémentaires exceptionnels, cela ne changerait pas grand chose sur la durée !

Les inconvénients de Mt Pelerin sont pour moi:

  • pas de possibilité de définir un moment, une heure précise d’achat (mais ce n’est pas le but)
  • pas de virement instantané (mais il semblerait que cela soit prévu dans le futur).

Ceci dit, pour cette méthode d’investissement, ce ne sont absolument pas des inconvénients.

Remarquez que pour mes stratégies d’investissements progressifs, qui sont basés soient sur des niveaux de prix, soit ayant des quantités d’achats variables en fonction d’e mes propres’autres critères, je suis obligé de passer par un CEX (Kraken dans mon cas). Autrement dit, à chaque méthode son meilleur parcours.

Quoiqu’il en soit, à l’heure actuelle, il me semble que l’offre de Mt Pelerin mériterait d’être davantage connue, car elle devrait convenir à beaucoup de situations et a le mérite d’être quasiment (et c’est d’ailleurs l’un de leurs arguments commerciaux phares) un passage direct entre le fiat d’un compte bancaire et les cryptomonnaies.

Au bout de deux semaines d’achats, me voilà donc l’heureux propriétaire de 49,49 € en bitcoins pour 50 € investis à travers cette méthode spéciale « mon blog 2023 » (et oui, tant que les cours baisseront, cela va être du négatif, mais il ne faut surtout pas y réfléchir en appliquant la méthode).

(Suivi de ce portefeuille à venir)

Disclaimer: Tout ce qui est exprimé dans cet article ne reflète que l’avis personnel de son auteur et ne constitue en rien un conseil en investissement. Chacun est responsable de ses propres décisions dans la gestion de son patrimoine. Je n’ai par ailleurs aucun lien avec Mt Pelerin ou Kraken ou toute autre entreprise citée dans cet article, si ce n’est le statut de client.

Newsletter Cryptoinvestisseur n°28 –18-12-2022 – Stress test

Plus de 7 milliards de dollars de retraits sur Binance cette semaine. Quelle banque aurait supporté cela ? Et encore, je ne parle pas du côté instantané des cryptos. Si je veux retirer 10 000 euros de mon compte bancaire, je vous laisse imaginer la paperasse à faire et les justifications à apporter. Ici, cela prend tout au plus quelques heures (pour le moment…).

Source: https://defillama.com/cexs

Les échanges centralisés subissent depuis la chute « surprise » de FTX un véritable stress test.

Deux possibilités émergent:

  • soit les faillites s’enchaînent, à chaque fois rendant plus difficile la situation pour les survivants, en raison de la méfiance grandissante du public; avec évidemment une continuation de la baisse du marché crypto.
  • soit les gros, notamment Binance, prouvent qu’ils sont réellement « SAFU » et financièrement solides; et le point bas sera peut-être atteint (en excluant les facteurs « extérieurs » comme un possible krach boursier, une inflation galopante, un durcissement du conflit en Ukraine, la Chine, etc…)

Bref, comme souvent, l’investisseur n’a pas beaucoup de visibilité.

Du point de vue pragmatique, c’est quand tous les acheteurs sont dégoûtés, que les cours rebondissent. Hors, actuellement, après une semaine de plus de tensions et nouvelle baisse des marchés. il ne reste plus grand monde pour acheter. Bien sûr, rien ne dit que la purge finale ait lieu. Rappelez-vous du creux de la panique Covid en 2020.

Belle chute, mais au final, alors que les effets de la pandémie n’avait pas encore pu se manifester, les cours sont repartis comme si de rien n’était. Bien malin qui aurait pu prévoir cela (évidemment, certaines stratégies pouvaient bien fonctionner tout de même…).

Et bien pour le marché crypto, nous sommes à un niveau équivalent au dernier pic de 2018. La chute a été beaucoup plus marqué que sur les marchés actions. Mais les deux étant liés, parier sur un niveau de rebond actuel revient à parier sur un rebond des actions…

En prenant du recul, une correction supplémentaire de -40/-50% sur le SP 500 n’est pas utopique… Je vous laisse imaginer le cours des cryptomonnaies dans ce cas là…

Ce que j’essaie de montrer, c’est qu’actuellement, non seulement il y a un risque spécifique au secteur crypto avec le stress test de Binance, mais les risques globaux restent présents.

Bien sûr, si les marchés actions s’écroulaient, le rôle « anti-fragile » du bitcoin pourrait se révéler. Mais quoi qu’il en soit, certainement pas avant d’avoir touché un nouveau plus bas.

Autrement dit, l’investissement est, en ce moment encore davantage, un pari sur l’avenir. N’étant pas devin, la meilleure solution reste, pour acheter quand tout le monde a peur, un investissement progressif et régulier, dans des proportions compatibles avec vos ressources.

