Garder son équilibre intérieur en tradant

Le trading est une pratique épuisante psychologiquement. Même ceux qui affirment que cela ne les affecte pas, qui s' »amusent » soit disant, sont souvent inconsciemment rongés par leurs positions ouvertes, leurs pertes potentielles ou réelles, etc.

Cela vient de notre relation à l’argent, qui nous a été inculquée par notre entourage et par la société, qui est souvent calquée sur un modèle argent -> réussite -> vie heureuse. Ce qui signifie aussi pauvreté -> échec -> vie malheureuse et frustrante.

En fait, cela devrait être le contraire : vie heureuse -> réussite -> argent.

Je dirais même vie malheureuse et frustrante -> recherche d’une amélioration -> vie heureuse -> réussite -> argent.

Le fait de perdre de l’argent, de ne pas réussir dans ses investissements, créé un stress et des frustrations. C’est aussi une sources d’angoisses (« et si je perdais plus ? et suis j’étais nul ? »).

Malheureusement, un humain qui est stressé et angoissé, réagit souvent de deux manières:

l’agressivité: en trading, il s’agit d’en « remettre une couche », de prendre des plus gros risques, de plus gros leviers, « pour se rattraper »

la résignation: soit on abandonne l’idée du trading, soit on se résigne à être un « perdant ». J’ai déjà vu des gens qui affirmaient, presque fièrement, avoir perdu de l’argent et de savoir qu’en faisant un investissement, ils allaient certainement mal s’en sortir. Ils acceptaient donc d’avoir un rendement négatif, alors qu’en mettant leurs sous sur un livret A, au moins, ils n’auraient rien perdu !

Pourtant, la solution est toute autre: il faut accepter son stress et le gérer, pour qu’il disparaisse naturellement. Et oui, l’organisme a des soupapes de sécurité. Vous vous imaginez ce qu’aurait donné l’humanité si nos lointains ancêtres étaient tous stressés, téméraires au point d’être suicidaires ou dépressifs ? Le stress fait parti de la vie humaine, mais il faut savoir l’évacuer.

Quand je compare mes résultats avec d’autres investisseurs ou traders autour de moi, je me dis parfois que j’ai finalement assez vite compris ce qu’il fallait faire pour réussir. Je me suis demandé souvent quel était mon avantage par rapport à eux. Même si, pour être certain de cette « réussite », il faudra attendre ma « retraite » car RIEN ne m’empêche de perdre tout dans 13 ans, demain, dans 8 mois SAUF MA CERTITUDE de suivre MES RÈGLES.

Est-ce que je suis doué d’une intelligence supérieure ? Hum, même si je ne pense pas être déficient de ce côté là, il y a plein de gens qui comprennent mieux les calculs complexes utiles en investissement alors que je me contente généralement de saisir l’essentiel.

Est-ce que je suis particulièrement chanceux ? Je dirais qu’une pièce lancée en l’air a surtout une chance sur deux de retomber sur face et une chance sur deux de retomber sur pile. Que je la lance moi-même n’y changera rien sur du long terme.

Est-ce que j’ai miraculeusement développé un système de trading infaillible ? Certainement pas, cela n’existe pas !

Est-ce que je maîtrise mieux mes émotions ? Hum… Attendez, en y réfléchissant bien, je peux supporter l’idée de perdre « gros », tant que c’était un risque calculé à l’avance. Je peux me dire que je ne vais pas me laisser emporter par l’appât du gain en me disant qu’en augmentant un peu mon levier, je pourrai gagner tant de fois plus. Je peux aussi me dire que si j’ai tort 5 fois de suite, on verra bien la 6ème fois… Je peux aussi me dire que si j’ai tort, c’est que j’ai dû ne pas comprendre quelque chose. Mais tant pis, je finirai par progresser sur ce point. Je peux aussi me dire que finalement, si je ne tiens pas 20% par an comme Warren Buffet, et bien, tant que je fais au moins 2% comme mon livret A, je n’aurai perdu que mon temps et j’aurai tout de même économisé quelque chose.

Bref, je suis capable d’accepter la difficulté et de contrôler mes émotions car j’évacue mon stress.

