Ma stratégie de trading actuelle sur Forex expliquée avec des exemples – partie 2 – Les lignes de tendance

secret

 

Cet article fait suite à la première partie que vous pouvez retrouver ici.

Les lignes de tendance:

Je n’utilise pas les figures chartistes car je trouve qu’elles sont trop difficiles à voir réellement, et que l’imagination fait souvent une part du travail, ce qui est nuisible à la seule chose qui m’intéresse: la rentabilité !

Les théories chartistes sont très bien étudiées, et pour ceux que ça intéresse, je vous suggère de jeter un coup d’œil sur la bible de François Baron intitulée « Le chartisme : méthodes et stratégies pour gagner en Bourse« . Si la seconde moitié du titre me laisse perplexe, ce livre a néanmoins le mérite d’expliquer clairement, à travers de très nombreux graphiques, les différentes figures existantes.

En ce qui me concerne, je ne m’intéresse qu’à deux types de « figures », les lignes de support/résistance horizontales et les lignes de tendances obliques. Qu’elles fassent parties d’une autre figure, comme un triangle par exemple, m’indiffère au plus haut point.

Je ne crois pas spécialement à l’ésotérisme et aux tracés de thèmes astraux, avec Neptune en opposition de la Lune Noire et ce genre de chose. Je ne crois pas davantage dans le chartisme en tant que tel. Cela n’exclut pas qu’un mauvais indicateur puisse être utilisé avec succès dans une méthode de trading (il faut vraiment que j’élabore un jour un système basé sur l’astrologie…) tant je pense que l’essentiel est surtout dans la rigueur et la gestion des risques.

Pour en revenir aux lignes de tendances, elles sont, mathématiquement parlant une autre forme d’une droite de régression linéaire dans ma vision des choses.

Sans partir sur des démonstrations mathématiques obscures, une droite de régression linéaire se traduit ainsi:

438px-Linear_regression.svg

Autrement dit, c’est une manière de représenter une « moyenne » d’un nuage de points éparpillés.

Si on considère que les points sont des valeurs d’une paire de devises (ou des cours de Bourse…), on peut se servir des droites de régressions linéaires comme d’une sorte de moyenne mobile.

Cependant, ces droites ne sont valables seulement si la fonction qui relie les différents points est linéaire (ce qui n’est pas le cas en ce qui concerne les marchés).

Si on relie seulement les points les plus hauts (ou les plus bas), on obtient à peu près la même droite, mais décalée.

Remarquez que l’on peut tracer une droite avec n’importe quels deux points différents. Par contre, si on prend 3 points, cela limite le nombre de droites possibles.

C’est pour cela que je n’utilise des droites de tendances qu’à condition qu’elles passent par au moins 3 points (et plus il y a de points, plus la droite est significative).

Comme nous ne sommes pas en cours de géométrie avec du papier millimétré, je n’hésite pas à utiliser un tracé de ligne assez épais pour gommer les petites imperfections.

Prenons par exemple le contrat Crude Oil (cliquez sur le graphique pour l’agrandir).

LCrudeJan16H4_20-11-2015

Nous voyons 4 points touchant la ligne de tendance. Les deux premiers sont très rapprochés et pourraient compter pour un seul, les 3ème et 4ème points ne touchent pas tout à fait la ligne, mais c’est à peine visible.

Cette ligne de tendance nous renseigne cependant sur plusieurs choses:

  • nous sommes en tendance haussière (une ligne de régression linéaire nous aurait appris la même chose, même si elle n’aurait pas tout à fait la même pente)
  • vers le 20 octobre, la ligne est clairement enfoncée par une bougie baissière
  • la ligne « existe » toujours, car il y a un retour sur celle-ci vers le 4 novembre

Dans cet exemple, le simple fait d’avoir vendu au moment où la ligne était franchie nous assurait un gain (à condition d’avoir fixé une cible cohérente évidemment… et donc un stop…)

Ici, les cours franchissent aussi la MM200, qui est un niveau assez significatif (car observé par de nombreux traders).

Remarquez aussi qu’il ne faut pas prendre cette ligne comme une loi inamovible du trading. Une fois encore, nous ne sommes pas devant une science exacte, mais devant une manière de visualiser des choses qui suivent des règles tellement complexes qu’on pourrait (presque) les confondre avec le Chaos absolu… Cela signifie qu’il faut considérer une « grosse ligne » en prenant en compte les zones légèrement dessous (et dessus).

Un autre exemple sur le Nikkei225. La ligne est de bien meilleure « qualité » puisqu’il y a 6 points qui touchent presque parfaitement une ligne très fine. En général, je considère les points rapprochés comme étant une seule zone de contact (en orange sur le graphique).

Jp225Dec15H4_20-11-2015

Comme je viens de me rendre compte que mon article parle de Forex et que je vous montre des graphiques de CFD sur Futures, je vais vous glisser un dernier exemple sur la paire EUR/CAD (en données quotidiennes). Notez que les lignes de tendances sont valables pour n’importe quel produit, actions, devises, obligations, etc.

On voit aussi clairement 3 zones de contact principales, dont la dernière a été enfoncée il y a deux semaines.

EURCADDaily_20-11-2015

J’ai aussi parlé des lignes de support/résistance horizontales. Elles peuvent également avoir une importance, surtout si une ligne donnée sert à de nombreuses reprises de ligne de rebond des cours.

Voici un exemple sur un graphique en données quotidiennes de la paire EUR/SEK.

Si on part de la période de range de mars à juillet, et que l’on se base sur le plus haut atteint début mai puis testé fin juillet, on voit bien que cette ligne a été importante. D’une part lorsqu’elle a été franchie nettement fin juillet, elle a donné naissance à un mouvement haussier (même s’il y a eu un petit pullback) et surtout, elle a continué à être testé par la suite.

EURSEKDaily_20-11-2015

Notez en passant que cette ligne pouvait être utilisée intelligemment dans des stratégies de trading sur des unités de plus court terme, mais je m’égare…

Pour conclure cette partie, il faut donc retenir que les lignes de tendances, à condition qu’elles soient tracées sur des durées assez longues (plusieurs mois) et avec au moins 3 points de contacts, sont bien significatives et que leur rupture est un signal assez fort.

SUITE:

Ma stratégie de trading actuelle expliquée avec des exemples – partie 3 et conclusion – les divergences

 

2 Réponses à “Ma stratégie de trading actuelle sur Forex expliquée avec des exemples – partie 2 – Les lignes de tendance”

  1. […] PARTIE 2: http://www.investisseur-particulier.fr/ma-strategie-de-trading-actuelle-sur-forex-expliqu… […]

  2. […] Ma stratégie de trading actuelle sur Forex expliquée avec des exemples – partie 2 – Les li… […]

Ajouter un commentaire