En attendant, le bitcoin résiste, au détriment de la plupart des altcoins, qui sont dans le rouge vif !

https://quantifycrypto.com/heatmaps 18-12-2022 – 15h CET

L’état de mon portefeuille crypto & quelques remarques sur la méthodologie de valorisation

Mon portefeuille crypto, a perdu -17,04% depuis la dernière newsletter, en comptant purement sans prise en compte des fiats injectés depuis début 2022.

En valorisation totale (en euros), le portefeuille est à environ -49,68% depuis le début d’année (première newsletter). Le DCA partiel lisse un peu la chute du marché crypto global.

Je vais d’ailleurs ajouter un graphique prenant en compte cette entrée de fiats, à travers des stratégies d’investissement progressifs. En effet, c’est plus représentatif de la réalité qui lisse tout de même la chute, même si cela reste très important en valeur !

au 18-12-2022

Remarque: La valorisation est calculée en ignorant les variations EUR/USD; autrement dit, la valorisation en dollars est systématiquement calculée avec la parité de la dernière date actuelle. La courbe réelle est donc légèrement différente, vu que l’EUR/USD a varié durant cette année. Mais peu importe, ce qui compte c’est la valeur actuelle.

On voit bien l’effet du DCA, qui lisse logiquement la perte. Ceci dit, un tel graphique sur mon portefeuille boursier me ferait peur, mais nous sommes sur des cryptomonnaies et donc, il faut supporter cette volatilité !

Notez également que le graphique commence vers 90% (au lieu de 100!) car j’ai débuté mon relevé de données le 22/1/2022 alors que la valorisation « fiat » date de fin 2021. Celle-ci ne correspond d’ailleurs pas uniquement à des euros investis, mais à l’état de mon portefeuille crypto à la fin 2021 (après avoir multiplié mon investissement de départ pendant le fort marché haussier entre fin 2020 et 2021). Je pourrais rajouter cette période, mais comme j’ai commencé le suivi de ce portefeuille avec mes stratégies actuelles en 2022 à la première newsletter , cela me demanderait pas mal de travail de recherche de données et surtout, je n’utilisais pas du tout les mêmes stratégies pendant le marché haussier. Je compte le faire pour faire un bilan complet, mais plutôt à la fin de la période d’investissement initialement prévue (vers 2025 donc).

Pour tout vous avouer, je ne m’attendais pas à dépasser quelques pourcents de mon portefeuille global d’investissement en cryptomonnaies, mais les valorisations ont tellement explosées en 2021, tout en comprenant bien mieux cet univers d’investissement qu’au début, que j’ai décidé de prendre le risque d’une très forte exposition aux cryptomonnaies pendant au moins un temps de halving complet. Je verrai bien en fin de compte si j’ai bien fait…

18-12-2022 – 15h CET

1. BTC: Toujours en tête. J’ai un assez gros ordre d’achat en cours, qui est frôlé pour le moment.

2. USDC: Gros changement dans mes stablecoins. Pour simplifier, j’ai échangé presque tous mes BUSD contre du USDC et un peu de DAI.

3. ETH: L’ETH remonte dans mon classement, mais uniquement parce que j’ai modifié mon allocation de stablecoins.

4. DOT: Le Polkadot contre-performe toujours. Pari long terme, j’accumule (en début de mois).

5. DAI: Le DAI revient fort dans mon classement, puisque j’ai vendu des BUSD que je détenais sur d’autres chaines qu’Ethereum (qui est la seule garantie par Paxos, l’émetteur du BUSD).

6. BNB: J’ai extrêmement fortement hésité à vendre, mais mon ordre à 0,02 BTC ne s’est jamais déclenché. Sans doute étais-je trop gourmand. Il n’y a plus qu’à croiser les doigts quant à la survie de Binance… Du point de vue technique, un rebond a lieu (ou peut avoir lieu, tout dépend sur quel timeframe on se place).

7. EOS: J’attends un petit rebond pour tout convertir en bitcoin. Il peut ne jamais arriver, mais c’est la vie. En attendant, le petit DCA continue. J’espère que je n’ai pas fait l’erreur de le garder trop longtemps.