Est-ce que parce que je suis un Vulcain, fils spirituel de Spock ? Certainement pas !

Par contre, je pratique les arts martiaux.

Plutôt beaucoup en fait. Je dirais même presque tous les jours, un peu, ou plus suivant mes disponibilités.

Cela m’aide beaucoup en trading. Je trouve que c’est exactement la même chose:

un adversaire à combattre: soi-même avant les autres

un sens de l’effort à long terme

la certitude que toute action a une conséquence

– une prise de risque contrôlée

un soucis constant de s’améliorer

De plus, cela m’apporte des qualités utiles en trading:

un meilleur contrôle de ma propre peur

un exutoire physique au stress de l’esprit

un accomplissement qui m’éloigne du besoin de me prouver quelque chose et d’une trop grande focalisation sur l’argent

Accessoirement, c’est aussi bon pour la santé !

Je ne dis pas que tous les investisseurs devraient s’entraîner pour la ceinture noire avant de toucher une plate-forme de négoce, mais chacun devrait trouver son équilibre dans une activité sans aucun rapport apparent avec le trading.

« Un esprit sain dans un corps sain, et un esprit sain pour des investissements gagnants ! »

PS: Bon, je vais appliquer ma recherche de l’équilibre en commençant par prendre une semaine de congés loin de tout trading. N’hésitez pas à poser des questions ou à réagir à cet article, en me disant par exemple vos propres solutions pour rester zen, je vous répondrais dès mon retour.

3 Commentaires

3 pings

    • Jonathan sur 24 avril 2011 à 11 h 15 min

    Salut,

    J’aime beaucoup cet article où je me retrouve dans les personnes que tu décris au début. La solution a été pour moi la méditation que je pratique chaque jours et qui me permet d’y voir plus clair.
    Une solution face au stress, que ce soit en trading ou dans n’importe quel domaine de la vie. C’est arrêter d’avoir des attentes, qui tôt ou tard ne pourront pas se réaliser. A chaque fois qu’un truc est prévu ou espéré et que pour une raison quelconque ne se produit pas, la tension arrive et c’est le début des bêtises. En trading, c’est arrêter d’avoir des attentes quant aux résultats espérés. Si on est débutant ou qu’on fait des erreurs, rien de plus logique. Les résultats seront aux mêmes niveau que ces connaissances mais s’il y a de fortes attentes, il y aura comme tu l’as dis soit de l’agressivité soit de la résignation, ce qui dans les deux cas ne fera qu’aggraver la situation et n’apportera rien. La solution s’est d’y aller modestement en essayant de progresser petit à petit (en apprenant de ces erreurs), et les résultats seront au bout une fois tous les ingrédients de la réussite réuni.

    Bonne semaine de zénitude 😉

    1. Merci pour la zenitude, ça y est c’est fait :o)

      Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi au sujet des attentes (enfin, c’est certainement plus une question d’interprétation qu’un réel désaccord :o) .
      Il faut avoir des objectifs (plutôt que des attentes), par contre, ils doivent juste servir de repères, d’indicateurs. Si l’objectif (exemple: doubler son compte de trading en 3 ans ou gagner 2% par mois, partir en voyage…etc..) est atteint, tant mieux. Si l’objectif n’est pas atteint, il faut juste se demander pourquoi et tenter d’améliorer ce qui cloche, éventuellement rééquilibrer ses objectifs (1% par mois, partir en week-end, mettre 10 000 € de côté en 2 ans…).

      Ceci dit, je pense que cela mérite d’être préciser dans un prochain article.

      (là, après une semaine de déconnexion totale sans ordinateur ni internet, je suis encore en vacances jusqu’à dimanche, bien qu’à nouveau revenu dans la grande Toile, donc cool…)

    • Jonathan sur 29 avril 2011 à 10 h 03 min

    Salut,

    Merci de ta réponse et des précisions qui correspondent plus à ma pensée. En effet, il faut se fixer un objectif sans en même temps être trop focalisé sur le résultat mais plutôt sur le processus pour voir ce qui ne va pas si l’objectif n’est pas atteint, afin de modifier ce qui pose problème. Si tout va bien alors c’est parfait, on peut se détendre 😉

    Au plaisir de lire ton prochaine article 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.