A quoi servent les moyennes mobiles en trading ? (1ère partie)

Les moyennes mobiles sont des indicateurs très utilisés. Toutes les plate-formes de trading, même les plus simplistes, incluent au minimum l’affichage d’une moyenne mobile.

Elle se calcule par la moyenne des X dernières valeurs. Elle peut être arithmétique, pondérée (les dernières valeurs de la série auront plus de « poids »), exponentielle (pondération exponentielle), lissée, etc. Il existe de nombreuses variantes des moyennes mobiles, en fonction de la manière dont on calcule les « moyennes ». Pour ceux que le côté mathématique intéressent, vous trouverez les formules ici : http://www.axialfinance.com/manuel/pagesindicateurs/pageMM.html

Je vous ai mis un petit graphique (allez, au hasard la paire EUR/CAD en graphique 4H de ce jour), avec quelques moyennes mobiles courantes (à 20 périodes).La ligne verte fine représente les prix de clôture. On voit tout de suite que grosso modo, les différentes moyennes mobiles ont le même comportement. Personnellement, j’utilise des moyenne mobiles exponentielles pour des périodes courtes, et des moyennes mobiles simples (ou arithmétiques) pour des périodes longues à partir de 200. En ce qui me concerne, je considère qu’elles se valent toutes et qu’un système de trading fonctionnant avec l’une d’entre elle fonctionnera avec les autres. Après, c’est une question de préférence.

A quoi servent les moyennes mobiles ?

En ce qui me concerne, elles me servent surtout à deux choses:

à voir la tendance (ou l’absence de tendance lorsqu’elles s’entremêlent longuement)

à visualiser des zones possibles de stagnation des cours (donc de bons points pour fixer des profits ou des stops)

Elles peuvent également servir à donner des signaux de trading, classiquement de deux manières:

sur clôture au-delà (ou en-dessous) d’une moyenne mobile

sur croisement de deux moyennes mobiles de périodes différentes

Voir la tendance grâce aux moyennes mobiles

La plupart des systèmes de trading s’utilisent le mieux « en tendance » ou alors « en consolidation (ou range) ».

Les explications sont toujours limpides, en précisant qu’il « suffit » de les utiliser en tendance par exemple.

Personnellement, j’ai toujours eu du mal à savoir si on est en tendance ou pas. Pas en regardant un graphique, a postiori. Non, ça c’est à la portée d’un enfant de 10 ans, mais en regardant un graphique là tout de suite, en me demandant si on est en tendance à l’instant présent.

Plusieurs (enfin, certainement des milliers!) méthodes existent. On peut grossièrement distinguer:

l’utilisation de quelques moyennes mobiles, donnant des tendances à court, moyen, et long terme. Personnellement, c’est ce que je préfère, ça reste simple et ne surcharge pas le graphique. J’utilise souvent la MME 50 et la MM 200. Pour le court terme, je regarde parfois la MME 14 voir 7. Après, c’est une question de goût et de « croyances » (comme les nombres de Fibonacci ou les multiples de 7 « chiffre magique » ou 42 parce que c’est la réponse à LA question). Ce qui compte ici, c’est d’avoir au moins une moyenne à court/moyen terme et une à long terme.

l’utilisation de canaux de moyennes mobiles. La célèbre Vague de Raghee en fait partie, de même que les enveloppes de moyennes mobiles.

l’utilisation de dizaines de moyennes mobiles, donnant une vision très colorée de motifs appelés « rainbow« . C’est joli, mais personnellement, je n’ai jamais réussi à voir quoi que ce soit d’utile avec ces graphiques « arc-en-ciel ». Mais je ne doute pas que certains cerveaux soient capables de mémoriser et reconnaître des motifs intéressant en trading. En tout cas, pas le mien ! Je vous donne tout de même les liens vers ces indicateurs, après tout, chaque trader fonctionne autrement (et puis, c’est joli et reposant à regarder …)

  RainbowMMA (7,7 KiB, 1 302 hits)

Fig.1: moyennes mobiles Arc-en-ciel (« rainbow »)

Fig.2: Enveloppes de moyenne mobile (exponentielle, 50) réglée à 1%

Fig.3: Moyennes mobiles exponentielle 50 et simple 200

Sur ce graphique quotidien USD/CHF, on voit clairement la tendance baissière de la paire. Nul besoin d’indicateurs sophistiqués. En gros, si à gauche de l’écran, les courbes sont plus hautes qu’à droite, c’est que la tendance est baissière (et vis-versa). Si les cours hésitent, c’est que nous sommes en « trading range ». Tout dépend évidemment du recul temporel que l’on prend.

Une application simple serait d’acheter à chaque fois que les cours clôturent au-dessus une ligne de tendance baissière mineure quand la MME50 est au-dessus de la MM200 et de vendre lorsqu’ils clôturent en-dessous une ligne de tendance haussière mineure lorsque la MME50 est en-dessous de la MM200.

Je développerai l’utilisation des moyennes mobiles en tant que signaux de trading dans un prochain article.

En attendant, je vous souhaite une bonne fin de semaine, en ce qui me concerne, je vais changer un peu d’air, avant deux semaines de travail intense.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.