Les moutons, les loups et le lynx…

Soutenez ce site par le partage !

Les moutons vivent en troupeaux. Quand l’un d’entre eux est dérangé et s’en va, tous le suivent, même si la plupart n’a pas compris pourquoi le premier mouton a été dérangé.

Quand un mouton malade finit par mourir, les autres moutons s’éloignent un peu et retournent à leurs activités habituelles, en espérant qu’ils ne sont pas les prochains.

Les loups sont des animaux assez solitaires qui se rassemblent à l’occasion de la chasse, traque leur proie jusqu’à en dévoré le dernier morceau.

Quand un loup est dérangé, il fait une rapide estimation du danger et soit essaie de se débarrasser de la source du danger, soit s’enfuit s’il se sent en infériorité.

Le troisième animal qui nous intéresse est le lynx. C’est un chasseur solitaire qui guette une proie facile. Il évite absolument toute confrontation inutile.

On peut facilement faire le parallèle avec les différentes catégories d’investisseurs.

l’investisseur “mouton” suit les grandes tendances en fonction de ce qu’il entend autour de lui : journaux, sites internet spécialisés, amis et famille soit disant “bien” informés… Inutile de dire qu’en cas de problème, il sera la victime. Il réalise des investissements soit disant “sûrs” et espère que tout ira bien. C’est lui qui achète quand le prix est haut et qui vend quand la panique guette ses semblables, au plus bas !

l’investisseur  “loup” est un chasseur dangereux: hedge funds, traders des banques. Il cherche à faire un maximum de profit et chasse en meute. On peut difficilement lutter contre lui et le suivre ne nous laissera que les miettes. Il spécule quand le mouton est affaibli et prêt à vendre à n’importe quel prix, il se jette sur les opportunités qu’offre les sociétés ou les Etats en difficulté. Il est le mieux armé, même si la lutte pour les meilleures positions au sein de la harde de ses semblables est âpre !

l’investisseur “lynx” est un chasseur solitaire et malin. Il ne suit pas les moutons car il sait qu’ils ne font que courir et bêler stupidement. Il évite le combat contre le loup car il sait que cela ne lui apportera rien. Par contre, il guette la proie facile et se jette sur elle lorsqu’elle est seule, pour être sûr d’avoir les meilleurs morceaux ! Il guette la fuite des moutons, il anticipe l’attaque des loups. Il se contente d’un petit morceau, pourvu qu’il soit bon et sans trop de risque ! Et surtout, il agit et réfléchi indépendamment, n’ayant ni place dans la harde à défendre ni l’amour de la sécurité illusoire !

A votre avis, à quelle catégorie l’investisseur particulier a tout intérêt à appartenir s’il veut s’en sortir correctement ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.