Le combat du siècle: Keynes vs. Hayek

Je vous ai déjà mis la première vidéo sur le sujet, voici la suite. Mis à part la musique, qui n’est pas forcément au goût de tout le monde en commençant par moi-même, cette vidéo a le mérite d’être très pédagogique…

A titre personnel, il y a surtout deux choses qui me dérangent dans la théorie de Keynes :

– elle est basée sur une croissance exponentielle. Or, la croissance exponentielle n’est pas viable dans la Nature, dans aucun domaine, sur le long terme.

– elle considère que les guerres sont des moyens de relance de l’économie (et accessoirement, offre une solution pour redémarrer la croissance exponentielle quand elle s’emballe).

Cela signifie également que tant que les gouvernements suivront ces théories, ils finiront invariablement par arriver à une « mesure de relance exceptionnelle » meurtrière…

 

Certes, « sur le long terme, nous serons tous morts« .

Cette phrase était certainement très valable pour Keynes quand il l’a prononcé, mais tôt ou tard, il y aura bien quelqu’un qui sera vivant pour constater le désastre de ce qui arrivera sur le long terme

 

(2 commentaires)

1 ping

    • loic on 14 octobre 2011 at 17 h 32 min
    • Répondre

    excellente vidéo,moi aussi cette fuite en avant m’inquiète au plus haut point.Nos politiques n’oseront jamais avouer au peuple l’étendue du désastre dont ils sont responsables et dans ce genre de situations la « relance exeptionnelle » est une option…cela correspondrait d’ailleur a une fin de cycle de kondraieff qui se termine en général par un conflit.Le point positif est qu’actuellement je n’ai pas l’impression qu’un conflit soit dans les tuyaux,utilisons la méthode coué:jusqu’ici tout va bien,jusqu’ici tout va……

  1. J’ai lu récemment un article très intéressant qui disait que la situation de l’époque post krach de 29, qui a mené à la IIè guerre mondiale ne pouvait être transposée à nos jours pour deux principales raisons:
    – les USA mettraient des années à convertir leur industrie en industrie d’armement (contrairement aux années 40) car il n’est plus possible de prendre une usine d’automobiles pour en fabriquer des chars, en raison de l’immense technicité spécifique de l’armement moderne
    – une guerre de terrain, avec infanterie, etc ne peut pas durer car les états n’en ont simplement plus les moyens, ni suffisamment de stocks (les missiles tirés par les US contre la Lybie sont équivalent aux achats annuels du Pentagone par exemple)…

    C’est rassurant quelque part, mais personnellement, je pense qu’il y a justement un moyen « économique et rapide » pour remettre les compteurs à 0, avec l’armement nucléaire… mais là, ça serait vraiment une fin de cycle ! Et il ne reste plus qu’à espérer qu’aucun fou ne puisse poser le doigt sur le bouton…
    Mais ceci dit, il ne sert à rien d’attendre le pire. Et c’est justement, historiquement, aux mauvais moments que l’investisseur avisé peut faire de bonnes affaires.
    N’oublions pas, que malgré tous les problèmes actuels, il y a encore de l’offre et de la demande sur la planète… Le tout est de ne pas partir dans des déséquilibres irrémédiables…
    Quand au « long terme », c’est une autre histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.