8. PAXG: Dernière crypto que j’ai sur un CEX, car j’ai un ordre de vente en cours à 0,111 BTC. Ces PAXG ont été acheté contre du BTC vers 0,03 BTC en octobre 2021 donc, cela ne va pas changer grand chose si au final je revend à un « mauvais prix trop tard après un point bas définitif du bitcoin »…

(Je ne compte pas mes tokens MPS, théoriquement à la 9ème place dans mon portefeuille, car ce sont des actions tokenisées. Ceci dit, je pense beaucoup de bien de Mt Pelerin, qui peuvent devenir un acteur assez important en crypto lors du prochain bullrun, s’il y en aura un bien sûr. Ceci dit, si j’investi dans les cryptos, c’est bien parce que je pense qu’il y en aura un ! Je suis à mon exposition maximale sur cette action un peu particulière)

9. HBAR: Pari pris trop tôt, vue la chute du marché, mais les fondamentaux me paraissent en faire un candidat à un achat spéculatif. Evidemment, il faut un marché haussier, comme pour à peu près 99% des cryptos !

10. ARCHETIC (UCO): Un « très ancien » investissement dans un projet français intéressant, au développement lent mais régulier qui revient dans mon TOP 10. Récemment, la blockchain Archetic est passée en main net. Il y a eu donc spéculation sur la valeur de ce token. Dommage que nous sommes en pleine crise post-FTX ! A suivre. (Mon PRU est vers 12,76 €).

L’altcoin de la semaine:

Encore un projet français dans lequel j’ai investi en 2021 sur le long terme: Uniris/Archetic. Ils viennent de sortir leur main net, le projet avance, il y a clairement quelque chose de novateur. Je vous laisse lire leurs livres blanc et jaune (courage!) pour les détails. Il est évident que de lancer un nouveau Layer 1 en 2022, ce n’est pas évident. Wait & See !

18-12-2022 18 h CET

——————————–

Mon objectif global est toujours le même: détenir un maximum de bitcoins à un horizon 2024-2025. Tout le reste n’est qu’un moyen pour y parvenir. Je suis curieux de voir si je n’aurais pas juste mieux fait de garder des bitcoins sans rien faire (même si je commence à deviner la réponse à cette question…)

Le DCA est (toujours) mon ami en ces périodes incertaines.

—————————————–

Notez que ces dix principales positions représentent 80,4 % de mon portefeuille crypto total (fiats de réserve exclus, mais stablecoins inclus). 

Part de bitcoins: 33,2 % (+1,4%)

Part de stablecoins (PAXG et euros fiat en attente de tokénisation inclus): 24,7 % (+3,4%) La part relative a augmenté simplement en raison d’une baisse des cryptos non stables.

Bons investissements et soyez prudents ! N’investissez que des sommes que vous pourriez perdre !

Disclaimer: Tout ce qui est exprimé dans cette lettre ne reflète que l’avis personnel de son auteur et ne constitue en rien un conseil en investissement. Chacun est responsable de ses propres décisions dans la gestion de son patrimoine.

Commencer à investir dans le bitcoin en 2023 ? (partie 1/2)

Le premier bloc de transaction de la blockchain Bitcoin, nommé Bloc Genesis, a été créé le 3 janvier 2009 à 18h15. Ces 50 premiers bitcoins générés n’ont pas changé d’adresse. D’ailleurs, techniquement, ce n’est pas possible car le bloc Genesis n’est pas une transaction à proprement parler.

Cela parait déjà lointain cette époque où l’on pouvait obtenir 50 bitcoins par bloc, mais 14 ans dans la vie d’un investisseur, ce n’est pas tant que ça.

Et 14 ans de vie d’un support d’investissement, c’est extrêmement peu.

Il ne faut pas oublier que le Bitcoin reste très jeune !

La plus vieille cotation que j’ai pu trouver sur Tradingview date de 2013, mais on voit bien sur ce graphique logarithmique que tous les 4 ans, en tout cas après chaque année négative, le bitcoin reprend son envolée.

Que l’on croit ou non à l’avenir du Bitcoin, les halvings se dérouleront encore un certain temps !

Source: https://fr.swissquote.com/crypto-assets/education/bitcoin-halving#

Ce cycle de 4 ans dans sa valorisation est donc logique compte tenu des ces halvings.

Evidemment, RIEN ne prouve que ce comportement ne pourrait pas changer du jour au lendemain. Rien ne prouve non plus le contraire. C’est le problème avec un actif qui manque cruellement de recul. Déjà qu’il est complexe de se risquer à prévoir le cours de l’or, qui lui existe depuis des millénaires…

Si on part du postulat que le Bitcoin, malgré des hauts et des bas, n’a pas dit son dernier mot, et que l’on considère qu’à chaque chute, on lisait des articles alarmistes disant que « cette fois, c’est différent » (tiens, cela me rappelle quelque chose en Bourse) et que le Bitcoin était mourrant; on peut très bien se dire que finalement, cela ne va peut-être pas être différent encore une fois de plus.

C’est exactement sur cette hypothèse que je travaille.

