Investissement gagnant, investissement perdant : l’exemple de Tesco

gagnant_perdant

Quelle que soit la méthode d’investissement ou de trading que l’on suit, il y a forcément toujours des gagnants et des perdants.

A posteriori, on peut être tenter de dire « si j’avais su, j’aurais … »

Cette attitude ne sert à rien d’autre qu’à se rendre larmoyant et incertain pour les prochaines prises de décisions.

S’il est utile d’analyser ses échecs (et ses réussites) pour tenter de comprendre leurs raisons et contribuer ainsi à renforcer son expérience, il ne faut jamais avoir de regrets.

Je vais revenir sur deux investissements de longue durée, tous les deux encore en cours.

Le perdant – Tesco:

Pour diverses raisons, fondamentales et graphiques, je me suis lancé dans un investissement « longue durée » sur Tesco.

Je ne vais pas revenir là-dessus, puisque je l’ai déjà expliqué ici :

Faut-il acheter des actions Tesco ?

De même, même si cet article parlait plus de dividendes que de Tesco, je parlais déjà des éventualités de baisse du cours.

Pourquoi il ne faut jamais acheter une entreprise juste pour ses dividendes… L’exemple de Tesco (et des Pages Jaunes…)

Il y a un passage que chaque investisseur devrait appliquer, et je n’hésite donc pas à le remettre ici :

Se tenir à son plan d’investissement

Dans l’exemple de Tesco, mon plan est simple:

Achat vers 300 GBX (voir mon article sur Tesco pour les jolis graphiques)

Renforcements vers 250, 200 et 150 GBX.

Si le cours descend sous 150 GBX, je réanalyserai la situation et me demanderai pourquoi cette résistance importante a été franchie. Si c’est en raison d’une crise mondiale où toutes actions dévissent, je pourrais envisager un renforcement, à condition évidemment que Tesco garde des atouts. Cependant, ce seuil des 150 GBX me semble être une limite basse importante. Rappelons que j’ai estimé la juste valeur de Tesco vers 300-400 GBX.

Je conçois tout à fait que ce type de stratégie est parfaitement contradictoire avec un esprit « trading ». Ici, mon stop loss est sur la quasi-faillite de la société en une dizaine d’années. En pur trading, je serais déjà sorti sur un stop loss sous 250 GBX (en considérant un point d’entrée sur 300 GBX qui visait un rebond). Ici, je raisonne sur un investissement dans la valeur, à long terme où chaque baisse est une occasion supplémentaire pour renforcer sa position. Et comme ma position sur Tesco ne dépasse pas quelques pourcents de mon porte-feuille (et au mieux, une quinzaine de pourcents à terme), je n’ai pas d’inquiétude particulière.

Je n’insisterais jamais assez sur l’intérêt d’un plan d’investissement pour avoir l’esprit en repos, quelle que soit le cours boursier d’une action donnée !

Evidemment, il y a des personnes qui ne supportent pas l’idée d’avoir une moins-value latente de plus de 10%… A eux de choisir une stratégie compatible avec leur psychologie propre !

Qu’ai-je fais réellement, ai-je suivi mon plan de trading ?

Presque.

Je suis rentré le 2/06/2014 vers 300 GBX (3,829 € à ce moment), j’ai renforcé le le 11/08/2016 vers 250 GBX (3,189 €).

Par contre, lorsque le cours a dévissé vers 200 GBX, je me suis abstenu car il me paraissait clair que la chute n’était pas terminée et pouvait descendre sur les plus bas de 2003 vers 150 GBX où j’ai placé un ordre d’achat (vous noterez que je ne l’ai pas fais pour les paliers précédents, car je préfère en général prendre la décision en fonction de l’évolution des cours et des conditions de marché « sur le moment ») car ce genre de résistance à long terme connait généralement des rebonds violents qui laisse peu de temps pour réagir.

Ce dernier renforcement a donc été fait à 2,098 € précisément le 9/12/2016, proche des plus bas de la journée.

Je pensais tout d’abord que ce point bas pouvait être durable, et je comptais utiliser mon renforcement de 200 GBX qui n’a pas été fait (et donc avec du cash disponible à cet effet), mais au final, devant la dégradation des perspectives et la guerre des prix au Royaume-Uni, je me suis dit que les 150 GBX allaient sans doute être retestés.

