Les bandes de Bollinger

Les bandes de Bollinger font parties de mes indicateurs favoris.

Comme tout indicateur, on peut bien sûr s’en servir de très nombreuses manières.

En ce qui me concerne, je les apprécie car elles me donnent plusieurs informations précieuses, de plus elles fonctionnent aussi bien sur des actions, sur des indices, sur le forex et sur toutes les périodicités.

 

Qu’est-ce qu’une bande de Bollinger ?

Pour être simple, il s’agit d’une moyenne mobile à 20 périodes entourée de 2 lignes correspondant à un écart type de 2. Evidemment, on peut modifier la période et la largeur de la bande (par la valeur de l’écart type), mais en ce qui me concerne, je l’utilise avec les paramètres par défaut.

Selon la loi normale, on devrait trouver 95% des cours compris dans la bande.

Evidemment, les marchés NE SUIVENT PAS la loi normale. Enfin, pas tout le temps en tout cas.

Je n’ai pas d’études précises à fournir (l’auteur, John Bollinger, parle d’environ 90% de cours compris dans les bandes, personnellement, j’aurais tendance à dire de manière empirique plutôt 80/85%), mais quoiqu’il en soit, le fait que la MAJORITE des cours se trouvent à l’intérieur des bandes m’intéresse au plus haut point.

Cela signifie notamment que la sortie des bandes est « anormale » et relativement peu fréquente.

Bref, cette caractéristique est une bonne base pour une utilisation en trading.

Les bandes de Bollinger me donnent plusieurs informations intéressantes:

– elles m’indiquent que les cours sont peut-être arrivés à un « extrême » et qu’il y aura une correction prochaine (si les cours clôturent en dehors des bandes)

– elles m’indiquent qu’une période de range a lieu et que la sortie prochaine va être « violente » (si les bandes se rétrécissent par un « squeeze »)

– elles fournissent des cibles faciles à visualiser (sur la bande opposée)

Evidemment, ces informations ne servent à rien si on ne les utilise pas avec un véritable système de trading (avec donc un risque initial maîtrisé, un stop et une ou plusieurs cibles claires).

Je vous parlerai bientôt, dans un prochain article, d’applications concrètes possibles.

Mais pour le moment, je vous recommande de lire le livre de l’inventeur des ces bandes.

Il ne s’agit pas d’une oeuvre majeure de l’analyse technique ni le livre qui donne les secrets du Graal, mais néanmoins, l’ouvrage est plaisant et permet de mieux comprendre la manière de penser en matière de trading de l’auteur.

Rn passant, en ce qui me concerne, je n’achète presque jamais des livres neufs, car on peut facilement trouver la même chose d’occasion avec au moins 30% de réduction. Ceci dit, il y a aussi des gens qui n’ont pas trop de temps et qui trouvent qu’acheter en quelques clics est bien pratique, plutôt que de faire l’effort de chercher une bonne occasion…

Les indicateurs dérivés:

On peut trouver par exemple les %b et le BandWith (« largeur de la bande »).

L’indicateur %b dérive de la formule des stochastiques et mesure la position du dernier cours par rapport aux bandes de Bollinger.

Il vaut 0 s’il est sur la bande inférieur et 1 s’il touche la bande supérieure.

La formule exacte est:

%b= (dernier prix- bande de Bollinger inférieure) / (bande de Bollinger supérieure- bande de Bollinger inférieure)

Vous pouvez télécharger la version pour MT4 ici: 

  %BB (2,2 KiB, 1 610 hits)

 

Bandwidth est une mesure relative de la largeur des bandes.

Bandwidth= (bande de Bollinger supérieure- bande de Bollinger inférieure) / bande de Bollinger médiane

Vous pouvez télécharger la version pour MT4 ici: 

  BandWidth (3,4 KiB, 1 600 hits)

. Notez que la valeur par défaut de l’affichage est de 10 000 unités, ce qui risque de tasser la ligne de l’indicateur. Vous pouvez changer cela facilement en ouvrant les propriétés de l’indicateur (en mettant par exemple 500 pour le graphique ci-dessous représentant la paire EUR/USD en données 4 H):

La ligne bleue représente le Bandwidth et la rouge en bas le %b.

Je vous mets également une variante, appelée BandWidth 2 qui indique la dernière valeur chiffrée de la BandWidth (l’indicateur trace également les bandes de Bollinger).

Vous pouvez le télécharger ici: 

  BandWidth 2 (3,9 KiB, 1 477 hits)

Vous pourrez bien sûr modifier les couleurs !

 

Enfin, pour terminer, il existe tout un tas d’indicateurs basés sur le principe de la bande de Bollinger, comme par exemple le BbandStop dont je vous ai déjà parlé ici et que vous pouvez récupérer là: 

  BBands_Stop_v2_10000_bars.ex4 (7,1 KiB, 4 081 hits)

 

 

Enfin, pour conclure cet article, n’oubliez pas qu’il ne sert à rien d’essayer des centaines d’indicateurs exotiques, « optimisés », utilisés par des traders russes surentraînés, etc. Ce qui compte, c’est de rester simple et d’utiliser des méthodes robustes qui ont fait leurs preuves sur le long terme. Et surtout, un indicateur quel qui soit, n’indique que ce qu’on veut bien voir !

 

3 Commentaires

3 pings

    • Nicolas sur 27 mars 2015 à 16 h 31 min

    Personnellement, il m’est impossible de trader sans les bandes de bollinger. C’est un indicateur de base, je recommande vivement leur utilisation à tous les traders (débutants) !

  1. Les bandes de Bollinger combinées aux vagues d’Elliott sont pour moi deux indicateurs techniques principaux en trading (sans compter Fibonacci etc). Quels indicateurs utilisez-vous le plus ?

    1. Le « plus » est un grand mot.. Je n’utilise que très peu d’indicateurs en fait. Disons que je regarde essentiellement des moyennes mobiles classiques (50,200 ) et un bête RSI(14). Je prend en compte les bandes de Bollinger ou leurs variantes (enveloppes).
      Il faut rester simple et comprendre que les indicateurs ne sont que le reflet du cours…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.