La confiscation pour sauver les banques chypriotes ?

logo-Actu_small

 

Chypre, outre une île méditerranéenne ensoleillée, propice aux vacances et aux joyeuses soirées entre amis, est peut-être également le berceau d’une nouvelle forme de sauvetage bancaire par spoliation.

chypre

 (source: http://www.obiwi.fr/voyage-decouvertes/escapades/81064-d-ici-et-d-ailleurs-escapade-a-chypre )

Tout porte à croire, que décidément, la Méditerannée est bien le berceau de la civilisation. Voilà donc que la petite île, mais néanmoins plaque tournante de la finance mondiale (plutôt russe d’ailleurs…), invente le sauvetage bancaire basé sur une « taxe » sur les dépôts.

Depuis ses petits problèmes essentiellement liés à de fortes détentions de dettes grecques, et son incapacité à emprunter de l’argent sur les marchés, Chypre a dû se résoudre à demander l’aide de l’Europe et du FMI.

L’équation est simple: en échange d’un prêt de plus de 10 milliards d’euros, une taxe exceptionnelle de 6,75% (en dessous de 100 000 euros) à 9,9% en fonction de l’importance des dépôts bancaires, va être prélèvement directement sur les comptes des clients.

C’est aussi simple que ça.

Il manque de l’argent ? Et bien prenons le aux clients.

Imaginez un seul instant qu’une autre entreprise fasse cela. Vous voyez Carrefour (ce n’est qu’un exemple!) dire: « chers clients, après votre passage aux caisses, on va vous reprendre 6,75% de votre caddie pour financer nos investissements douteux ? »

Pas de doute, les banques sont décidément des entreprises « pas comme les autres » !

 

Je me suis amusé à regarder la composition d’une banque au hasard : Bank of Cyprus, qui est l’une des grosses banques du pays, et de voir à qui elle appartient réellement.

D’après le site de la banque, nous trouvons essentiellement des intérêts russes, ukrainiens et grecs.

Banking Services

  • Bank of Cyprus Public Company Limited (Cyprus-Greece-Romania)
  • CB Uniastrum Bank LLC (80,0% participation) (Russia)
  • Bank of Cyprus UK Ltd
  • PJSB « Bank of Cyprus » (99,7% participation) (Ukraine)
  • Bank of Cyprus (Channel Islands) Ltd (Guernsey)

Hire Purchase and Leasing Services

  • Kyprou Leasing SA (Greece)
  • Kyprou Commercial SA (Greece)
  • Cyprus Leasing Romania IFN SA (Romania)
  • Uniastrum Leasing LLC (80,0% participation) (Russia)

Investment Banking and Investment Funds

  • The Cyprus Investment and Securities Corporation Ltd (CISCO) (Cyprus)
  • Kyprou Securities SA (Greece)
  • BOC Ventures Ltd (Cyprus)
  • Tefkros Investments Ltd (Cyprus)
  • Tefkros Investments (CI) Ltd (Guernsey)

Asset Management

  • Kyprou Mutual Funds Management Company (AEDAK) (Greece)
  • Cytrustees Investment Public Company Ltd (49,9% participation) (Cyprus)

Insurance Services

  • General Insurance of Cyprus Ltd (Cyprus-Greece)

  • EuroLife Ltd (Cyprus-Greece)

 

Si on en croit les informations qui circulent sur la blogosphère, on apprend que les banques chypriotes sont essentiellement garnies de dépôts en provenance de Russie.

On peut en déduire logiquement que la taxe exceptionnelle s’appliquera à ces riches étrangers et que c’est tant pis pour eux (en plus, je ne parle pas de l’origine peut-être pas toujours légale de tous ces fonds).

Notez en passant, que l’action de Bank of Cyprus est suspendue depuis le 15 mars.

Remarquez aussi que depuis 2008, les cours ont connu une chute vertigineuse et que depuis 2012, peu d’investisseurs y croient à en juger l’absence de rebond…

bank of cyprus_18-03-2013

 

Quelles sont les conséquences pour le particulier ?

Si vous avez le malheur d’avoir déposé vos fonds dans une banque chypriote, et bien vos impôts vont brutalement augmenter d’au moins 6,5%.

Si vous n’êtes pas dans ce cas, vous apprenez cependant des informations forts pertinentes:

– la soit disant sécurité de 100 000 € sur les dépôts en Europe ne protège pas de « taxes exceptionnelles »

– c’est très facile de faire payer des taxes, puisqu’il suffit d’une opération informatique sur votre compte

– la décision d’une troïka européenne, non élue par le Peuple, peut décider de vous faire payer pour sauver une banque (mais ça, vous le saviez déjà si vous avez vu ce qu’il se passe en Europe depuis quelques temps…)

A votre avis que va faire le petit particulier qui habite dans un pays « fragile » ? Rappelons au passage qu’il y a déjà eu quatre autres pays à avoir demandé l’aide européenne pour sauver ses banques : Irlande, Grèce, Portugal et Espagne.

Et bien il va probablement préférer cacher ses maigres économies plutôt que de les laisser dans une banque.

Et que va faire le « riche » particulier ?

Et bien, il va encore plus mettre son argent dans des banques jugées plus sûres (je n’ai pas dis en Suisse…)

Et que vont faire ceux qui ont vraiment l’argent (vous savez les 0,01% des plus riches…) ? Et bien, ils vont se dire que décidément  l’Europe c’est pas très sûr… Direction la Suisse (mais bon, ça devient de plus en plus transparent…et donc risqué), mais Singapour a l’air d’être le nouveau paradis de la finance à la mode.

