Ma vision de l’investissement en Bourse

Disons le tout de suite, le « buy and hold » ou l’investissement « dividendes » ne m’intéressent pas particulièrement.

Attention, non pas qu’elles ne m’appellent pas, au contraire.

Je trouve qu’il y a un côté reposant à se dire:

 » Tous les ans, tous les trimestres ou tous les mois, j’achète pour telle somme d’actions de telle grosse société… Et j’attends des années, en recevant tranquillement des dividendes. Dans le doute, je prends aussi quelques obligations de qualité. Voilà, rendez-vous dans 20 ou 30 ans ».

Je ne dis pas que le raisonnement soit mauvais dans l’absolu. Effectivement, à partir du moment où l’on réalise un investissement lissé, que l’on achète des sociétés de qualité mais provisoirement décotées, que l’on se diversifie sainement et que l’on a beaucoup de temps devant soi, c’est une méthode qui fonctionne.

Les avantages sont évidents:

– peu de temps à consacrer aux investissements

– l’effet « boule de neige » est un phénomène très efficace pour s’enrichir

– peu de stress, à partir du moment où l’on suit son plan sans se soucier des soubresauts de la Bourse.

Mais je vois personnellement deux gros inconvénients:

– rendements médiocres (avoir, sur le long terme, des dividendes de l’ordre de 5% est déjà très bien… si on enlève l’inflation, on se retrouve avec une augmentation de la boule de neige très lente et à moins de disposer d’une somme déjà conséquente de l’ordre de la centaine de milliers d’euros dès le départ, on n’y gagne pas grand chose une fois l’inflation et les taxes déduites…)

– pour un investissement « de bon père de famille », combien de personnes « prudentes » supportent l’idée de perdre 50% de la valeur de porte-feuille (en 2008/2009 par exemple) bourrées d’actions soit disant sûres et défensives ?

 L’investissement-trading:

Je vous le dis tout de suite, c’est ce que je pratique, mais si vous suivez mon blog, vous l’avez déjà compris !

Pour moi, il y a deux choses essentielles:

– connaître mon rapport gain/risque

– avoir un rapport gain/risque le plus élevé possible, et en moyenne autour de 2 au moins.

 

J’affirme (et je le sais par expérience), qu’investir intelligemment sur des sociétés présentant une réelle valeur au moment où elles sont décotées, avec un rapport gain/risque convenable et sur du moyen/long terme, apporte bien plus que 5% par an.

Je ne parle pas ici de faire du day trading, ni même du swing trading (même si je le pratique sur Forex notamment), mais bien d’acheter des actions avec un horizon d’un à plusieurs mois, voire années.

Les avantages de ce type d’investissement sont les mêmes que pour l’investissement « dividendes »:

– si on s’en tient à quelques trades dans l’année, le temps à y consacrer reste faible

– l’effet boule de neige fonctionne tout aussi bien avec des gains de trading qui s’accumulent

– si on suit un système clair incluant un money management adapté, le stress reste faible

De plus, j’ajoute deux autres avantages:

– on ne reste pas « bloqué » sur des actions particulières, que l’on garde en porte-feuille « à vie »

– on peut nettement dépasser le rendement de 5%, sur le long terme

 

Ma stratégie en résumé:

Je ne parle ici de ma méthode de trading sur Forex, mais seulement de ma stratégie « Bourse ».

En gros, je procède ainsi:

– je sélectionne des actions (ou des ETF) présentant un intérêt: soit une sous-valorisation évidente, soit une configuration graphique/technique prometteuse

– je me fixe un stop loss et une ou plusieurs cibles de profit, avec un rapport gain/risque voisin de 2.

– j’achète les actions (soit en plusieurs fois, avec un investissement progressif soit en une fois) et j’attends qu’un ordre se déclenche, en gain ou en profit. Peu importe le temps que cela mettra. Ma cible mentale est 10%/an de gain au MINIMUM. Attention, cela ne veut pas dire que je coupe dès que j’obtiens 10% de plus-value, mais que ma plus-value divisée par le nombre d’années d’investissement doit être au moins de 10%. C’est une grosse nuance, car parfois, il n’y a des occasions que certaines années.

Je procède ainsi en permanence, au fil des occasions qui se présente et de mes liquidités disponibles.

