Brexit, et alors ?

london-has-fallen

(source: film « London has fallen »)

 

Suspens. Surprises. Rebondissements. Sondages, estimations. Et finalement, en pleine nuit, on apprend que ça y est, les anglais ont choisi de sortir de l’UE.

Brexit

Evidemment, c’est le drame sur les indices asiatiques. Et un peu plus tard, rebelote sur les indices européens. A ne pas en douter, les USA vont faire la même chose cette après-midi, bien que certainement dans une moindre mesure.

L’image qui illustre l’entête de l’article est évidemment totalement exagérée (tout comme le film dont elle est issue en passant, que je ne recommanderai à personne, si ce n’est si vous voulez vous vider la tête et encore, seulement si vous avez une grande tolérance aux incohérences).

Certes, la paire EUR/GBP s’agite violemment.

EURGBPH1_Brexit

Encore qu’il n’y ait rien d’exceptionnel quand on se place à plus long terme, sur un graphique en données hebdomadaires.

EURGBPWeekly_Brexit

Ça y est, c’est le Brexit. Et alors ?

Personnellement, j’ai essayé d’accumuler un peu de cash ces derniers mois, j’ai aussi environ 7% de mon portefeuille en BX4.

Et ce matin, à l’ouverture, sur un ordre limite vers 90 €, j’ai enfin pu commencer à me faire une ligne d’Air Liquide à un prix correct, depuis le temps que je laisse passer des occasions.

Ceci dit, quand on regarde les futures, qui ont ouvert en fort gap, on voit bien qu’ils remontent tous.
La question est de savoir si c’était un point bas ou si c’est le début d’une dégringolade de plusieurs mois. Ça va encore bouger beaucoup ces prochains jours, voilà une chose sûre.

Ce qui m’inquiète le plus, c’est les nombreuses tentatives avortées depuis un an déjà de franchir les sommets sur le SP500.

Une petite dégringolade jusqu’à la zone des 1800, au minimum, reste possible.

Usa500Sep16Weekly_BREXIt

Le problème principal à mon avis n’est pas le Brexit en tant que tel. De toute façon, le Royaume-Uni avait déjà des privilèges, ne serait-ce que garder sa devise.

Ceux qui annoncent un Londres en flammes négligent sans doute qu’il y aura certainement des accords bilatéraux avec l’UE, comme c’est le cas de la Norvège ou de la Suisse. Deux pays, qui accessoirement, se portent dans l’ensemble plutôt bien.

S’il y aura des remous, le risque me parait plus être pour l’Europe que pour le R.U..

En effet, ça y est, c’est acté : il est possible de quitter l’Union.

Il ne manquerait plus que le Danemark se dise que finalement, ça se tente et que ça éviterait de payer pour les autres.

Il est alors évident que s’il ne reste plus que le « moteur » franco-allemand et les pays du sud et de l’est, cela risque de devenir compliqué, surtout en cas de crise forte…

 

En relativisant cependant, le fait que ce soit justement le R.U. qui quitte l’Europe est moins grave, dans le sens que les anglais ont toujours été plus ou moins opposés à cette idée.

Quoiqu’il en soit, je suis assez content qu’un peu plus d’un tiers de mon portefeuille soit libellé en dollars.

En ce qui me concerne, je me dis que dans le doute => cash+investissement progressif sur des valeurs choisies, y compris (voir surtout) anglaises, en diversifiant bien les zones économiques.

Bons investissements !

 

Disclaimer: Cet article n’est pas un conseil en investissement, mais un avis personnel argumenté. Chacun est responsable de ses propres investissements.

2 Réponses à “Brexit, et alors ?”

  1. henne dit :

    bonjour,

    je me demande si le moment n’est pas venu d’ouvrir des positions en livre sterling pour une optique de redressement de la livre sterling à moyen terme (1an) ou plus.
    l’intérêt est de se protéger d’un effondrement de la zone euro par exemple.

    A étude des valeurs du footsie je constate que beaucoup d’actions se sont fortement appréciées depuis le brexit comme bhp, est ce du à la baisse de livre sterling auquel cas si la livre remonte ces actions vont baisser et ce sera un mauvais investissement…

    • L'Investisseur (très) Particulier dit :

      Bonjour,
      Désolé pour le délai de validation du commentaire, mais je suis très occupé ces derniers mois.
      Il me semble toujours très hasardeux de faire des prévisions macro-économiques sur le Forex. Mieux vaut suivre un système plus mécanique. Oui, il y a eu du mouvement sur les paires GBP, donc oui il y avait de quoi ouvrir des positions. Mais de là à dire qu’il faut être long sur la livre…
      Et si la zone euro survivait ? Et si le Royaume-Unie connaissait des difficultés dues à une remontée des taux ? Et si Trump faisait quelque chose d’inquiétant ? Et si…

      Pour l’envolée de certaines actions britanniques, c’est le cas surtout pour celles qui font une majorité de leurs bénéfices dans une devise extérieure. Si la livre remontait, cela ne voudra pas nécessairement dire une baisse de ces actions, même si leur progression sera fortement ralentie.
      Personnellement, je vois plutôt cette baisse de la livre actuelle comme une opportunité pour acheter de BONNES actions britanniques, d’entreprises capables de s’en sortir quelle que soit la situation en UK d’ici quelques années.

Ajouter un commentaire