Le yen peut-il s’affaiblir ?

(Triste) Actualité oblige, mes pensées vont vers le Japon.

Regardons ensemble quelques graphiques hebdomadaires.

Tout d’abord, face au dollar index (qui représente la force du dollar face à un panier de devises):

On remarque:

– le yen est en haut d’un canal ascendant

– la semaine passée, une étoile filante s’est formée. Il s’agit d’une figure en chandelier pouvant entraîner une fin de tendance haussière

– une divergence entre des indicateurs (RSI et MACD) et le prix est en formation. Il s’agit aussi d’un signe baissier.

Ensuite, face à l’euro index:

– Les mêmes divergences entre indicateurs et prix sont apparues

– Le yen s’est déjà affaiblit, passant sous la moyenne mobile 50.

Enfin, par rapport à l’or:

Le yen, valeur refuge habituelle, a cédé  lui aussi (tout comme le dollar…) du terrain face à l’or depuis des années.

Même si une divergence entre MACD et le prix apparait, rien ne dit que cette tendance baissière va s’arrêter.

Et si elle s’arrêtait, ce sera probablement plus due à une correction sur l’or (qui a beaucoup, beaucoup grimpé ces derniers temps…) que sur un nouveau regain de vigueur du yen.

Et le marché action dans tout ça ?

Si on compare le yen à l’indice Nikkei de la bourse de Tokyo, on voit que depuis fin 2008 (et la crise des subprimes), il est fortement apprécié.

Même si on considère que la crise n’est pas vraiment terminée (ou que sa sortie est ralentie à cause du tsunami/crise nucléaire), il parait peu probable que le yen grimpe plus haut qu’au plus fort de la crise de 2008 !

Que doit en conclure l’investisseur particulier ?

Comme nous venons de le voir à travers ces 4 graphiques, de nombreux arguments techniques plaident pour l’affaiblissement du yen.

De plus, le bilan de la catastrophe au Japon est loin d’être fait. Et je ne parle pas de la probabilité, toujours existante que la centrale de Fukushima échappe à tout contrôle et provoque un second Tchernobyl dans un archipel nippon densément peuplé ! Bien que le yen soit une valeur refuge, il est fort à parier que devant une nouvelle catastrophe, il perdrait une partie de ce rôle et s’affaiblirait.

Si au contraire (espérons le !), les exploitants de la centrale parvenait à la sécuriser (par un sarcophage de béton par exemple ou un miraculeux refroidissement des réacteurs endommagés), il conviendra alors de tirer le bilan du tsunami et de commencer la reconstruction. Or, les périodes de reconstructions sont toujours propices à une progression de la Bourse, et donc à un affaiblissement du yen.

Tous ces arguments plaident en faveur d’une faiblesse prochaine du yen. N’oublions cependant pas que nous venons d’étudier des graphiques hebdomadaires et qu’il peut encore se passer un ou deux mois avant que la devise nippone modifie son comportement.

Cependant, en ce qui me concerne, je surveille avec attention tous les signaux d’achats sur EUR/JPY et USD/JPY à plus courts termes… (tout en n’hésitant pas à shorter sur des hedges… et oui, on est sur le Forex… Et n’oubliez pas votre gestion des risques !!!)

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Je suis plutôt short aussi sur EUR/JPY et USD/JPY. Maintenant, la situation à la centrale peut faire varier les cours avec violence. Donc prudence.

    1. Pourquoi « aussi » ? :o) Je suis plutôt long sur ces paires (mais à moyen terme, d’ici quelques mois…)
      Ceci dit, je reste très méfiant également par rapport à la situation à Fukushima.Et puis comme je le disais : forex = stop loss et risque calculé. Cela ne m’empêche pas cependant d’initier parfois des positions (à très faible levier bien sûr…) que je laissent courir plusieurs mois voir années. Disons que j’aime bien travailler sur des hypothèses à plusieurs mois pour avoir une vision d’ensemble, et prendre en parallèle des positions à plus courts termes, basés sur des critères totalement techniques. En fait, si j’ai tort, je gagnerai tout de même un peu sur le court terme, et si j’ai raison, je gagnerai beaucoup sur le court terme :o).

  2. Jusqu’à présent le yen a continué à s’apprécier face aux autres devises même si la situation du Japon n’est pas forcément reluisante.

    1. En effet, cela me fait penser qu’il faudrait faire une mise à jour de cet article car 6 mois se sont écoulés, ce qui est une période de temps suffisante pour faire le point sur des données hebdomadaires…

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.