Je vais prendre deux exemples:

– un tracker sur le gaz naturel

– et une société que je suis depuis un bout de temps: Laramide Ressources Ltd.

Premier exemple – ETFS Natural Gas:

C’est un tracker basé sur le DJ-UBS Natural Gas Sub-IndiceSM http://www.etfsecurities.com/csl/etfs_natural_gas_fr.asp

(ETFS Natural Gas en données mensuelles, image en 988X657 pixels)

Une vue d’ensemble à plus long terme laisse penser à une appréciation beaucoup plus conséquente possible:

Pour moi, la sortie du long canal baissier avec un rétrécissement de la bande de Bollinger ne peut se faire que de manière explosive vers le haut. Vers le bas, c’est impossible, à moins de croire que le gaz naturel ne vaudra presque plus rien (car malgré la baisse des prix due aux techniques des shales gas, il y a une limite à la baisse !).

Je vois deux cibles cohérentes: la MM50 mensuelle et la fermeture du gap datant de fin 2008.

Je vais pas rentrer dans les détails du pourquoi et du comment de l’intérêt d’être acheteur ou non de cet ETFS, mais pour résumer voilà typiquement l’exemple d’un investissement à long terme, vu que nous sommes bien en données mensuelles.

Supposons un PRU de l’ordre de 0,20 € (donc relativement élevé, sachant que le cours actuel est vers 0,09 €…), une cible vers 0,40 € donnerait du +100%. Donc, même si elle n’était atteinte qu’en 2022, cela resterait du +10%/an.

J’ai pris volontairement l’exemple de cet ETFS puisque non seulement, il ne verse pas de dividendes, mais en plus il a des frais de gestion (de l’ordre de 0,49%/par an si ma mémoire est bonne) et un risque de contango (puisque l’Etf est basé sur des contrats futures). Bref, on pourrait donc dire qu’il a des dividendes négatifs, sachant que le graphique montre la valeur réelle, tous frais déduits.

Bref, c’est typiquement le genre de valeur qu’un investisseur long terme ne veut pas garder en porte-feuille trop longtemps ! Et pourtant, si on pense que le prix du gaz naturel américain risque à nouveau de grimper, ça peut rester une affaire intéressante. Une fois encore, je ne discute pas ici de l’intérêt d’investir dans le gaz naturel par ce biais, ce n’est qu’un exemple.

(données mensuelles, 992X649 pixels)

Second exemple: Laramide Ressources Ltd.

Il s’agit d’une société d’exploration minière spécialisée dans l’uranium (dont j’ai déjà parlé ici: )

Elle ne verse pas de dividendes et risque la dilution de ses actions en cas d’émissions de nouvelles actions pour renflouer ses caisses (peu probable si on pense qu’elle va pouvoir extraire des ressources de ses filons et qu’elle possède assez de cash pour tenir jusqu’à là…).

Nous sommes tout de même dans une configuration meilleure que pour l’ETFS sur le gaz naturel, puisqu’au moins, il n’y a ni frais de gestion ni contango. Et sait-on jamais, peut-être versera-t-elle un jour quelques dividendes, même si cela me semble peu probable.

Si vous vous rappelez de mon article précédent sur Laramide, vous vous souvenez que mon trade initial était une entrée sur 1,01$ et une première cible vers 2,50 $.

Pour simplifier, nous allons supposer une entrée à 1$, une cible à 2$ et un stop loss à 0,50 $. Il y a mille manière de fixer un trade, ce qui compte c’est qu’il ait un rapport gain/risque correct.

Dans notre cas, le prix a failli toucher le stop loss, avant de rebondir. Le rebond est toujours en cours d’ailleurs, comme le montre le graphique suivant.

(Graphique en données hebdo. de 831X665 pixels)

Nous sommes actuellement à +40% de bénéfices, ce qui est largement rentable. Il ne faut cependant pas clôturer maintenant (à moins bien sûr d’un événement imprévisible et catastrophique, comme une centrale nucléaire qui explose quelque part, qui mettrait fin à toute possibilité de rebond des valeurs liés à l’uranium pendant quelques temps).

Pourquoi ?