Tout cela baissera encore davantage les dépôts, alimentant le début d’un cercle vicieux qui peut se finir en bank run…

Bref, ce précédent, même s’il peut être logique dans le fond (payer 6 à 10% pour éviter de tout perdre, surtout que ceux qui paieront le plus ne sont pas les chypriotes eux-mêmes), cela constitue un immense précédent minant encore plus la confiance envers les banques.

Or, tout le système est basé sur la confiance.

Personnellement, je surveille l’euro à la baisse, même si les premières réactions du marché Forex n’ont pas l’air très vivaces. Mais juste comme ça…

Et quand aux actions des banques, il y a bien entendu des gains à se faire en trading (avec stop loss et money management bien entendu), mais investir sur du long terme me parait encore très risqué (ou alors avec quelques pourcents de son porte-feuille). Le risque systémique n’est pas écarté (loin s’en faut…)

Bons investissements (et bonne chance) et n’oubliez pas une saine diversification, y compris géographique !

(5 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. bonsoir,article intéressant comme toujours.

    pense tu qu’il y a un risque de cet ordre en france ?j’ai lu diverses publications qui font ressortir que le montant de l’épargne des français ( assurances vies etc…)correspond grosso modo au montant de notre dette ( 1800 milliards de mémoire ).C’est sur que cela doit faire gamberger plus d’un énarque!
    les solutions pour un particulier qui souhaite se protéger de ce risque ne me semblent pas nombreuses:-acheter un peu d’or et d’argent
    -avoir du cash chez soi…

    jusqu’a présent ma stratégie pour me prémunir d’une grosse cata européenne a consisté en l’ouverture d’un compte en SGD chez HSBC,mais je n’aurrais jamais pensé que l’état oserait voler l’argent sur les comptes…ma stratégie tombe a l’eau.

    reste l’option d’ouvrir un compte en suisse en le déclarant mais j’ai peur que cela soit la voie royale pour avoir un controle fiscal.

    j’aimerai avoir ton avis éclairé sur ces problématiques,d’avance merci.

    bon week end

    1. Bonjour et merci pour ta participation active et tes questions toujours pertinentes !

      Même si la situation en Chypre n’est toujours pas réglée et que ce pays est en quelque sorte un cas particulier (remarque, toutes les crises sont toujours dues à des « cas particuliers » sinon elles n’éclateraient pas!) avec une grosse part des comptes alimentés par l’argent plus ou moins douteux des oligarques russes. Les dernières nouvelles (qui vont certainement encore changés en ce dimanche…) prévoient une taxation mais seulement au-delà des 100 000 euros de dépôts garantis par l’UE.

      Pour moi la question n’est pas de savoir si l’on taxe ou pas (car par le biais d’impôts ou autre, « on » finira bien par payer), mais le fait que dans un monde capitaliste basé sur le respect de la propriété privée, on puisse procéder à des confiscations.
      Cela créerait un précédent et je ne doute pas que plein de gouvernements vont se sentir inspirés.
      La France est un cas particulier (!!!), car effectivement le français est plutôt « riche » ou disons de préférence « économe et prévoyant ». Ce qui fait que le « peuple » a grosso modo les moyens d’effacer la dette publique (bon, si on commence à rajouter les collectivités locales et les effets de levier des banques, ça n’est plus vrai, mais ne chipotons pas).
      Ceci dit, il serait évidement totalement injuste de TOUT confisquer au prétexte d’assainir nos finances publiques.

      Mais mettre des rustines sur les comptes publiques en prélevant une petite partie me parait, tôt ou tard, tout à fait envisageable.

      Alors que faire ?

      Mes réponses à paraître dans un article cette semaine (suspense ! mais je suis sûr que certains éléments de réponses vont plaire à Jérôme…)

  2. ça me fait marrer cette main mise des gouvernements dépensiers qui cherchent de l’argent tous azimuts
    et après ce sont les mêmes qui viennent donner des leçons à la Suisse pour son secret bancaire
    à choisir entre de l’évasion avec le secret bancaire et la confiscation pure et simple de l’avoir sur des dépôts bancaires, je trouve quand même que la première solution est plus éthique…

    sinon, en Suisse, les dépôts auprès des banques, qui contiennent les titres tels que les actions, sont propriétés du client, et ne peuvent pas être dérobés, même en cas de liquidation/faillite, au contraire des avoirs en liquide sur les comptes épargnes qui ne sont couverts que par une garantie de CHF 100’000

  3. bonsoir jérome,en effet cette particularité qu’ont les comptes suisses de te garantir la propriete de tes titres est très interessante j’ai envisagé très sérieusement d’ouvrir un compte chez swissquote ( en le déclarant au fisc )mais vu le climat de chasse aux sorcières qui s’installe en france je suis en pleine hésitation…

    1. pour l’instant il n’y a que les USA qui arrivent à faire plier la Suisse pour leur fournir des données de clients, mais même là ça se fait au compte gouttes
      les autres pays doivent avoir recours à des voies illégales pour avoir des renseignements sur leurs contribuables, comme le vol de CD avec des données de clients de banques… c’est ce qu’a fait l’Allemagne par exemple… ça vole vraiment pas haut et ça prouve bien le niveau auquel ces Etats gauchistes sont arrivés
      le peuple suisse heureusement est très fortement attaché au secret bancaire et il n’acceptera pas que leur pays le laisse tomber

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.