Le paradigme de l’économie dérangée

L’économie virtuelle est partout: réseaux sociaux, jeux massivement multijoueurs, finances…

Il n’y a qu’à voir les incohérences du système, quand on commence à gagner plus à faire jouer des prisonniers à un jeux en ligne que de travailler, il y a de quoi s’inquiéter.

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2011/05/26/en-chine-des-detenus-obliges-a-jouer-a-world-of-warcraft/

D’un côté, on a des jeunes occidentaux (ou assimilés, comme par exemple les Coréens du Sud) accros à l’internet/jeux/réseaux, qui font une dépression quand on essaie de leur expliquer que la vraie vie, c’est pas de rester scotché devant un écran, et de l’autre, on a de réelles maltraitances de prisonniers, qui ne demanderaient qu’à bénéficier de 5% de la vie des premiers.

Pour résoudre tout cela, il suffirait « d’obliger » les accros à faire des stages en prisons chinoises et en échange, de libérer les prisonniers de droits communs chinois.

Bien sûr,cela ne se produirait que dans un monde « idéal ».

D’autres contradictions apparaissent partout. On demande à des gens de travailler pour à peine plus que si on les laissait au chômage, et on s’étonne que certains ne sont pas enthousiastes, quand après des années d’études supérieures de qualité, on leur propose des temps partiels totalement déqualifiés.

D’un autre côté, des milliers d’immigrés ne rêvent que de venir nettoyer les poubelles européennes (ou américaines…), avec des salaires, pour eux, mirobolants.

On s’étonne que la consommation ne reparte pas massivement, alors que la précarité et l’endettement touche tout le système: des Etats jusqu’aux individus. Que fait-on ? Et bien, on prête de l’argent « gratuitement » ou presque, pour donner encore une chance à ce système.

http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=19&date=20101223

Consommation des ménages (source: INSEE)

D’un autre côté, l’Afrique est transformée en usine de recyclage géante à moindre frais (pas de normes, pas d’indemnité maladies) et l’Asie « pauvre » sert d’usine géante… http://www.monde-diplomatique.fr/IMG/pdf/atlas06_dechets_dble.pdf

On demande aux jeunes de travailler pour financer les retraites des anciens, qui sont souvent bien plus aisés qu’eux et certainement bien plus qu’eux ne le seront à leur tour. Mais on s’étonne que des manifestations éclatent un peu partout (« printemps arabes », Espagne…), poussées par des taux de chômage des jeunes hallucinants.

Bref, même si cet article « coup de gueule » est loin, très loin, d’être une analyse de l’économie actuelle, n’importe qui peut voir que l’économie est déconnectée de la réalité.

Sans vouloir être alarmiste, il me semble que tôt ou tard, les indicateurs principaux de l’économie (les Bourses donc), vont rejoindre la réalité… Cela n’empêchera pas les cours de grimper encore quelque temps, grâce à l’injection massive de liquidités virtuelles dans le système.

Plus que jamais, il est difficile pour l’investisseur particulier de prévoir quoi que ce soit, d’où l’importance de soit acheter de la valeur, du concret, au bon prix; soit de suivre la vague du moment (qu’elle soit enthousiaste ou catastrophiste) avec une bonne gestion des risques.

(2 commentaires)

  1. Salut,

    Sympa ton article qui me rappelle un peu ceux de Loïc Abadie. Je suis tout à fait d’accord avec toi pour dire que l’économie est déconnecté du réel donc que ça ne peut que finir mal. Maintenant, reste à savoir quand, le plus tôt serait le mieux car plus l’endettement augmente, plus ça va faire mal quand faudra rembourser en ayant les poches vides.

    Au plaisir 😉

    1. Tout dépend si remboursement il y aura. Tous les « grands » pays ont fait défauts de leurs dettes de nombreuses fois. Cela n’a pas empêché leur économie de progresser depuis des siècles.
      Le seul problème, c’est juste après le défaut, il y a souvent une période de trouble politique… L’autre problème, c’est bien sûr le risque d’hyperinflation et bien sûr de remboursement des créanciers (sachant que les produits les plus « sûrs » comme les assurances vie sont en grande partie constitués de dettes souveraines….)

      Enfin, qui vivra verra. :o)

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.