Investir dans des SICAV ou des Trackers ?

Vous voulez investir sur des secteurs larges ou des marchés (émergents…) difficiles d’accès directement, mais vous vous y perdez dans la liste et les sigles des nombreux produits proposés par votre courtier ?

Tout d’abord, je vous renvoie à mon article sur les différents produits boursiers pour vous rappeler les différences exactes entre OPCVM, SICAV, FCP, Tracker et ETF.

Nous allons prendre quelques exemples concrets que j’ai choisi dans le secteur des énergies renouvelables (pourquoi pas en ces temps de catastrophes nucléaires et de pressions sur les ressources énergétiques…).

Cas n°1: j’investis 1 000 € en tracker

Exemple du fond LYXOR NEW ENERGY FR0010524777 – NRJ

Il s’agit d’un fond dont l’objectif de gestion est de répliquer l’évolution de l’indice World Alternative Energy Index CW, qui, comme son nom l’indique, s’intéresse aux secteur de l’énergie renouvelable.

Les frais de gestion de ce fond sont de 0,60 % (ce qui est valeur représentative des frais habituels des trackers).

Mes frais d’achat sont donc de :

– 5 € (j’ai pris une valeur habituelle de frais de courtage sur les actions, on peut trouver un peu moins cher…) de frais

Mes frais de revente seront de:

– 5 €

– les frais de gestion, déjà déduits de la valeur du tracker (0,60% annuel) donc 6 €

– le spread (c’est à dire la différence entre les prix offerts à l’achat et ceux à la vente) plus important que sur des actions du CAC40, soit environ 10 €

Si on regarde le carnet d’ordre de ce matin, on voit que le spread tourne autour de 0.20-0.30 € (vente :19.70 € achat 19.87), soit environ 1% (donc 10 € pour 1000 €), :

Donc, au total, pour 1 an de conservation,  on aura des frais de l’ordre de 5 + 5 +6 +10 = 26 € soit 2,6 %

Pour 2 ans, on aura: 5 + 5 + 12 + 10 = 3,2 % soit 1,6 %/an.

Pour 3 ans: 5 + 5 + 18 + 10 = 3,8 % soit 1,3%/an

Pour 5 ans: 5 + 5 + 30 + 10 = 5% soit 1 %/an

Pour 10 ans: 5 + 5 +60 + 10 = 8 % soit 0,8%/an.

On peut donc conclure que plus la durée de détention est élevée, moins les frais de courtage et le spread ont une importance et plus les frais totaux convergent vers les frais de gestion du fond (0,6 % annuel).

Cas n°2: j’investis 10 000 € dans ce même tracker.

Si on prend des frais de courtage de 20 € (là encore, on peut trouver moins cher…)

On aura:

– pour 1 an: 20 + 20 + 60 +100 = 200 € soit 2%

– pour 2 ans: 20 + 20 +120 + 100 = 260 € = 2,6% soit 1,3%/an

– pour 3 ans: 20 + 20 + 180 + 100 = 320 € = 3,2 % soit 1,1%/an

– pour 5 ans: 20 + 20 +300 + 100 = 440 € = 4,4 % soit 0,9%/an

– pour 10 ans: 20 +20 +600 + 100 = 740 € = 7,4 % soit 0,8%/an

Là encore, on constate que  les ce qui compte le plus en cas de détention longue, ce sont les frais de gestion pris par les gérants du fond. De plus, on voit que le fait d’investir davantage réduit les frais de courtage.


Remarque: on voit que ce tracker n’a jamais réellement repris les pertes de la crise de 2008. Cela fait depuis mi-2009 qu’il se trouve dans un canal étroit autour des 20 €. Il me parait sensé d’acheter sous 20 € et de viser un rebond sur 30 €, soit un gain d’au moins 50%. Les énergies renouvelables me paraissent intéressantes si on pense que les prix du pétrole vont continuer à grimper et que la demande des pays émergents continuera de croître. Mécaniquement, toutes les formes d’énergie vont s’enchérir et il faudra bien trouver un jour une solution, au moins partielle, aux énergies fossiles polluantes et/ou au nucléaire…


Cas n°3: j’investis 1 000 € dans un FCP

Exemple Energies Renouvelables A
FR0010244160

Il s’agit d’un FCP dont utilise une gestion discrétionnaire orientée sur les sociétés concernées directement ou indirectement par les problèmes des énergies renouvelables, que ce soit pour les produire ou les économiser. L’indice de référence est le MSCI Word Energy.

Il est possible aujourd’hui de trouver de nombreuses offres d’OPCVM sans frais d’entrée ni de sortie. Je prend donc cette hypothèse favorable. Les frais de gestion de ce fond sont de 1,5% annuel.

Cela donne donc:

– pour 1 an: 1,5 % de frais

– pour 2 ans: 3 %

– pour 3 ans : 4,5 %

– pour 5 ans: 6 %

– pour 10 ans: 15 %

Nous constatons donc que même avec les hypothèses les plus favorables (pas de frais ni d’entrée, ni de courtage, ni de sortie), les frais sont plus importants à partir de 3 ans de conservation, si on les compare au cas n°1.

Remarquez également, que si on augmente l’investissement à 10 000 €, les frais restant les mêmes en proportion (toujours 1,5 %/an), les frais sont plus importants à partir de 2 ans seulement de conservation, si on les compare au cas n°2.

De plus, alors que les trackers sont côtés en bourse en temps réel, les OPCVM sont achetés et vendus à « cours inconnu » car ils ne sont calculés qu’une fois par jour voir moins souvent, ce qui à mes yeux est un désavantage.

Que peut en conclure l’investisseur particulier ?

Je préfère investir dans des trackers dans une optique de long terme (>3 ans) car les frais de gestion sont inférieurs.

Je préfère investir dans des OPVCM sur du moyen terme (6 mois –  2 ans).

Cela signifie, que comme toujours, il faut se fixer un objectif d’investissement à chaque fois, pour savoir où on va et pour éviter d’accumuler des parts de fonds qui traînent dans son porte-feuille, et qui génèrent des coûts de gestion…

Enfin, il ne faut pas oublier de regarder avec précision ce que l’on achète. En effet, deux fonds ayant une dénomination voisine peuvent être très différents en fonction des choix faits par leurs gérants. Ceci est d’autant plus vrai pour des fonds qui ont des appellations rassurantes (fond supersécurité, protection+, etc).

Petite remarque: si on veut suivre une stratégie d’investissement programmé (c’est à dire acheter très  régulièrement, par exemple tous les mois, une petite part d’un fond, l’absence de frais de courtage des OPVCM les rend à nouveaux compétitifs par rapport aux trackers).

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.