En effet, malgré ces variations, la capitalisation totale n’a qu’à peine touché les 1250 milliards de dollars. Certes, c’est énorme, mais si l’on compare cela à la capitalisation ne serait-ce que de quelques grosses entreprises du Nasdaq, ce n’est pas tant que cela. Evidemment, c’est un peu comme comparer une « valorisation » du protocole TCP/IP à celle d’Alphabet (Google).

Sauf que le protocole le plus utilisé d’internet n’a jamais eu pour vocation de transférer et de stocker de la valeur, contrairement à Bitcoin (et aux cryptomonnaies en général d’ailleurs).

Une fois que l’on est d’accord avec cette hypothèse, soupesé les risques (c’est à dire de tout perdre), on ne peut pas nier que la valorisation actuelle est très intéressante en tant que point d’entrée d’une stratégie d’investissement progressive.

Si on regarde une durée compatible avec un investissement régulier, par exemple les données hebdomadaires, on voit qu’il n’y a que 3 périodes où le prix était passé sous la moyenne mobile 200 semaines (les premières années étant exclues, puisqu’il faut déjà 200 semaines d’existence pour pouvoir obtenir cette moyennne !).

Bien sûr, le cours peut descendre encore longtemps, et même atteindre 0 (ou plus raisonnablement quelques dizaines ou centaines d’euros).

Tant qu’il y aura de la volatilité et donc un rebond fort à un moment ou un autre, une stratégie d’investissement progressive et régulière devrait obtenir des résultats acceptables, si ce n’est excellent.

A titre personnel, j’utilise 4 grandes stratégies pour le Bitcoin (ou dans une moindre mesure sur d’autres cryptomonnaies et surtout dans mon PEA & mon compte-titres !):

  • des achats et des ventes par gros paliers (sur des niveaux qui se comptent en dizaines de milliers d’euros)
  • des achats et des ventes en cas de forte variation mensuelle (dans un sens ou dans l’autre)
  • un petit DCA régulier, à la baisse ou à la hausse
  • du swing trading avec d’autres tokens, dans le but de maximiser le nombre de bitcoins possédés

A titre d’exemple pédagogique, je vais lancer une 5ème stratégie qui pourrait intéresser n’importe quel débutant (à condition qu’il ait bien sûr bien conscience des risques !)

Je vais prendre ici un exemple qui me semble raisonnable, avec par exemple 100 € par mois (en 4 investissements hebdomadaires de 25 € donc). Cela me semble raisonnable pour beaucoup de personnes, qui veulent investir dans le bitcoin tout en ayant une exposition raisonnable.

Par exemple pour quelqu’un économisant 500 € par mois, cela représente 20% dans le Bitcoin. C’est, je pense, une limite haute à ne pas dépasser sur un actif si risqué.

Bien sûr, si vous êtes un étudiant par exemple, et que vous avez déjà du mal à économiser 100 € par mois, on peut descendre à 5 ou 10 € hebdomadaires. Au contraire, si vous avez des moyens plus importants, et que d’économiser 2000 € par mois est possible pour vous, on peut imaginer des achats de 100 ou 200 € par semaine.

Quoiqu’il en soit, il faut adapter à vos investissements à vos ressources et aux risques que vous souhaitez prendre, sans oublier qu’une telle stratégie n’a d’intérêt que si elle est régulière et suivie.

Personnellement, avoir un -60 % sur une grosse somme ne me dérange pas particulièrement, tant que cela ne représente qu’une part raisonnable de mes actifs totaux et que l’espérance de gain est positive malgré tout; mais cela fait un paquet d’années que j’investi sur divers marchés, et j’ai vu des variations, des krachs, des cygnes noirs à répétition (car ils sont bien moins rares que l’on pense). Tout ce que je sais, c’est que tant que je suis mes stratégies et que je laisse faire le temps, je suis rentable et mon patrimoine grossit.

Cependant, nous ne sommes pas tous psychologiquement identiques, et ce que je fais empêcherait de dormir beaucoup d’investisseurs, pendant que d’autres me qualifieraient de « plutôt prudent »…

Il est donc important que vous trouviez une stratégie d’investissement qui vous soit adaptée.

Peut-être est-ce un biais personnel, car c’est l’essence de la plupart de mes stratégies d’investissement, en Bourse ou autres. Je me base sur l’investissement progressif (ou Dollar Cost Averaging et ses variantes). Cette méthode me semble psychologiquement abordable pour la plupart des humains, à condition bien sûr de ne pas trop investir.

A suivre : https://www.investisseur-particulier.fr/commencer-a-investir-dans-le-bitcoin-ou-en-bourse-en-2023-partie-2-2

Disclaimer: Tout ce qui est exprimé dans cet article ne reflète que l’avis personnel de son auteur et ne constitue en rien un conseil en investissement. Chacun est responsable de ses propres décisions dans la gestion de son patrimoine.