Pour trois raisons:

– il faut se tenir à son plan de trading initial, sinon on fausse le rapport gain/risque et on ouvre la porte à l’envie de faire n’importe quoi dans des trades ultérieurs

– je préfère 80% en deux ans que 40% en un an. Je préfère même 80% en 4 ans que 40% en un. Ce qui compte, c’est d’avoir un rendement moyen le plus élevé possible, pas de faire d’occasionnels « coups d’éclats ».

– les raisons qui ont provoqué la prise du trade initiale sont toujours valables.

 

Se focaliser sur le rendement annuel moyen et non pas sur la durée d’un trade:

Pour résumer:

– soit je prend des trades uniques avec une entrée, une cible, un stop loss et un rapport gain/risque correct. En fonction de l’évolution du trade, du contexte boursier et de la société, je me fixe éventuellement un stop loss sur l’entrée si les critères techniques me le permettent. J’attends que le trade soit clôturé d’une manière ou d’une autre.

– soit je procède par un investissement progressif, avec un stop loss très éloigné (voir pas de stop loss si je calcule mon risque avec une perte totale de l’investissement et que le rapport gain/risque reste néanmoins correct), mais également une cible de profit éloignée. J’utilise l’enveloppe que je me suis fixé pour optimiser mon PRU. Si je n’utilise pas mon enveloppe et que je peux fixer un stop loss de protection correspondant au moins à 10% de gain par année de durée du trade, je le fais et j’investis le reste de mon enveloppe dans d’autres trades. J’attends que mon trade se termine par une atteinte de mes objectifs ou une sortie sur stop loss de protection.

Dans tous les cas, je m’intéresse à ce qu’un trade donné m’a apporté.

Par exemple, si j’investis 2000 € dans une action, je regarde à la clôture du trade, combien j’ai gagné et sur quelle durée. Cela me permet de connaître mon rendement annuel moyen.

Autrement dit, je suis en permanence investi sur quelque chose, et je clôture au fur et à mesure.

Ce que je dois éviter, c’est de garder des liquidités trop longtemps, puisque cela fait chuter le rendement moyen de l’ensemble de mon porte-feuille (par exemple, si je gagne 10% par an avec mes 2000 € investi de tout à l’heure, et que je garde 18 000 euros en liquidités, le rendement total de mon portefeuille ne sera que de 1% par an seulement !)

Garder des liquidité, cela ne m’arrive presque jamais, car comme j’achète sur du moyen/long terme, je suis en permanence investi, à la hausse ou à la baisse avec des trackers short ou des trackers de volatilité et je ne dénoue mes positions que sur atteinte de mes objectifs (avec néanmoins quelques stop loss et des pertes, mais c’est très rare). De plus, comme je l’expliquais ici, j’utilise une part importante de mes liquidités sur le forex avec des stratégies « neutres par rapport au marché boursier », essentiellement sur du swing trading sur quelques jours/semaines.

Bien sûr, la combinaison bourse/forex est peut-être peu répandue (mais après tout, je suis bien un investisseur (très) particulier, non ?) et pour éviter de consacrer trop de temps au trading (ceci dit, je n’y consacre guère plus d’une heure par jour, sans compter évidement les articles que je peux écrire), on peut très bien se contenter de suivre quelques actions sur des graphiques hebdomadaires et investir à long terme avec la stratégie décrite précédemment.

Bons investissements, et n’oubliez pas que vous êtes responsables de votre propre argent. Mes articles ne visent pas à conseiller tel ou tel investissement, mais à vous montrer l’intérêt de suivre VOTRE stratégie.

 

(11 commentaires)

2 pings

Passer au formulaire de commentaire

    • David on 27 mars 2012 at 12 h 36 min
    • Répondre

    Bonjour,

    Merci pour le partage de cet article.