Ce qui a effectivement été le cas un an plus tard, entre fin décembre 2015 et début janvier 2016.

A ce moment, j’ai très fortement hésité à en reprendre, mais deux choses m’ont retenus:

  • le pallier des 150 GBX a été assez nettement franchi, avec des bas à 137. Pourquoi ne pas descendre vers 100 ?
  • j’ai investi assez massivement sur des valeurs pétrolières qui étaient très rentables à ce moment là, et sur lesquelles je voyais plus de potentiel.

Même si je suis un plan de trading, je m’adapte à la situation.

Mon PRU actuel est de 2,279 £ (soit environ 2,80 €), ce qui me fait tout de même une « confortable » moins-value de -27% à l’heure où j’écris ces lignes.

Ceci dit, comme j’ai investi sur Tesco pour le long terme (horizon 2020/2025…), cela ne me dérange pas plus que ça. Evidemment, le Brexit et la chute de la livre n’ont rien arrangé, mais comme ma seule autre valeur britannique en porte-feuille est GlaxoSmithKline qui se porte plutôt bien, et que je suis donc très raisonnablement exposé à la livre, cela ne m’inquiète pas outre-mesure.

Pour mes niveaux de sortie provisoires, je cible un retour sur la zone des 280 GBX et des 380 GBX. Evidemment, les graphiques ne servent qu’à trouver des points d’achats et de vente cohérents et possibles.

Tout dépendra de l’évolution de la situation, à la fois pour le Royaume-Uni et pour Tesco.

Comme je suis parti pour du long terme, et que je vois pas, à ce jour, une vraie raison pour laquelle Tesco ferait faillite, je continuerai à investir progressivement sur des niveaux clés.

Juste pour en revenir rapidement sur l’utilité de l’analyse technique, et bien le cours de Tesco pouvait tout à fait être prévu. D’ailleurs, pour le moment, nous sommes toujours dans mes hypothèses de départ, ce qui est rassurant (avec deux bémols: le petit passage sous 150 est inquiétant car il ouvre la voie vers une chute « infinie » et le Brexit, dont personne ne peut prévoir les conséquences exactes…).

De plus, le P/E actuel est de l’ordre de 70, ce qui signifie que pour revenir à quelque chose de plus raisonnable (par exemple Carrefour est à 17 actuellement), il faudrait soit que les profits soient multipliés par 4 soit que le cours soit divisé par 4. Ceci dit, qu’on on voit que la marge de profit frôle 0, il ne faudrait pas grand chose pour la multiplier justement…

D’un autre côté, j’aime beaucoup cette divergence haussière du RSI qui s’est dessinée sur un graphique mensuel… Un retour vers la moyenne mobile 200, au minimum (en violet à 306 GBX actuellement) me parait tout à fait possible et probable d’ici quelques années. Evidemment, si la livre atteignait la parité avec l’euro d’ici là, cela resterait un investissement très peu rentable, même s’il ne sera pas forcément perdant…

Tesco_mensuel_14-07-2016

En conclusion, on peut donc dire que l’investisseur particulier a TOUJOURS intérêt à établir un plan d’investissement cohérent, à garder l’œil très ouvert sur les fondamentaux et les évolutions de marché et de garder patience.

Si on ajoute à cela une saine diversification, en devises, en secteurs et en entreprises, les perdants ne font plus peurs et peuvent même très bien se transformer en gagnants.

Et bien sûr, les vertus d’un investissement progressif raisonné ne sont plus à démontrer face à l’imprévisibilité du Marché !

Nous verrons dans le prochain article le cas de Barrick Gold, qui a longtemps été un (gros) perdant dans mon porte-feuille et qui est devenu mon plus gros gagnant !

(à suivre…)

 

Disclaimer: Chacun est libre et seul responsable de ses investissements. Cet article n’a qu’une vocation pédagogique sur un exemple de manière de gérer un investissement boursier et ne constitue en aucun cas un conseil d’investissement.

 

Ajouter un commentaire