La finance dans l’ère du Covid – maintenant et tout de suite ? (2/3)

Source: https://www.redbubble.com/fr/i/sticker/WSB-The-Kid-Diamond-Hands-par-HipsterDelight/70764540.EJUG5

Chaque génération est le reflet de l’époque qui l’a vue grandir. Les inventions, les nouvelles technologies, les grandes crises politiques et économiques ne sont que quelque uns des phénomènes qui sculptent les caractéristiques, les aspirations et les valeurs qui seront portées par une génération.

Source: https://www.psycho-ressources.com/bibli/generations-x-y-z.html

Alain Rioux, Ph. D.

L’influence des générations a un rôle moteur dans l’évolution humaines. La plupart des grandes découvertes souvent venues par de « jeunes chercheurs ». De même, les business qui ont changé le monde ont rarement été fondés par des pré-retraités !

La situation géopolitique et donc économique influence évidemment chaque génération, mais cette situation résulte des actions de la génération précédente. Il y a donc de nombreuses interactions.

L’investissement financier est évidemment interdépendant de tous ces facteurs.

Lorsqu’un « bon père de famille » (encore jeune) investi dans les années 60, il va le faire très différemment que ses enfants (voir petits-enfants).

La culture de chaque pays a également une influence sur la manière d’investir: plus d’immobilier (France), plus d’or sous toutes ses formes (Asie), plus d’actions de l’entreprise pour laquelle on travaille toute sa vie (Japon), plus d’actions (USA), plus de cryptomonnaies (Hollande) ?

Dans ce monde très mondialisé (!), tout cela tend à se mélanger, mais il reste encore de grandes tendances qui sont liées aux conditions économiques régionales, mais aussi au modèle fourni par la société.

1. Le phénomène « Wallstreet Bet » et les investisseurs « Reddit »

La relation amour/haine qu’entretiennent les jeunes investisseurs envers le capitalisme est un phénomène majeur.

En effet, l’idée que « les grosses entreprises », et notamment les fonds d’investissements de Wallstreet, sont le Mal et que le capitalisme doit être combattu avec ses propres armes circule sur les réseaux sociaux.

Les petits investisseurs se regroupent en de véritables hordes, grâce aux réseaux et l’hyperconnectivité des jeunes, ce qui amplifie encore ce phénomène.

Source:  r/WallStreetBets

Si le sujet vous intéresse, vous trouverez quelques informations supplémentaires dans cet article: https://www.numerama.com/business/685586-mais-comment-des-internautes-de-reddit-ont-ils-fait-trembler-wall-street.html

En allant plus loin dans ce raisonnement, et sans forcément avoir des idéaux politiques, il y a aussi beaucoup de « néo-investisseurs » qui veulent simplement exactement ce que n’importe quel investisseur veut: gagner de l’argent (de préférence beaucoup, et assez rapidement si possible) !

On notera aussi que ces investisseurs ont conscience de faire « n’importe quoi », en s’appelant eux-mêmes les « Apes » (singes) ou « Degenerated » (dégénérés). Voire « Degenereted Apes ». Il suffit donc de faire n’importe quoi, mais de manière persistante. La notion de « Diamond Hands » vs « Paper Hands » est d’ailleurs une autre manière de parler de « Buy&Hold ». L’idée générale (je résume!) est d’acheter en troupeau certaines valeurs et de les tenir coûte que coûte face aux hedges funds vendeurs à découvert.

Toujours est-il que cela peut fonctionner… Parfois.

Un horrible meme qui est cependant très réaliste sur l’état d’esprit « dégénéré »

2. Le phénomène « All-in »

En utilisant des applications smartphone telles que Robinhood pour n’en citer qu’une, qui présentent l’investissement en Bourse sous un aspect ludique, facile et rapide, les investisseurs débutant sous-estiment les risques. En investissant des sommes parfois conséquentes sur des options call, avec du levier, il est facile de perdre. Cependant, dans un marché haussier, soumis à diverses spéculations, il peut aussi parfois être facile de gagner. Et de gagner beaucoup.

La légende du débutant qui a fait « all-in » et qui se réveille un matin avec un portefeuille multiplié par 100 est très accrocheuse. C’est un peu comme au Loto, mais en version smartphone et Reddit ! Et effectivement, il y a des gens qui gagnent ainsi. Les statistiques sont difficiles à trouver, mais gardez bien à l’esprit qu’une grande majorité perd (un peu, beaucoup, à la folie, passionnément ?).

Toujours est-il que dans un monde où des valeurs comme Tesla grimpent apparemment à l’infini, où le NASDAQ enchaîne des plus hauts, presque mois après mois depuis 2010, et où les valeurs du capitalisme triomphent, est-il étonnant que ceux qui font des paris osés peuvent malgré tout gagner, sans vraiment comprendre ?

(Je n’insisterai pas sur le principe que quelqu’un qui gagne un peu par hasard et qui ne comprend pas ce qu’il fait finira par tout reperdre, mais c’est un autre débat !)

Nasdaq, en données mensuelles source: Tradingview
Tesla, en données mensuelles: près de 21 000 % en une dizaine d’années… Source: Tradingview

Quand on regarde les fondamentaux, que l’on pratique l’investissement boursier réfléchi, on ne parie pas aveuglément… Sauf que le Marché a donné raison à ceux qui l’ont fait, contre ceux qui sont en mode investissement value ou « bon père de famille ». Lorsqu’on voit qu’à l’heure où j’écris ces lignes, Tesla vaut plus en Bourse que tous les autres constructeurs réunis, il y a forcément de quoi se poser de sérieuses questions sur la durabilité de ce modèle. En attendant, cela n’empêche pas les parieurs pro Tesla d’être bien contents (hors « stratégie » de trading utilisée, qui peut rendre perdant malgré un bon pari)…

Valorisation de l’industrie automobile Source: Albert Bridge Capital

Ce phénomène « all-in » est donc amplifié par le Marché (dont les causes sont multiples…) et s’auto-entretien, car plus tout monte, plus les gens qui n’ont pas pris le train le regrettent, et tout monte, etc. Cela ressemble fortement à la création d’une bulle. Qui finira donc par éclater.

En attendant, un jeune américain endetté à vie par ses études, a-t-il vraiment quelque chose à perdre à part quelques économies qui ne suffiront de toute façon pas ?

Si on n’ose pas jeune, ce n’est pas pour fêter sa retraite qu’il faudra prendre des risques !

D’ailleurs, beaucoup de jeunes ont bien conscience que l’avenir est incertain. Pas de retraites, un monde pollué… Il est sûr que l’avenir est vu différemment que dans les années 60… Comparons simplement deux couvertures de Sciences et Avenir, et le « hasard » fait que la dernière en cours au moment où j’écris cet article est très représentatif de mon propos…

Source: Sciences et Avenir – avril 1960
Source: Sciences et Avenir novembre 2021

Conclusion

L’association entre l’explosion des réseaux sociaux de toute nature, avec possibilité de communication ultra-rapide (bon nombre d’investissements se décident sur des réseaux de jeunes, comme Discord par exemple), un Marché rendu fou par les planches à billets, et le côté « je n’ai rien à perdre, l’avenir c’est maintenant qu’il faut en profiter », transforme évidement le profil psychologique des investisseurs.

Et l’investissement est avant tout une histoire de psychologie…

L’investissement fait par des « singes dégénérés » est-il la cause ou la conséquence d’un système financier lui-même certainement dégénéré ?

A suivre…

Article précédent: https://www.investisseur-particulier.fr/la-finance-dans-lere-du-covid-maintenant-et-tout-de-suite-1-3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.