    Pourriez vous en dire plus sur le rapport gain/risque ?
    s’agit-il d’une notion abstraite ou bien vous le calculez réellement ?

    je vous cite « ….avoir un rapport gain/risque(…)autour de 2… »

    Merci d’avance

    1. Bonjour David,

      Sans rentrer dans les détails, le rapport gain/risque est pour moi FONDAMENTAL pour réussir en Bourse.
      Donc oui, je le calcule vraiment, à chaque trade, sur forex ou actions.
      En gros, c’est le rapport entre la perte que l’on se permet (c’est à dire son stop loss) et le gain que l’on attend (c’est à dire sa cible de profit).
      Exemple, j’achète Total à 38 € (c’est un exemple d’actualité). Je place mon stop loss à 28 €, je ne revendrais que si l’action atteint 58 €.
      J’a un rapport gain/risque de (58-38)/(38-28)= 20/10=2

      En gros, si j’ai un rapport gain/risque=1, si j’ai raison 50% du temps, je gagne autant que je perd (autrement dit rien). Si j’ai un rapport gain/risque=2, si j’ai raison 1 fois sur 3 (33%), je neutralise mes pertes. Autrement dit, si j’ai raison plus d’une fois sur trois, je suis gagnant…
      Et ainsi de suite.

      Vous me faites penser qu’il faudrait que j’écrive un article sur le sujet, c’est quelque chose qui semble difficile pour beaucoup de gens, alors que c’est l’une des clés de la réussite…

  1. super article,une belle leçon de trading qui correspond parfaitement a ce vers quoi je souhaite faire tendre mon trading,je pense que cet horizon de temps offre le meilleur ratio :temps consacré ( perdu)/gains
    auparavant j’avais plutot un horizon de quelques jours mais cela demande un suivi pointu et préocupe un peu , dans ces conditions cela n’est pas évident de rester disponible pour sa famille ( ce qui compte le plus en fait…).Je ne te parle pas de disponnibilité physique mais d’etre vraiment présent,l’esprit totalement libéré pour jouer avec tes enfants par exemple avec plusieurs trades en route dans le meme temps.
    meme si techniquement je suis parvenu a gagner (peu,car je trade avec une petite partie de mon capital )je suis arrivé a la conclusion que ces pv me coutent cher au final,je laisse donc tomber ce type d’investissements pour me concentrer désormais sur des actions décotées ( type vet affaires ).
    Actuellement je lorgne sur une société allemande de panneaux solaires,c’est Q-CELLS ( QCE ) la configuration graphique semble bonne,qu’en penses tu ?

    1. Merci :o)
      Les particuliers devraient tous raisonner ainsi: il n’est pas nécessaire de passer des heures devant l’écran pour investir avec succès sur du long terme. Après, bien sûr, il faut tout de même consacrer BEAUCOUP de temps à se former, techniquement et psychologiquement. On a rien sans rien ! Ceci dit, ce « beaucoup de temps », peut se faire sur des années, comme on pourrait apprendre une langue étrangère…
      Toutes les stratégies court terme/day trading appliquées par des particuliers sont pour moi voués à l’échec car ils sont sources de stress relationnel (autant prendre un second job !).
      Evidemment, il y a des passionnés (dont je fais parti certainement, bien que je limite mon temps consacré à tout cela)…

      Pour investir sur des actions décôtées, il faut tout de même être sûr qu’elles le soient vraiment…Ce n’est pas parce que le graphique montre une chute importante que l’action vaut plus que ce que le graphique montre !
      Je ne connais pas QCE, mais après un rapide coup d’oeil:
      – gros problèmes de dettes, qui ont été réglées plus ou moins récemment. J’ai crû comprendre qu’elle avait restructurée ses dettes (autrement dit, tant pis pour les actionnaires). Certes, les comptes sont assainis mais il faudrait voir qui possède quoi maintenant.
      – pas de rentabilité avant 2013-2014 => http://www.onvista.de/analysen/empfehlungen/artikel/27.03.2012-13:21:58-q-cells-aktie-ausblick-fuer-2012-bis-2014-bestaetigt?ID_NEWS=226821538 (c’est en allemand)
      – les énergies solaires n’ont pas la côte car elles coûtent très chères… Certes, on est en Allemagne, mais le marché de la société n’est que minoritairement dans ce pays…

      Sans faire une analyse, je ne peux pas la comparer à Vêt Affaires, ne serait-ce que parce que cette dernière fait des bénéfices alors que QCE, comme tant d’autres sociétés « d’avenir » est une pompe à fric…

      Sur ce genre de trades, je préfère encore les Biotech. Nous sommes dans du spéculatif, et il faut donc le traiter comme tel (c a d prendre le risque d’un SL sur 0) et de voir ce que ça peut donner…
      Je te conseille vivement de bien te renseigner sur la société, pour pouvoir réellement savoir si elle est décôtée ou au contraire, déjà au juste prix.

  2. bonsoir,merci de m’avoir répondu.

    je ne suis pas entré sur ce trade car effectivement je manque d’info précises sur la société ( en plus je ne comprend pas l’allemand…)

    je vais donc suivre ton conseil et temporiser…d’autant plus que j’ai le sentiment qu’une correction a démarée sur les marchés actions cela me permetra peut etre d’entrer a nouveau sur vet affaires et quelques autres sociétés que je scrute attentivement ( vraiment décotées celles la…)

    1. Parfois (je dirais souvent) prendre du temps pour bien comprendre une situation est une très bonne idée..:
      http://www.boursorama.com/actualites/debacle-de-l-industrie-solaire-en-allemagne-q-cells-leader-du-photovoltaique-en-depot-de-bilan-c73a50d1cda382fbfd21bb76ab52210f

      Comme quoi, il faut toujours bien regarder ce qu’on veut acheter et que la notion de cours de bourse est très relative et n’a finalement que peu de rapport avec la vraie valeur d’une entreprise…

      1. ouh la vache! j’ai vraiment senti le soufle du boulet la…bon c’est vraiment une leçon bien concrète ( gratuite heureusement ).

        j’apprend par coeur:avant d’acheter j’étudie les bilans et je temporise,avant d’acheter j’étudie les bilans et….

        bonne soirée et merci encore!

    • artus on 29 mars 2012 at 23 h 59 min
    • Répondre

    Bonjour,

    très bon article, que je vais approfondir…j’ai vu que vous parliez de tracker short pour jouer la baisse, mais aussi de tracker de volatilité…là je vois pas ce que c’est et dans quel contexte vous l’utilisez …pourriez vous m’expliquer ?

    Cdt.

    1. Il faut toujours approfondir, c’est un très bon réflexe. Rien ne vaut une opinion PERSONNELLE en Bourse, c’est ce que j’essaie d’expliquer à travers mon site..
      Pour les trackers de volatilité, il s’agit par exemple de l’ETF S&P 500 VIX Futures Enhanced Roll(code : LVOL). Je n’en connais pas d’autres qui puissent rentrer dans un PEA, mais je sais qu’il existe même des CFD sur ce genre de produit.
      Attention cependant avec ce genre de produit, où il faut bien connaître son sous-jacent (ici: http://www.bloomberg.com/quote/SPVIXETR:IND/chart)
      Pour moi, c’est un soucis de diversification, en effet, LVOL n’évolue pas exactement de la même manière qu’un tracker short sur le SP500, même si grosso modo, il monte quand l’incertitude règne (c’est à dire quand le SP500 baisse)… L’autre GROS intérêt, c’est que LVOL est éligible au PEA, alors que je ne connais pas de tracker short sur le SP500 qui le soit…
      Ceci dit, à titre personnel, j’utilise plutôt le BX4 sur le CAC pour une éventuelle baisse, mais c’est juste une simple habitude…

  3. Lorsqu’on parlera de la Bourse aux quatre coins de la rue, ceux qui ont peu de connaissances financières et un esprit moutonnier, auront tendance à penser aux krachs. Ainsi, il est très facile de dissuader les épargnants de mettre une partie de leur capital en Bourse. Au contraire, les krachs sont les plus belles occasions de ramasser à bon compte de beaux cadavres ayant des fondamentaux solides pour des investisseurs qui ont de la bouteille sur les marchés financiers.

  4. super idée,c’est vraiment intéressant de confronter les points de vue je pense que la conclusion de votre joute amicale sera qu’il est particulièrement intéressant d’investir dans les creux de marchés en achetant des entreprises décotées qui offrent de confortables dividendes….le graal bonne soirée

  1. […] de mon ami blogueur Investisseur (très) Particulier dans son post « Ma vision de l’investissement en bourse » […]

  2. […] engendrés par certains mouvements très brutaux. Comme le disait Thomas dans sa vision de l'investissement en bourse, quel bon père de famille supporte l'idée de perdre 50% sur ses placements ? La […]

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.